« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

comment écouter le classique ?

« comment écouter le classique ? »

Bonjour,
Je découvre la musique classique mais j’ai un problème : après 2-3 minutes, je décroche, mon esprit vagabonde, puis je raccroche mais je suis perdu. De plus, même les musiques dont on vante la qualité, souvent je trouve ça long et je n’ai pas envie de réécouter. Mon approche est complètement instinctive mais j’ai l’impression de perdre 80% de l’intérêt et du plaisir que je pourrais en retirer. Que me conseillez-vous ?
Vous-même, comment écoutez-vous la musique ? Comment faire pour l’apprécier en profondeur ? Se documenter, lire des analyses ? Mais je ne comprends rien à la théorie musicale et ne risque-t-on de tuer la spontanéité ?

Anonyme
le 30/03/2014 à 11:54

Bonjour,
je pense que ça se rapproche du problème que j’ai avec les films : à force de ne regarder que des séries avec des épisodes de 20 minutes, j’ai du mal à me concentrer plus de 20 mins sur un film (quand je suis seul en tout cas)…
Peut-être devriez-vous commencer avec de la musique classique comme arrière-plan sonore ? Par exemple en lisant un livre, ou pourquoi pas en naviguant sur Sym…sur le Web.
Je ne pense pas que se documenter ou lire des analyses, surtout si vous découvrez la musique classique (et donc la théorie musicale ?), vous aidera à vous passionner pour le classique.

Sinon, avez-vous pensé à aller voir un concert ? Une pièce facile pour commencer, c’est toujours plus immersif...

Jean-Baptiste


Symphozik

le 30/03/2014 à 12:03

La musique comme arrière-plan sonore : c’est ce que je fais mais je voudrais avoir une écoute plus attentive, sans décrocher au bout de 2 mn. Car je sens bien qu’il se passe plein de choses qui m’échappent complètement. Je ne retiens qu’un effet général. La plupart du temps, j’associe des images à ce que j’entends : sous-bois, ciel étoilé, tempête, galopade…Pas terrible pour éviter la rêverie.
Aller voir un concert… j’y pense mais j’ai peur de m’ennuyer comme pour ceux qui passent à la télé.
Qu’appelez-vous une pièce facile ?

Anonyme
le 31/03/2014 à 13:34

Une pièce facile, c’est une pièce courte (ou du moins pas trop longue), qui fait partie des “tubes“, en général (par exemple, 1er mouvement de la 5ème symphonie de Beethoven, ce genre de chose).

Sinon, à votre place, je commencerai par écouter de la musique plutôt de l’époque classique (Mozart, Haydn), les oeuvres ont tendances à être plus courtes ; ou baroque (Bach, Rameau) ; ou début romantique (Mendelssohn, Chopin, Schumann). En fait, il faut éviter, au début, la musique tardive (Mahler, Schönberg, Prokofiev, Rachmaninoff), les apprécier demande une certaine habitude, et même certaines connaissances, je pense.


Rafiki

le 01/04/2014 à 21:44

Moi, ce qu’il me faut pour goûter à la musique, c’est le son...
Oui, je trouve que ce qu’il faut avant tout, c’est la meilleure qualité sonore possible!
Sinon, n’importe quelle pièce me semblera sans relief...Même le rock le plus endiablé, même Jimmy hendrix, Django Reinhardt...
Je suis incapable d’apprécier une pièce en musique d’ambiance: style “la radio marche, je suis quelque part dans la pièce et j’entends...“
Là, je ne peux pas.
Une simple paire de bons écouteurs branchés sur un lecteur mp3 pas trop mauvais me suffit. Je n’ai pas besoin d’un super ensemble stéreo hi fi.


