« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

L’Orchestre de Cors Russes fait revivre les fastes de la Russie Impériale

Voir toutes les annonces - Poster une petite annonce

Petite annonce musicale #38

f PartagerL’Orchestre de Cors Russes fait revivre les fastes de la Russie Impériale le 03/04/2014 à 17:05:37

Paris, le 1er avril 2014 – En tournée pour la première fois à Paris, l’Orchestre de Cors Russes a donné vendredi 28 mars un concert exceptionnel à l’Ambassade de Russie. Unique au monde par ses instruments, il donne à découvrir les richesses d’une tradition méconnue, qui remonte au XVIIIème siècle.

 L’Orchestre de Cors Russes a été fondé en 2006 par le jeune et brillant chef Serguei Polyanichko à Saint Petersbourg, dans le but de ressusciter une tradition instrumentale qui eut son heure de gloire au XVIIIème siècle, à la cour de l’Impératrice Elisabeth 1ère. Sa caractéristique est d’être composé de cors allongés de toutes tailles, issus des instruments de chasse russes traditionnels, et fabriqués aujourd’hui par le maître facteur Vladimir Goloveshko. Chaque cor ne pouvant émettre qu’une seule note, l’ensemble orchestral, constitué de 15 à 20 musiciens, fonctionne ainsi comme une sorte d’orgue humain, produisant avec plus de 70 instruments couvrant quatre octaves une sonorité riche et puissante, sans équivalent dans le monde de la musique classique.

 C’est en 1751 que sont apparus en Russie les premiers ensembles de ce type, qui rencontrèrent immédiatement un grand succès et furent pendant plus d’un siècle de toutes les fêtes impériales, interprétant les grandes œuvres du temps et des morceaux composés spécialement. Le goût s’en est ensuite perdu au XIXème, ainsi que le savoir-faire et la plupart des partitions associées, avant de renaître au début du XXIème, avec l’Orchestre de Cors Russes.

 En huit années d’existence, l’Orchestre a donné plus de 300 concerts, effectué de nombreuses tournées internationales aux Etats-Unis, en Europe et en Russie, et a enregistré trois disques. Son répertoire, constamment enrichi, a aussi bien pour objectif de faire renaître des musiques traditionnelles (l’Orchestre est parvenu à rétablir deux des quatre partitions anciennes n’ayant pas disparu, "Orphée" de Evstignei Fomine et "Requiem" d’Ossip Kozlovski, qui n’avaient pas été interprétées depuis plus de 200 ans), que d’adapter des œuvres s’étendant du XVIIIème jusqu’aux compositeurs contemporains. Lors de son concert parisien, le programme comportait ainsi des œuvres de Bach, Bizet, Rossini, Tchaikovsky, Ravel, Vaclav Trojan et Arkady Schilkloper.

 « Cet instrument est unique, et très particulier. En jouer nous a amenés à redécouvrir de nombreuses techniques oubliées, depuis l’art de sa fabrication jusqu’à la notation des partitions, qui s’étaient perdus », a déclaré Serguei Polyanichko lors de la présentation du concert. « Du temps des tsars, il faisait pleinement partie de la vie culturelle et était devenu un genre musical à part entière. C’est que nous souhaitons faire revivre avec l’Orchestre des Cors Russes, en l’adaptant à des œuvres de toutes les époques. »

 L’Orchestre de Cors de Russie est activement soutenu par le Ministère de la Culture de la Russie. Grâce à cet "orgue humain", de nombreuses œuvres de compositeurs russes des XVIII-XIXe siècles peuvent de nouveau résonner dans toute leur splendeur originelle.

 Plus d’informations à l’adresse : http://www.horns.ru/index.php?l=en

  

Contact :

Agence Marston – Nicholson

Fleur d’Halloy

01 42 96 46 00 / f.dhalloy@group-ibc.com

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Définition de cette forme austère qu’est la fugue par Hans von Bülow : “morceau de musique au cours duquel les exécutants partent les uns après les autres, et les auditeurs tous en même temps”.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.