« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Franz Liszt récupéré politiquement

azerty, le 10/11/2015

On sait comment Hitler a récupéré la musique à son profit : glorification des compositeurs allemands (Richard Wagner notamment), rejet d’une musique dite “dégénérée”. On a l’impression d’assister à la même chose aujourd’hui (mais en plus soft) avec le très controversé Viktor Orban, premier ministre de la Hongrie. Son discours lors de la réouverture de l’Académie Franz Liszt et son plaidoyer pour la grandeur de la culture musicale hongroise, s’inscrivent dans une politique réactionnaire qui inquiète les différents acteurs de la culture. Plus d’informations sur les sites :

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Même élu membre de l’Académie des Beaux Arts, il arrivait à Camille Saint-Saëns de se déguiser en Marguerite et de chanter le vol des bijoux en voix de fausset.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.