« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Opéra/Ballet Borges: les 10, 11 et 12 novembre 2017 | guitariste | Cours de chant moderne
Inscription Mot de passe oublié

Comment lire une partition d’orchestre ?

fr-de-f11, le 25/11/2014

Peut-être la curiosité vous a-t-elle déjà poussée à ouvrir une partition d’orchestre...avant de vite la refermer tant ça vous paraissait compliqué. Ce petit guide est là pour que la prochaine fois, où, par hasard, vous dénicherez la perle rare dans le grenier de votre grand-mère, vous vous attardiez davantage en terrain conquis.

I. Généralités

Un orchestre est un ensemble d’instruments réparti en trois familles : les vents les percussions et les cordes, les vents étaient eux-mêmes divisés en deux branches : les bois et les cuivres. Ainsi dans la partition d’orchestre, on retrouve en haut les bois, puis les cuivres puis les instruments à percussions et enfin les cordes. Cet orchestre symphonique moderne est né pendant le classicisme au XVIIIème siècle. On y retrouve alors trois familles : bois cuivres et cordes. Le seul instrument à percussions traditionnel était la timbale et son rôle rythmique et harmonique le rapprochait beaucoup des cuivres de l’époque, dont les possibilités étaient encore très limitées. Petit à petit, on ajouta des instruments dans tous les groupes. Aux flûtes, hautbois, clarinettes et bassons s’ajoutèrent le piccolo et le contrebasson (dès la cinquième symphonie de Ludwig van Beethoven) chez les bois. Les trombones et autres tubas vinrent rapidement grossir le rôle des cuivres. Enfin, le groupe percussion prit son indépendance avec l’utilisation des castagnettes, triangles, cloches et autres crotales par exemple. Chez les cordes, mise à part la harpe romantique (qui n’est pas tout à fait de la même famille que les violons puis qu’elle est de la famille des cordes pincées) on n’utilise guère de nouveaux instruments mais on ajuste le nombre de violons altos violoncelles et contrebasses en fonction de l’accroissement des autres groupes de l’orchestre.  Ainsi, au XXème siècle, on a un orchestre assez conséquent où chaque groupe à son rôle et son importance.

 

 

Dans un orchestre de cent musiciens, il parait évident que la partition d’orchestre n’a pas cent portées. Certains jouent les mêmes notes et on regroupe dans la partition les instruments par voix selon deux méthodes :

Chez les cordes

- Les instruments sont regroupés par pupitre avec généralement deux pupitres de violons (dit premiers violons et seconds violons) un pupitre d’altos, un pupitre de violoncelles et un pupitre de contrebasse.

 

Chez les vents

- Chez les vents : chaque instrument différent est écrit sur une portée différente. En revanche, on essaie de regrouper sur une même portée deux instruments. Par exemple quand il y a deux flûtistes : les deux voix sont écrites sur la même portée avec la première flûte qui aura ses hampes de note (ou queue de notes) vers le haut et la seconde qui aura ses hampes vers le bas) Si il y a quatre cors : on écrira alors les cors sur deux portées.

 
 

II. Les groupes

a. Les bois

En tête de la partition d’orchestre, comme sur celle d’un cerf, on retrouve les bois. Dans l’orchestre classique, il y a respectivement les deux flûtes, les deux clarinettes, les deux hautbois, et les deux bassons. Ils sont donc disposés sur la partition du plus aigu au plus grave. Pour le moment, tout reste assez simple. Mais le XIXème siècle va bouleverser l’ordre établi avec l’ajout du piccolo (ou petite flûte) de la petite clarinette, ou encore du cor anglais (un hautbois un peu plus grave). Le classement des instruments va ainsi se faire du plus aigu au plus grave, non plus dans son ensemble mais par groupe d’instruments. Ainsi, on trouvera tout en haut les flûtes (dans l’ordre piccolo, flûte, flûte alto, flûte basse,…), les hautbois (hautbois, cor anglais), les clarinettes (petite clarinette, clarinette, clarinette basse) et enfin les bassons (bassons et contrebassons). Ce, même si une petite clarinette est plus aigue qu’un cor anglais.