yorel

le 07/04/2014 à 12:56

Ah c’est pas faux…je n’avais pas songé à cet aspect, mais c’est vrai que je plussoie l’exigence d’une bonne qualité sonore. [3615 MAVIE] Quand j’étais encore plus jeune que maintenant, j’écoutais souvent de la musique classique à partir d’une sorte de mauvaise enceinte, peut-être en mono. Quelle surprise en passant aux écouteurs quand j’ai découvert qu’il y avait au moins toute une voix (les pizzicatos aux cordes graves) que je n’avais jamais entendue jusque là :P


Symphozik

le 07/04/2014 à 12:59

lol, je crois que tout ça y fait, mais pour moi la musique (surtout le classique dans mon cas) est avant tout une émotion... quel plaisir d’écouter Chopin dans le noir le soir avant de dormir... c’est la pour moi qu’elle s’apprécie le mieux... Et je trouve normal que l’esprit divague à certains moments...


jerome

le 10/04/2014 à 21:34

Ça dépend du style de musique qu’ on écoute en général. Parfois, et surtout quand on n’est pas habitué à écouter du classique, l’écoute est difficile parce qu’on n’est pas habitué au style. A l’inverse de Rafiki, si vous êtes plutôt habitué à de la variété (de n’importe quelle nationalité), il faudrait peut être commencer par Satie, Bernstein, certains Fauré eventuellement...leur style est relativement proche de ce qu’ écoute le peuple :p
Ensuite du Beethoven, du Brahms, du Rachmaninov, enfin bref des choses qui en jettent et qui bourrinent mais dans un style un peu plus classique.
Après des oeuvres plus soft comme les oeuvres de jeunesse de Schumann, du Mozart, Haydn, Schubert, puis Grieg (les pièces lyriques surtout, on aurait même pu mettre ca au début d’ailleurs)
Uns fois qu’on s’est familiarisé avec tout ça, pièces plus tardives de Schumann, Chopin, un peu de Liszt...et du baroque, en ordre dechronologique (Scarlatti puis Corelli puis Bach, pour n’en citer que trois)
Et la on me dit que j’ai oublié tout ce qui fait partie de l’école française, impressionnisme, néo classicisme, bla bla bla...et bien je pense qu’une fois qu’on arrive à écouter tout ça, on peut commencer à écouter ces musiques du XXème. Là, carte blanche, les styles sont très variés. Après ce qu’on appelle le contemporain, il faut savoir qu’on n’est pas dans l’immédiateté dans l’appréciation du contemporain. C’est un long apprentissage, et surtout ce n’est pas une musique qu’on comprend en écoutant, il faut plutôt l’analyser, parler avec des interprètes (le Quatuor Diotima par exemple fait beaucoup de concerts de musique contemporaine et font souvent des conférences après leurs concerts ou quelques jours avant. En plus les membres sont super sympas). Et même in peut écouter du médiéval, mais je suis beaucoup moins fan...

Commencer par des oeuvres courtes plutôt que longues oui, mais pas trop courtes non plus parce que les plus courtes (durent parfois une petite minute) ne sont pas spécialement les plus belles et représentatives d’un style, parfois ce ne sont que des exercices pour débutants. Donc drs oeuvres de cinq six minutes pour commencer semble raisonnable, quatre même, comme ca la durée est proche de celle du dernier tube de truc ou machin, et après augmenter. Il ne faut pas hésiter à écouter des extraits doeuvres longues aussi, par exemple prendre un quatuor de Ravel et necouter que le solo d’alto dans le troisième mouvement (je ne rigole pas, l’alto c’est beau et en plus Ya des altistes qui jouent juste)
Derniere chose, il faut varier les interprètes. Parce qu’on n’est pas sensibles de la même manière à tel ou tel aspect de la musique, il est plus judicieux d’écouter plusieurs versions d’une même oeuvre, surtout quand elle ne nous a pas plu au premier abord. C’est une manière de ce réconcilier avec la musique, parce que c’est toujours frustrant de s’attendre à être enveloppé et emporté et de finalement rester stoïque, inerte, insensible à un oeuvre, attendre inutilement un bond émotionnel qui finalement ne viendra pas. Et oui, la musique aussi peut poser des lapins q:
En espérant que ca a été utile !


