« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Louise Bertin : biographie

« Appréciée par Berlioz et Victor Hugo »


  • Nom Bertin Prénom Louise Nation France
  • Naissance 15/02/1805, à Nainville-les-Roches (France) Mort 26/04/1877, à Paris (France) Époque musicale Romantique

Louise-Angélique Bertin est une poétesse et compositrice française née aux Roches (Isère) le 15 février 1805 et morte à Paris le 26 avril 1877. On connaît son père, Louis-François Bertin, puissant directeur du Journal des débats, par le célèbre portrait qu’en a fait Jean Auguste Dominique Ingres (remarquons que c’est dans ce même journal qu’Hector Berlioz écrivait ses chroniques musicales). Elle reçoit une solide formation des meilleurs professeurs de l’époque : François-Joseph Fétis pour la composition et d’Anton Reicha pour le contrepoint et la fugue.

On lui doit la musique de plusieurs opéras, dont La Esmeralda. Le livret est écrit par Victor Hugo à partir de son roman Notre Dame de Paris. Les répétitions sont dirigées par Berlioz lui-même mais l’ouvrage subit un échec lors de sa création à l’opéra-comique en 1836 : il n’est  joué que six fois du fait d’une cabale politique dirigée contre le père de Louise, qui avait pris parti pour le régime constitutionnel de l’époque (écouter 4 extraits ou rechercher sur Youtube).

Louise Bertin ne connut jamais la reconnaissance que méritait la qualité de ses œuvres du fait qu’elle était une femme, et qui plus est, handicapée (à la suite d’une poliomyélite, elle se déplace avec des béquilles). Les critiques voyaient dans ses compositions des « consolations à ses infirmités physiques », alors que Berlioz atteste dans sa correspondance de la richesse musicale et des nouveautés harmoniques d’une œuvre qu’il qualifie de « virile, forte et neuve ».

Ressources liées pour Louise Bertin

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

On sait par une lettre d’Édouard Lalo écrite en 1880 qu’un groupe « opposé aux tendances académiques » s’offraient de temps à autre un « dîner des pris de rhum » … ses membres (Chabrier, Messager, Fauré, Duparc et Vincent d’Indy) étaient tous des recalés du fameux Prix de Rome !

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.