« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste | Cours de chant moderne | Sortie du premier single de Bertille des Fontaines
Inscription Mot de passe oublié

Emmanuel Chabrier : biographie

« L’humour en musique »

Introduction musicale : écouter la Valse romantique n° 1

  • Nom Chabrier Prénom Emmanuel Nation France
  • Naissance 18/01/1841, à Ambert (France) Mort 13/09/1894, à Paris (France) Époque musicale Romantique

Enfance, études

Alexis Emmanuel Chabrier est né à Ambert dans le Puy-de-Dôme le 18 janvier 1841 dans une famille assez bourgeoise. Chabrier apprend très tôt le piano et le violon (à partir d’environ six ans). Ses professeurs reconnaissent ses dons, mais son père insistera pour qu’il passe tout de même son baccalauréat (obtenu en 1858). Le jeune homme continue en parallèle des études de droit et la musique, avec des professeurs reconnus comme édouard Wolff pour le piano ou Richard Hammer pour le violon et l’harmonie, etc. Il ne fréquentera cependant aucun conservatoire de musique.

Carrière musicale

En 1862, licencié en droit, il commence une carrière de fonctionnaire au ministère de l’Intérieur à Paris. Aimant la vie artistique parisienne, il se lie avec des poètes tels que Paul Verlaine, des peintres comme Auguste Renoir, Claude Monet, Édouard Manet (dont il collectionne les toiles) et bien sûr avec quelques-uns de ses collègues musiciens : César Franck, Henri Duparc, Ernest Chausson, Vincent d’Indy... puis Gabriel Fauré, Camille Saint-Saëns. Il devient rapidement indispensable dans les salons parisiens grâce à son formidable jeu pianistique.

Ce n’est qu’à 40 ans que, bouleversé par l’audition du Tristan de Richard Wagner au cours d’un voyage à Munich, il choisit de se consacrer entièrement à la musique. Il se fait connaître vers 1883, après un voyage en Espagne, en composant España (écouter la fin). À en croire son ami Duparc, la transcription pour orchestre de cette composition affirmait un style personnel, riche et très coloré.

En 1883-1884, il devient directeur du chœur et co-répétiteur au théâtre du Château d’eau. Il anime un cercle dit ″le petit Bayreuth consacré à l’étude des oeuvres de Wagner. Même s’il se consacre essentiellement au théâtre lyrique, il écrit des pièces pour le piano dont se souviendront Achille Claude Debussy et Maurice Ravel. Pourtant, il n’aura guère de chance en France avec ses œuvres (incendie de l’Opéra-comique).

Atteint d’un mal incurable, il ne pourra terminer sans d’énormes difficultés Briséis, son dernier opéra, mais composera jusqu’à la fin des œuvres légères et joyeuses, voire burlesques comme les Romances "zoologiques", telles la Villanelle des petits canards, la Pastorale des cochons roses ou la Ballade des gros dindons (écouter). Il meurt à Paris le 13 septembre 1894.

Un pianiste terrible

La femme de Renoir, ami de Chabrier, écrit de lui : « Un jour, Chabrier vint, et joua España pour moi. Ce fut comme si un ouragan avait été libéré. Il battait et battait encore le clavier. Une foule s’était réunie dans la rue et écoutait, fascinée. Quand Chabrier atteignit les formidables derniers accords, je me jurai à moi-même de ne jamais plus toucher un piano... Il avait d’ailleurs cassé plusieurs cordes, et mis le piano complètement hors d’usage. »

Style musical

S’il cède parfois à l’ascendant de Wagner comme dans son opéra Gwendoline (1886 : écouter le début de l’ouverture), il en prend le plus souvent le contre-pied complet dans des œuvres pleines de verve et de truculence comme la Joyeuse marche (1888 : écouter), la Bourrée fantasque (il était auvergnat) ou le Menuet pompeux extrait des Pièces pittoresques (1881 : écouter le début dans l’orchestration de Ravel, 1918).

Offenbach (1819-1880) avait inventé l’opéra-bouffe, Chabrier prend le relais et introduit en outre l’humour dans la musique instrumentale 20 ans avant Satie. Sa « Fête polonaise » (écouter le début) du Roi malgré lui (1887) est « à faire lever les morts de leurs tombeaux » disait Debussy. De ce fait, il est souvent considéré comme un auteur de musique facile. Mais ses compositions colorées ont influencé de nombreux compositeurs majeurs dont Debussy, Ravel et Francis Poulenc.

Pour ses œuvres, voir Wikipedia

Ressources liées pour Emmanuel Chabrier

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Pouchkine (dans sa pièce "Mozart et Salieri") et Miloš Forman (dans son film "Amadeus") comptent parmi les colporteurs de la rumeur selon laquelle Antonio Salieri aurait provoqué la mort de Wolfgang Mozart. Cette thèse a pris du plomb dans l’aile, l’Italien figurant par exemple parmi les rares personnes présentes à l’enterrement du prodige.

Nouveautés sur Symphozik

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.

11/09 : Biographies de Tristan Murail et de Gérard Grisey, du courant spectral.

13/08 : Dossier sur l’école franco-flamande et biographies liées : Gilles Binchois, Johannes Ockeghem et Jacob Obrecht.