 

 
 
 
Nom en français abr. En Anglais abr. En allemand abr. En Italien abr.
Petite flûte Pte fl. Piccolo Pic. Pikkoloflöte Pik. ottavino ou Piccolo Pic.
Grande flûte Fl. Flute Fl. grosse Flöte gr. Fl. flauto Fl.
Flûte en sol Fl. en sol Alto flute Alt fl. Altflöte Altfl. flauto contralto Fl con.
Hautbois Htb. Oboe Ob. Oboe Ob. Oboe Ob.
Cor anglais CA. English horn En H. Englischhorn Engh. Corno Inglese C. ing.
Petite clarinette Pte cl. Eb clarinet Eb cl. Es Klarinette Es Kl. clarinetto piccolo cl. Pic.
Clarinette Cl. Clarinet Cl. Klarinette Klar. Clarinetto Cl.
Clarinette basse Cl. B Bass Clarinet B. Cl. Bassklarinette Bklar clarinetto basso Cl. B
Basson Bon (Bsn) Bassoon Bn Fagott Fag. Fagotto Fag.
Contrebasson C. Bon (Bsn) Contrabassoon Cbn. Kontrafagott Kfag. contrafagotto cfag.

 

 

b. Les cuivres

On va trouver dans cette section de l’orchestre principalement quatre instruments : le cor, la trompette, le trombone et le tuba dans l’ordre donné.

Hein ? Les cors au dessus des trompettes ?!

On pourrait s’étonner de voir les cors écrits au dessus des trompettes alors qu’ils sont plus graves. Il y a à cette tradition deux explications possibles. La première étant historique : les cors ont intégré l’orchestre bien avant les trompettes. Une autre raison peut être trouvée en regardant le rôle des cors et trompettes à l’époque classique. Les cors avaient un rôle essentiellement harmonique avec beaucoup de notes tenues, alors que les trompettes avaient un rôle harmonique et rythmique et jouaient de manière simultanée avec les timbales, ce qui justifiait leur proximité.

Généralement, on trouve dans l’orchestre romantique trois trombones et un tuba qui sont écrits sur deux portées : la première avec les deux premiers trombones et la seconde avec le troisième trombone et le tuba. Cela s’explique par le fait qu’il y avait avant deux principaux types de trombones : le trombone ténor et le trombone basse. (Aujourd’hui, un tromboniste peut remplir avec le même instrument les deux rôles grâce à une clef qui le fait passer d’un registre à l’autre, on le dit trombone ténor-basse). On trouvait dans l’orchestre deux parties de trombone ténor (écrites en clef d’ut 4 comme la voix de ténor dans un chœur) et un trombone basse écrit en clef de fa. Comme son rôle était proche du tuba, on pouvait l’écrire sur la même portée, dans le but d’un gain de place et d’une simplification de la partition.

 
 
Nom en français abr. En Anglais abr. En allemand abr. En Italien abr.
Cor C. Horn Hn. Horn Hr. Corno Cor.
Trompette Tromp. Trumpet tpt. Trompete Tr. tromba tr.
Trombone Trb. Trombone Trb. Posaune Pos. Trombone Trb.
Tuba Tuba Tuba tu. Basstuba Btu ou Btb Tuba Tuba

 

 

