« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Gérard Grisey : biographie

« Représentant du courant spectral »


  • Nom Grisey Prénom Gérard Nation France
  • Naissance 17/06/1946, à Belfort (France) Mort 11/11/1998, à Paris (France) Époque musicale Contemporaine

Gérard Grisey est un compositeur français né à Belfort le 17 juin 1946 et mort prématurément à Paris le 11 novembre 1998. Il fut l’élève d’Olivier Messiaen (composition) et de Henri Dutilleux, et rencontrera Karlheinz StockhausenGyörgy Ligeti et Iannis Xenakis à Darmstadt (1972), où il tiendra lui-même plusieurs séminaires de composition. Il fut aussi enseignant à l’Université de Californie (États-Unis) puis au Conservatoire national supérieur de musique de Paris.

Chez Gérard Grisey, l’évolution progressive du son (il recourt au quart ou au sixième de ton) n’exclut pas une approche coloriste, révélatrice de l’influence de ses maîtres, Olivier Messiaen et Henri Dutilleux. Exemple : Partiels (1975 : écouter le début). Dans Vortex Temporum (1996 : écouter le début), il appuie même le tissu orchestral sur un court fragment tiré de Daphnis de Ravel). Son travail porte aussi sur le temps comme dans Tempus ex machina pour six percussionnistes, où est établie une continuité entre rythme et timbre (1979 : écouter un extrait).

Avec son collègue et ami Tristan Murail, il est considéré, comme l’un des principaux pionniers et théoriciens du courant spectral.

Ressources liées pour Gérard Grisey

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Nouveautés sur Symphozik

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.

13/10 : Dossiers sur le Lied et la mélodie et sur les rapports entre musique et littérature. Bonne lecture !