Les compositeurs sortent de l’ombre sur Symphozik…

Forum musical - Échanges divers (ex derniers commentaires)

Référendum ADP
Nouvelle conversation

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30

Par Anonyme, le 17/11/2019 à 15:20

Des faux jurons si désuets,comme c’est mignon!Drôle de dualité:sociable et asocial.D’après le titre du roman et ce que j’en ai compris dans mes jeunes années;c’est que je n’ai rien compris du tout!Stendhal lui-même parait-il est resté très énigmatique quant au titre de son roman.Pour moi ,c’était une belle histoire d’amour(double histoire d’amour)et quelle jeune fille ne vibrait pas aux déclamations amoureuses de Julien Sorel.Pour le reste.....En ce qui concerne ma fleur favorite,cet oeil noir coquin qui contraste si bien avec le rouge de la corolle ,ce surnom que je porte depuis ma jeunesse me fut donné par un garçon un jour ou j’étais habillée de rouge ;et le fait d’avoir été très brune(je ne le suis plus) avec les yeux bruns foncés hérités de ma grand-mère maternelle,mes nattes qui pendaient jusque sur les reins,cela l’a fait penser à un coquelicot et ce surnom est resté.Mais j’ai toujours aimé cette fleur;si ordinaire,simple et surtout si fragile!J’adore la chanson de Mouloudji:Comme un p’. tit coquelicot.Tout ce qui touche à cette fleur,peinture,chansons etc.. me plait beaucoup et j’ai une petite demande à

formuler cher Jihel:si l’été prochain vos promenades vous amèneront vers des sentiers ou prés et si vous voyez des coquelicots,surtout surtout ne les cueillez pas,admirez leur beauté de très près et ayez une petite pensée pour Coquelicot.......Au revoir!je n’ai pas compris ce que Vous vouliez me faire comprendre,quand je vous disais que j’étais nulle!

Par Anonyme, le 17/11/2019 à 17:12

Tristesse,c’est très différent du piano solo.Cela me fait penser à un orchestre de salon,genre Mantovani,Rieu,c’est pas mal,on pourrait danser un slow là dessus,mais je préfère le piano seul.Ma maman est décédée dans sa chambre à l’étage,alors que moi dans la bibliothèque je faisais passer quelques oeuvres de Chopin en sourdine dont Tristesse,et cela au moment ou elle fermait les yeux;je ne vous parle pas de mon émotion!Coquelicot.

Par Jihel, le 17/11/2019 à 20:16

D’accord, du moins je trouve que c’est à retravailler sérieusement C’est un entre-deux;

Je ne sais plus si j’ai déjà mis le lien sur Moussorgsky. L’orchestration des tableaux est plus réussie, mais c’est un plus gros travail. Le final :

youtu.be/rt3oFm2gn0I?t=1805

Par Anonyme, le 17/11/2019 à 20:52

Une des oeuvres préférées de mon frère avec Une Nuit Sur le Mont Chauve,c’est assez grandiose!Merci pour le lien,je viens de danser sur Tristesse,quel paradoxe!mais c’est bon de danser en rêve avec la personne de son choix,l’imagination est très importante dans la vie qui n’est pas toujours amicale et bonne avec vous.CoquelicotM-J.

Par Jihel, le 18/11/2019 à 9:10

Un peu d’humour our répondre à l’humour. Dans “Tout savoir sur Symphozik” ,(c’est tout ou rien ?) Symphozik parle de mélomanes amateurs (au cas où vous sauriez ce que c’est qu’un mélomane professionnel.) Un musicien amateur, je devine ce que c’est, un musicien professionnel aussi (il a les certifications) mais un mélomane professionnel. Pléonasme ?

Cela me fait penser à la réflexion que je faisais à une charmante caissière de supermarché à propos de l’affichette : il est interdit de vendre de l’alcool aux mineurs de moins de 18 ans. Un mineur de plus de 18 ans, je n’en ai jamais rencontré (sauf à s’égarer dans des considérations psychologiques)

Mozart sans doute, était une sorte de mineur de plus de 18 ans.

