« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Cours de Guitare sur Paris et Banlieue | casting concours de musique international | Prix International Pro Musicis 26 octobre 2017
Inscription Mot de passe oublié

Gabriel Fauré : biographie

« Au-delà des modes »


  • Nom Fauré Prénom Gabriel Nation France
  • Naissance 12/05/1845, à Pamiers (France) Mort 04/11/1924, à Paris (France) Époque musicale Post-romantique

Enfance, études et débuts

Né le 12 mai 1845 à Pamiers (Ariège) dans une grande famille, Gabriel Fauré est le fils d’un instituteur. Dès neuf ans, il  part pour Paris étudier à l’École Niedermeyer, école de musique classique et religieuse. Il y étudie onze années avec plusieurs musiciens de premier plan, dont Camille Saint-Saëns, qui enseigne le piano, et qui lui fera découvrir Franz Liszt, Robert Schumann, Frédéric Chopin, etc. Il apprend la composition avec Gustave Lefèvre, qui présente une théorie de l’harmonie sensiblement différente de la théorie classique de Jean-Philippe Rameau. C’est là qu’il compose une vingtaine de ses quatre-vingt-seize mélodies. À 19 ans, il s’essaye à la musique religieuse avec son célèbre Cantique de Jean Racine (1864 : écouter), pour chœur à quatre voix mixtes, cordes et orgue.

Carrière

Après la guerre de 1870, Fauré est nommé en 1871 organiste titulaire à Saint-Honoré-d’Eylau à Paris puis à Saint-Sulpice jusqu’en 1874. L’année suivante, il achève son premier Nocturne pour piano (op. 33 n° 1) et sa Sonate pour violon et piano nº 1 op. 13 qui paraît si audacieuse qu’elle ne trouve pas d’éditeur ! (écouter le 4ème mvt). En 1878-1879, il se rend en Allemagne où il a l’occasion d’écouter des œuvres de Richard Wagner et de rencontrer Liszt. En 1883, le compositeur épouse Marie Fremiet, fille d’un sculpteur, qui lui donnera deux fils. Il a plus de 40 ans et sa carrière s’annonce plutôt terne.

Un soutien bien venu

En 1886, Fauré fait la connaissance de la comtesse Greffulhe, par l’intermédiaire de Robert de Montesquiou (tout ce beau monde fournit à Marcel Proust le modèle des personnages dans À la recherche du temps perdu). Dès lors, la comtesse apporte au compositeur un soutien actif. Elle l’associe à la création de la Société des grandes auditions musicales en 1890. Elle fait jouer ses œuvres, l’invite régulièrement en villégiature à Dieppe. Il l’appelle « Madame ma Fée », « mon roi de Bavière », et l’initie à la musique de Wagner. Il lui dédie sa Pavane op. 50, véritable « portrait musical » et lui en offre la partition : écouter le début.

La chance sourit enfin à Fauré dans les années 1890. En 1892, il est nommé Inspecteur de l’enseignement dans les conservatoires puis professeur de composition. En 1896, il succède à Saint-Saëns au grand orgue de la Madeleine. À 51 ans, il succède à Jules Massenet comme professeur de composition au Conservatoire. Il enseigne alors à de grands noms comme Georges Enesco, Maurice Ravel et Nadia Boulanger. À 55 ans, il est atteint de surdité, ce qui ne l’empêche pas d’être nommé directeur du Conservatoire en 1905. Et cet homme discret et modeste parvient avec autorité à rénover profondément la vénérable institution.

Il se lance dans la composition d’un opéra, entre 1907 et 1913 : Pénélope. C’est un demi-échec qui le laissera ″aplati de fatigue″, selon sa propre expression. Fauré termine sa vie en composant beaucoup de musique de chambre. Deux jours avant sa mort, il achève son Quatuor à cordes (écouter le début du 1er mvt). Il y atteint un extrême dépouillement que certains considèrent comme un signe de déclin dû à sa surdité. On peut y voir au contraire le génial aboutissement d’une quête musicale qui ne doit rien aux évolutions de son temps. Il meurt le 4 novembre 1924, unanimement reconnu et, fait rare pour un musicien, aura des funérailles nationales.