c. Les percussions et clavier

Les percussions sont probablement les plus anciens instruments de musique au monde et leur origine remonte à celle de l’humanité. De nos jours, elles offrent des possibilités quasiment illimitées. Chaque compositeur utilise ses instruments de prédilection en fonction du son qu’il veut faire entendre. Ils sont entrés à l’orchestre au cours du XVIIIème siècle avec la timbale qui avait un rôle essentiellement rythmique et dynamique. Outre la timbale, les premiers instruments à entrer à l’orchestre furent ceux dont on se servait pour évoquer les marches militaires turques (grosse caisse, cymbale, triangle) comme dans l’opéra de Wolfgang Mozart L’Enlèvement au Sérail ou dans le finale de la dernière symphonie de Ludwig van Beethoven. Il s’agit bien d’une illusion à un imaginaire turque de la musique allemande et non un emprunt à la musique turque de l’époque qui n’utilisait pas ces instruments. Au cours du XIXème siècle, d’autres instruments vont peu à peu s’imposer à l’orchestre, là aussi pour évoquer un pays (maracas et castagnette pour l’Espagne, cymbalum pour la Hongrie…). La percussion prendra son essor à partir de la fin du XIXème siècle avec l’utilisation des percussions à clavier (célesta, glockenspiel…). La percussion en plus d’être le moteur rythmique de l’orchestre devient un vaste répertoire de timbre qui enrichit les compositions. On peut penser au crotale dans le Prélude à l’Après-midi d’un Faune d’Achille Claude Debussy par exemple.

Pour la notation, on distingue les percussions à hauteur déterminée (celles qui peuvent jouer des notes, des fréquences) comme le célesta, le xylophone ou le glockenspiel qui sont écrit sur une ou deux portées des percussions à hauteur indéterminées qui sont écrites sur une simple ligne (la hauteur n’a pas à être prise en compte, uniquement le rythme).

 

 
 

Concernant l’organisation de la partition d’orchestre et l’ordre des instruments, étant donné la variabilité des percussions présentes, il n’est pas aussi déterminé que pour les autres groupes. L’autre difficulté est qu’un même percussionniste peut jouer dans la même œuvre aussi bien de la caisse claire que du célesta et du tambourin. En théorie (mais là aussi, ceci n’est pas une généralité), dans un orchestre, on a un musicien timbalier (qui ne joue que les timbales) et plusieurs percussionnistes qui se répartissent le reste des instruments. Ainsi, dans le groupe qui nous intéresse, nous avons d’abord la partie de timbales suivie des percussions à hauteur indéterminée classées des plus aiguës aux plus graves (même si cela reste subjectif vu que, justement, la hauteur est…indéterminée). Citons comme exemple pour donner un ordre d’idée dudit classement : triangle, grelots, cymbales, tam-tam, tambour de basque, caisse claire, grosse caisse… Et enfin les percussions à hauteur déterminée ainsi que…le piano, et…la harpe, que l’on peut inclure dans ce groupe (juste pour le positionnement dans la partition d’orchestre, n’allez pas me dire que c’est un instrument à percussions, mécréants !)

 
 
Nom en français En Anglais En allemand En Italien
Timbales Timpani Pauken Timpani
Paire de cymbales Crash cymbals Becken ou Tellern Piatti
Cymbale suspendue Suspended cymbal Hängendes Becken Piatto sospeso
Triangle Triangle Triangel Triangolo
Enclume Anvil Amboss Incudine
Tam-tam Tam-tam Tamtam Tamtam
Gong Gong Gong Gong
Castagnettes Castenets Kastagnetten Castagnette
Fouet Slapstick Peitsche Frusta
Caisse claire Snare drum Kleine Trommel Tamburo piccolo
Caisse roulante Tenor drum Wirbeltrommel ou Rührtrommel Cassa rullante
Grosse caisse Bass drum Grosse Trummel Gran casa ou Gran tamburo
Tambour de basque ou Tambourin Tambourine Tamburin ou Schnellentrommel Tamburo basco ou Tamburino
Xylophone Xylophone Xylophon ou Holzharmonika Xilofono
Marimba Marimba Marimbaphon Marimba
Vibraphone Vibraphone Vibraphon Vibrafono
Jeu de timbres Glockenspiel Glockenspiel Campanelli
Cloches-tubes Tubular bells Röhrenglocken Campane
Crotales ou cymbales antiques Crotales Zimbeln Crotali
Piano Piano Klavier Pianoforte
Célesta Celesta Celesta Celesta
Clavecin Harpichord Cembalo Cemballo
Orgue Organ Orgel Organo

 

 

d. Les cordes

Comme on l’a déjà vu, on écrit l’ensemble des cordes sur 5 portées (2 pour les violons, 1 pour l’alto, 1 pour le violoncelle et 1 pour al contrebasse) depuis la première moitié du XIXème siècle. Avant, à la période classique, violoncelles et contrebasses partageaient la même portée. A l’instar de la portée du troisième trombone et du tuba, le compositeur peut utiliser diverses notations : Les hampes vers le haut pour les violoncelles et vers le bas pour les contrebasses ; l’indication « Vc. (ou Cb. ) qui indique que seul l’instrument concerné joue.