blopblop

le 17/04/2014 à 7:53

Moi, j’écoute du classique pour m’endormir ou pour réfléchir. Comme il est dit précédemment l’importance de la qualité sonore est primordiale. Ensuite, lorsque tu écoute de la musique (que ce soit classique ou autre) il est normal que ton esprit vagabondes. Si tu veux te concentrer, peut être du devrait ouvrir tes oreilles, et suivre une voix mélodique, puis une autre, puis une autre... As-tu déjà fait de la relaxation? le principe est de fermer les yeux et sentir une par une chaque partie de ton corps. Là, c’est pareil. Tu fermes les yeux, tu te concentres, et tu suis la voix des violoncelles. Puis, une fois encrée en toi, tu t’accroche aux trompette, et aux violons, ainsi de suite jusqu’à avoir une écoute détaillée de chaque instrument qui compose cette musique. Cet exercice te permettra de te concentrer sur une pièce, et de découvrir les subtilités de la musique orchestral. Car, moi qui joue dans un orchestre je me rend compte à chaque cours, qu’une musique est avant tout, n ensemble d’instruments et d’instrumentistes qui jouent (dans les deux sens du terme) ensemble. Voilà, j’espère t’avoir aidé!! tiens nous au courant!!


cellomoshi

le 30/04/2014 à 15:02

Comment écouter le classique? Voilà une question que je me suis souvent posée car, moi aussi, il m’est souvent arrivé de trouver des oeuvres ennuyeuses alors qu’elles étaient considérées comme des chefs-d’oeuvre.
Je reprends cette discussion ancienne car elle m’avait passionné à l’époque et j’en avais lu avec intérêt toutes les contributions. Je n’y avais pas participé mais je m’étais promis de proposer un dossier sur le sujet quand la chose aurait mûri.
En attendant, cher “anonyme“ (j’espère que tu es toujours là), ne désespère pas d’atteindre un jour une écoute ″profonde″, mais patience : ça peut être très long, mais le jeu en vaut la chandelle… Pour moi qui écoute du classique depuis l’âge de 12 ans, ce n’est que vers 40 ans que j’estime avoir franchi un cap
Une chose qui m’a beaucoup aidé, c’est de noter sur un carnet (je parle d’un temps où l’ordinateur n’existait pas) tous les titres des morceaux que j’entendais, avec leur durée et une petite appréciation du genre : mauvais, terne, bien, génial. En plus, bien que musicien médiocre, j’ai eu la chance d’apprendre le piano. Enfin, comme la musique me passionnait, j’ai beaucoup lu.
Encore une chose que j’ai constatée, c’est que, dans la musique dans bien des domaines, plus on approfondit la chose, plus on l’apprécie ; et plus on vieillit, plus le plaisir et l’émotion s’accroissent !
Revigorant, non ?


azerty

le 19/12/2014 à 17:15

Merci pour tous vos conseils !

Anonyme
le 21/12/2014 à 11:23

Si je peux apporter une petite contribution supplémentaire. Très souvent, c’est un “instant“ d’une œuvre (quelques secondes) qui nous touche, qui crée l’émotion. C’est précisément ce moment que vous devez rechercher. Peu importe l’œuvre. Une fois trouvé, ou plutôt ressenti, réécoutez le passage ou le mouvement dans l’attente de ces secondes magnifiques... Réitérez, plus vous écouterez, plus vous trouverez ces fameux instants de grâce, et plus vous aurez envie d’écouter d’autres œuvres et compositeurs. Vous remarquerez des lors des affinités avec certains et aucune avec d’autres. Toutefois, si vous n’eprouvez aucune affinité avec aucune œuvre de Mozart, alors la musique n’est pas votre “truc“, et c’est votre droit, cherchez l’émotion ailleurs...

Anonyme
le 26/12/2014 à 15:23

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Michael Praetorius est mort un 15 février, au jour exact de son cinquantième anniversaire.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.