Alors je suppose qu’un musicien professionnel est aussi un mélomane si un mélomane n’est pas un musicien professionnel. Donc c’est cela peut-être : un non-musicien professionnel mélomane.

Par Anonyme, le 18/11/2019 à 9:56

Il n’y a pas de mélomane “amateur“,moi je dis qu’il y a des mélomanes avertis,j’en ai dans la famille;ils s’y connaissent dans un très large répertoire de musiques et bien sûr ils aiment la musique cela va de soi,mélomane :qui aime la musique.Je l’aime aussi,mais je ne m’y connais pas forcement ;c’est pourquoi je me définis toujours comme “petite“mélomane et que le vouliez ou non,que vous vous mettiez en colère ou non;pour moi vous êtes un s--------e de la musique et un amoureux de “grande” musique.Donc ce que vous disiez plus haut,effectivement;;c’est un pléonasme.Je voudrais en revenir au sujet du rouge et du noir,qu’attendiez vous comme réponse de ma part pour le noir?Je ne comprenais pas!!!!Coquelicot M-J. Merci de vouloir me répondre à ce sujet,en attendant,Ludwig m’attend pour une petite promenade matinale avec sa 6eme.

Par Anonyme, le 18/11/2019 à 10:59

Il neige!les premiers flocons sur la ville et Beethoven en fond musical,merveilleux!Coquelicot.

Par Jihel, le 18/11/2019 à 11:47

Le cou de grâce (esprit)

www.youtube.com/watch?v=Za5V6NQDc2Y

Par Anonyme, le 18/11/2019 à 12:24

Les sopranos ne chantent plus ainsi de nos jours,bon ,c’est un mythe(,on ne touche pas à un mythe),mais elle avait autant d’admirateurs que de détracteurs et une Diva dans tous les sens du terme(travail et vie privée agitée).Bravo pour le “cou” de grâce mais Callas,c’est dépassé;mais peut-être un joli message adressé à madame Jihel?Merci pour le lien.M-J Coquelicot.

Par Jihel, le 18/11/2019 à 19:40

Pas assez calé en la matière pour vous répondre.

A part cela, je souhaiterais vivement, je suggère fortement que l’on trouve le moyen de déposer de grosses merdes au centre des chefs-d’oeuvres de l’art que les Américains chérissent et sacralisent le plus.(sculptures, statues, peintures, monuments ) Des grosses bien grasses. Ce sera une réponse aux ignobles publicités que youtube se permet de mettre au beau milieu des plus grandes compositions musicales.

Ou alors, déposer des montagnes d’imondices et de fumier devant les domiciles des présidents de cette organisation.

Par Anonyme, le 18/11/2019 à 20:24

Je suis entièrement d’accord avec vous;rien de plus à dire;c’est vraiment énervant ces pubs qui vous coupent dans les moments les plus importants d’une oeuvre qui vous captive!Mais vous ne m’avez toujours pas répondu au sujet du Rouge et du Noir et pourquoi Carmen et non pas par exemple Casta Diva que j’aime bien?Callas,comme je l’ai dit;c’est fini,elle restera un bon argument de vente pour un bout de temps,mais d’autres jeunes femmes avec des voix d’or ont pris la relève.Mais comme dit hier,je n’irais plus à l’opéra.Je serais heureuse que vous me répondiez sur la demande d’hier,merci!et c’est bien vrai que l’amour est un oiseau rebelle,à qui le dites-vous!M-Juliette.

Par Anonyme, le 18/11/2019 à 21:57

Un prochain lien s’il vous plait;Anna Netrebko,j’aime bien.Merci!

Par Jihel, le 19/11/2019 à 11:19

Stendhal avait d’abord pensé à donner comme titre à son roman : le rose et le vert. Cela renvoie plutôt à une fleur comme la mauve qui ressemble un peu au coquelicot. Elle est plus ou moins rose, plus ou moins mauve.

Je faisais simplement et bêtement allusion au fait que le noir est au coeur du coquelicot, le noir couleur de deuil, mais je dirais aussi bien de passion, mais une passion tragique.

