« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

John Marsh : biographie


  • Nom Marsh Prénom John Nation Angleterre
  • Naissance 31/05/1752, à Dorking (Angleterre) Mort 31/10/1828, à Chichester (Angleterre) Époque musicale Classique

John Marsh est né le 31 mai 1752 à Dorking, dans le sud de l’Angleterre. Juriste de formation, il entre en 1768 comme assistant chez chez un avocat. Il embrasse ensuite cette carrière lucrative, mais se révèle en fait extrêmement touche à tout et autodidacte dans de nombreux autres champs d’activité. Il s’intéresse ainsi, en amateur très éclairé, aussi bien à l’astronomie qu’à la philosophie, à la religion ou encore à la géométrie (liste non exhaustive !), thèmes sur lesquels il écrit même quelques livres. Toutefois, c’est à la musique qu’il consacre la majeure partie de sa vie et des temps libres que lui accordent sa carrière professionnelle, en tant que compositeur bien sûr, mais également comme altiste, violoniste, ou encore organiste.

Apparemment très attaché au sud de l’Angleterre, il déménage successivement à Gosport, Romsey, Salisbury (il y intègre l’orchestre local comme violoniste) et Canterbury (où il avait hérité d’une propriété) avant de s’intaller définitivement à Chichester en 1787. Dans la plupart de ces villes, il est en charge de l’organisation de concerts en souscription.

En 1811, John Marsh se retire de la vie publique et meurt à Chichester le 31 octobre 1828. Son fils, Edward Garrard Marsh, né en 1783, entre dans les ordres mais est également connu pour sa carrière de poète.

Œuvre

Marsh (ou Sharm, pseudonyme sous lequel, en tant que notable, il dut écrire la plupart de ses œuvres) est sans doute le plus prolifique compositeur anglais de son époque, malgré son statut officiel d’amateur, avec au moins 350 pièces à son actif, dont des concerti pour violon ou pour orgue, au moins 39 symphonies (dont seules les 9 qu’il imprima nous sont encore connues). Ses symphonies portent les traces des influences de Joseph Haydn et de Georg Friedrich Haendel. Parmi elles, citons son ambitieuse "conversation symphony" pour deux orchestres (1778), probablement sa plus connue et la mieux accueillie, déjà du vivant de son auteur.

En plus des livres dont nous avons parlé, Marsh est aussi l’auteur de mémoires sous la forme d’un journal en 37 volumes (soit environ 6000 pages, tout de même) dans lequel il décrit ses activités quotidiennes, et qui est l’une des plus intéressantes sources sur la vie et la musique de l’Angleterre provinciale du XVIIIe siècle : il y décrit entre autres les grandes commémorations londoniennes en l’honneur de Haendel, en 1784. Son premier volume (jusqu’en 1802) est publié en 1998. La suite aurait dû arriver en 2012, à surveiller.

En juin 2002, la ville de Chichester organisa sur plusieurs jours une commémoration du 250e anniversaire de John Marsh.

Ressources liées pour John Marsh

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Nouveautés sur Symphozik

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.