 

Les instruments à cordes sont plutôt des instruments monodiques mais en jouant sur plusieurs cordes en même temps (double, triple ou quadruple cordes) ils sont capables d’émettre plusieurs sons simultanément. Mais comme il y a plusieurs instruments par pupitre, on peut également scinder les parties de cordes en deux groupes. Ainsi, s’il n’y a rien mentionné, tous les instruments joueront des doubles cordes, si on voit la mention « div. » qui st l’abréviation de « divisées », alors on divise le pupitre en deux, une moitié jouera la note du haut et l’autre la note du bas. L’expression « tous » ou « unis » annule le « div » précédent.

 

Quand la division devient plus complexe, on peut tout à fait ajouter des portées et écrire par exemple les violoncelles sur trois portées différentes. Debussy est un des premiers à avoir divisé les cordes, ce qui peut parfois donner lieu à une partition complexe à lire où il faut analyser la situation pour comprendre qui joue quoi. Voici quelques exemples extraits de « La Mer ».

 
 
 
 
 
Nom en français abr. En anglais abr. En allemand abr. En italien abr.
Violon von. Violin vln. Geige Gg. Violino viol.
Alto alto Viola vla. Bratsche Br. Viola vla.
Violoncelle vlle. Violoncello vc. Violoncell Vcl. Violoncello cello.
Contrebasse c.b. Contrabass cb. Kontrabass Kb. Contrabbasso c=bas.
Harpe hpe. Harp h. Harfe H. arpa arp.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Anonyme, le 25/08/2015 à 19h40
Cela fait quelque temps que je “m’amuse“ à déchiffrer des partitions d’orchestre, mais il y avait encore quelques zones d’ombre ; merci donc pour cet article très éclairant à propos de cette pratique très complexe!

Anonyme, le 16/12/2015 à 15h41
Bonjour,

Est-ce qu’il y a des méthodes (des exercices) pour le déchiffrage d’une partition d’orchestre?
Tout ce que j’ai trouvé concerne les instruments solo.

Cordialement,

blopblop, le 16/12/2015 à 19h04
Je ne sais pas s’il y a des livres spécialement dédiés à ça, mais on peut trouver beaucoup de partitions sur imslp.org
On commence généralement par des trios et quatuors classiques, romantiques, puis des petits orchestres classiques (Mozart Haydn), puis Beethoven...et ensuite, on s’attaque aux gros morceaux (peut être pas Wagner tout de suite, mais ça viendra ;) )

Anonyme, le 20/06/2016 à 9h48
Bonjour,
Où placer le saxophone alto sur une partition d’orchestre?
Merci d’avance

azerty, le 20/06/2016 à 11h38
C’est le dernier des instruments à vent, juste avant les percussions. Voici la partition du boléro : Lien externe

Anonyme, le 20/06/2016 à 15h25
Merci!

Anonyme, le 09/10/2017 à 11h49
Bonjour,
Quand une partie de 1er violons se divise en quatre parties par ex. y a t-il une règle concernant le dispatching des voix au sein du pupitre?
Merci!

azerty, le 12/10/2017 à 10h08
je pense que le premier rang prend la première, le deuxième rang la deuxième, etc. Il faudrait qu’un musicien d’orchestre vous le confirme.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

La fameuse sonnerie Nokia provient d’une valse de Francisco Tárrega.

Nouveautés sur Symphozik

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.

13/10 : Dossiers sur le Lied et la mélodie et sur les rapports entre musique et littérature. Bonne lecture !

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.