« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste | Cours de chant moderne | Sortie du premier single de Bertille des Fontaines
Inscription Mot de passe oublié

Gilles Binchois : biographie

« Un flamand “père de joyeusetés” »

Introduction musicale : écouter la chanson Filles à marier

  • Nom Binchois Prénom Gilles Nation Belgique
  • Naissance vers 1400, à Mons (Belgique) Mort 20/09/1460, à Soignies (Belgique) Époque musicale Renaissance

Gilles Binchois ou Gilles de Binche ou Gilles de Bins, est né à Mons (en Belgique) vers 1400 et décédé le 20 septembre 1460 à Soignies (également en Belgique). Son père est conseiller du duc Guillaume IV de Hainault et travaille également dans une église de Mons.

La Déploration sur la mort de Binchois, œuvre écrite et composée par Johannes Ockeghem dans le style du défunt (écouter la fin), nous renseigne peut-être quelque peu sur la vie du musicien, qui aurait été soldat avant d’entrer dans les ordres. Organiste, Gilles Binchois fit en tout cas la plus grande partie de sa carrière (près de 35 ans) à la chapelle de Philippe le Bon, duc de Bourgogne.

Binchois est considéré par certains comme l’un des meilleurs mélodistes du 15e siècle. Tout comme son contemporain Guillaume Dufay, on trouve dans son œuvre une fort influence de John Dunstable. Après les complications de l’ars nova, ils tendent vers une musique plus simple et plus expressive, notamment par l’emploi de tierces et de sixtes.

De ses œuvres, on retient surtout des dizaines de chansons polyphoniques profanes, parmi les plus populaires de son temps. Bien que surnommé "père de la joyeuseté" par Ockeghem, ses chansons sont souvent mélancoliques : écouter Triste plaisir et douloureuse joye.

Ressources liées pour Gilles Binchois

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

La cérémonie du 18 janvier 2007, en hommage aux Justes de la Seconde Guerre Mondiale, fut mise en scène par Agnès Varda sur une musique de Francis Poulenc, “Figure humaine“, cantate composée en 1943 sur huit poèmes de Paul Eluard.

Nouveautés sur Symphozik

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.

11/09 : Biographies de Tristan Murail et de Gérard Grisey, du courant spectral.

13/08 : Dossier sur l’école franco-flamande et biographies liées : Gilles Binchois, Johannes Ockeghem et Jacob Obrecht.