« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

François Adrien Boieldieu : biographie


  • Nom Boieldieu Prénom François Adrien Nation France
  • Naissance 16/12/1775, à Rouen (France) Mort 08/10/1834, à Jarcy (France) Époque musicale Classique

Né à Rouen le 16 décembre 1775, François Adrien Boieldieu est le fils d’un secrétaire de l’archevêché de Rouen. Enfant de chœur à la cathédrale de Rouen, il recevra les cours de Charles Broché (piano, orgue, harmonie,...) et d’Urbain Cordonnier (chant, solfège,...).

C’est à 18 ans qu’il compose La Fille coupable (son premier opéra-comique), sur un livret de son père. En 1797, installé à Paris, il compose La Famille suisse, très bien reçue par le public, puis obtient un nouveau succès avec Le Calife de Bagdad en 1800 et Ma tante Aurore trois ans après.

De 1803 à 1810 (après son mariage avec la danseuse Clotilde Mafleurai en 1802), Boieldieu est nommé directeur de l’Opéra impérial. Ces sept années sont paisibles pour lui, mais il n’en sort presque aucune composition...Après cette période, il retourne à Paris, malgré les offres du Tsar qui sont de plus en plus intéressantes.

Boieldieu est nommé professeur de composition au Conservatoire de Paris. En 1825, il compose une de ses meilleures pièces : La Dame blanche (livret de Scribe, écouter un extrait). En 1727, il se marie avec la chanteuse Jenny Philis-Bertin. Il connaît ensuite quelques difficultés financières mais une pension d’état de 6000 francs le sauve de la faillite.

Mort à Jarcy le 8 octobre 1834, Boieldieu est l’un des meilleurs compositeurs d’opéra-comique français, et le dernier de son siècle. Il eut droit, après sa mort, à des obsèques nationales aux Invalides.

Ressources liées pour François Adrien Boieldieu

Commentaires des internautes

Anonyme, le 14/06/2014 à 15h09
Le Calife de Bagdad est une œuvre magnifique.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

On sait par une lettre d’Édouard Lalo écrite en 1880 qu’un groupe « opposé aux tendances académiques » s’offraient de temps à autre un « dîner des pris de rhum » … ses membres (Chabrier, Messager, Fauré, Duparc et Vincent d’Indy) étaient tous des recalés du fameux Prix de Rome !

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.