Le compositeur

On lui doit : nombre de pièces pour piano (Barcarolles, Impromptus, Nocturnes) ainsi qu’une Ballade (1881), composée pour piano et orchestrée par la suite (écouter le début) ; de la musique de chambre, notamment le Quatuor pour piano et cordes n° 2 en sol mineur (1886 : écouter le second mvt), qui révèle pleinement son art ; de la musique religieuse avec son célèbre Requiem, commencé en 1887, complété ultérieurement et réorchestré en 1899 (écouter la fin du Libera me). Il écrit tout au long de sa vie une centaine de mélodies, genre délaissé qu’il renouvelle et élève au niveau du Lied allemand. Que de chefs-d’œuvre il nous laisse ! Écouter : Après un rêve, Les Berceaux, Clair de lune et Mandoline. Citons aussi les Cinq Mélodies, dites de Venise (1891), et la Bonne Chanson (1894) sur des poèmes de Paul Verlaine. Peu tenté par le théâtre, Fauré trouvera cependant dans un livret de René Fauchois le sujet de Pénélope (1913), opéra sans grands effets vocaux qu’il sous-titre « poème lyrique » : écouter sur youtube.

Bien qu’il partage avec Brahms (1833-1897) le goût pour la musique pure (il écrit sonatee et quatuors), sa musique est bien différente de celle de ses contemporains par la finesse de sa mélodie, le raffinement de son harmonie et la légèreté de son orchestration comme dans la musique de scène pour Pelléas et Mélisande (1898 : écouter la Fileuse) ou sa célèbre Pavane op. 50 (1887 : écouter la fin). L’élégance et la retenue de compositions, souvent qualifiées de « musique de salon » pour leur charme et leur grâce, masquent l’audace d’une œuvre très en avance sur son temps et dont il émane aussi beaucoup d’humanité et de spiritualité.

Au-delà des modes

À peine plus jeune que Piotr Ilitch Tchaïkovski (né en 1840), Dvorak (né en1841) ou Nicolaï Rimski-Korsakov (né en 1844), Fauré (né en 1845) compose une musique subtile, claire, toute en intimité et en intériorité, qui rompt avec la grandiloquence du post-romantisme ambiant ou avec l’exotisme à la mode (Édouard Lalo, Georges Bizet, le Groupe des Cinq). Cette originalité probablement à sa formation, non au conservatoire, mais à l’École Niedermeyer où l’on pratique le chant grégorien et la musique de la Renaissance. Ainsi, avant même de découvrir la musique romantique de son temps, le jeune Gabriel a d’abord suivi un enseignement qui laissait une large place à la musique religieuse et aux modes d’église. De sa formation, il conserve ces traits qui caractérisent son écriture : enchaînements harmoniques modaux, lignes mélodiques à l’ambitus réduit et sans grandes ruptures d’intervalle. Ceci est surtout perceptible dans ses mélodies ou ses œuvres pour piano (Nocturnes et Barcarolles). Fauré échappe donc complètement à l’emprise wagnérienne ou à l’orientalisme en vogue et annonce la révolution qu’accomplira plus tard Achille Claude Debussy.

Pour plus d’informations sur l’œuvre de Fauré, voir Wikipedia

Ressources liées pour Gabriel Fauré

Commentaires des internautes

Anonyme, le 28/01/2015 à 21h10
Selon certaines sources, la Cantate de Jean racine avait été composée pour Rose da Vries.

Anonyme, le 05/08/2017 à 22h06
Dans notre monde moderne assourdissant et agité, la musique de Fauré est une délectation, une jouvence, un ressourcement continu. Aujourd’hui plus que jamais.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Nouveautés sur Symphozik

13/08 : Dossier sur l’école franco-flamande et biographies liées : Gilles Binchois, Johannes Ockeghem et Jacob Obrecht.

03/08 : Nouveau dossier : la Symphonie. Biographies de Luciano Berio et Tōru Takemitsu.

19/07 : Nouveau dossier : symphonie concertante ou concerto grosso ?. Biographies de Pierre Henry et de Pierre Schaeffer.