« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

ad libitum

azerty, le 28/05/2017

Ad libitum : expression latine signifiant “à volonté”. Notée en abrégé “ad lib.” sur une partition après un instrument, elle indique que celui-ci est facultatif et peut être remplacé selon les possibilités. De même pour une voix qui peut être remplacée par un instrument. Notée après un passage musical, elle indique que celui-ci peut être joué avec une certaine liberté métronomique (de façon similaire au rubato), ou encore que la fin d’une phrase musicale peut être répétée à volonté (procédé courant en chanson pour la terminer en decrescendo).

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Avec la défaite de 1871 contre les armées prussiennes, des compositeurs français, atteints dans leur amour-propre, créent la Société Nationale de Musique qui tentera de s’opposer à la musique allemande. Elle servira également à faire sortir des compositeurs français de l’ombre (une sorte de Symphozik avant l’heure, quoi) en les éditant.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.