Un petit point noir au fond des pétales rouge vif, souples au point que vous savez, ballottés par le vent.

Par Anonyme, le 19/11/2019 à 13:01

Vous me faites aussi penser à Brel ;et quand vient le soir,pour qu’un ciel flamboie,le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas,ne me quitte pas etc...ou alors En rouge et Noir,la chanson de Jeanne Mas.Pour moi;les passions sont toujours tragiques,elles ne durent jamais.....M-J Coquelicot.

Par Jihel, le 19/11/2019 à 15:30

Un point ou un œil noir, qui regarde.

Par Anonyme, le 19/11/2019 à 17:20

Un iris d’’oeil“ bordé de cils noirs,que c’est joli pour un coquelicot!mes yeux marron-foncé peuvent virer au noir quand je suis en colère mais je suis rarement en colère,seulement lorsque je sens une injustice quelque part!encore un homme qui m’en a fait la réflexion un jour,il y a longtemps.....Pour en revenir aux yeux,la cinq a rendu hommage à Marie-José Nat lundi dernier et ce n’était que justice,les autres chaînes l’ ont parfaitement ignorée,c’est triste.Elle avait des yeux noirs splendides,ses petites fossettes et sa voix un peu rauque qui faisait son charme et que l’on reconnaissait entre toutes;je l’aimais beaucoup,pourtant ce n’est pas ma génération.Un regard peut en dire long sur une personne,mais je suis fan absolue des yeux clairs;ils peuvent être tendres,froids,scrutateurs dans tous les sens du terme,j’en ai connus dans mon entourage et lorsque j’ai rencontré le neurologue de mon époux(qui a fait un a v c) l’an dernier,j’étais fascinée par le regard d’un gris-acier de cet homme,je n’ai jamais vu un tel regard;un regard que je n’aime pas c’est celui de Charlotte Rampling;verts -gris et demi-clos,bon,affaire de goûts comme toujours!Je vais écouter l’inachevée de Schubert,pour bien commencer la soirée.M-J.J’ai encore “sauté du coq à l’âne”ce soir.

Par Jihel, le 20/11/2019 à 8:59

J’étais tout petit, et je sais que je suis tombé amoureux d’un coup d’une voix féminine qui a vite disparu. C’était un vieux film qu’ils repassaient à la télé. Et donc c’était la voix d’Anne Doat.

Les yeux c’est l’âme, comme on dit, et la voix....une musique sensuelle, charnelle.et...fragile,

Cette voix est un peu couverte comme celle de Nat, mais différemment.

D’ailleurs il serait intéressant de voir dans quelle mesure les musiciens sont aussi sensibles aux voix humaines. Je sais que Mozart a écrit tous ces opéras à cause de son amour des voix.

En matière de contrepoint, imaginez un regard gris acier, froid, dur, et une vois chaleureuse, sensuelle.

Par Anonyme, le 20/11/2019 à 10:22

ah oui,Anne Doat,le chevalier de Maison-Rouge!nous les jeunes filles étions toutes amoureuses de Michel Le Royer,j’avais 13 ans cette année-là.C’était un joli brin de fille,comme beaucoup de comédiennes à cette époque,Pascale Audret,Pascale Petit,Dany Carrel et bien d’autres....Je me rappelle (je devais avoir 18ans)que lorsque mon père recevait les représentants pharmaceutiques,ils me trouvaient toujours une petite ressemblance soit avec Pascale Petit ou Dany Carrel,c’était très flatteur mais je trouvais leur comparaisons nulles étant donné que pour moi elles étaient des actrices et en tant que tel nos idoles de l’époque et il ne fallait pas faire de comparaisons avec qui que ce soit d’autres sur terre.Elles étaient brunes,je l’étais,les yeux sombres,oui,la taille de guêpe,oui mais la comparaison s’arrêtait là.Belle époque quand j’y pense,les garçons n’étaient pas vulgaires,polis,doux,timides souvent et fous d’amour sans oser le faire comprendre,quels souvenirs d’un bonheur à jamais perdu......M-Juliette Coquelicot.

Par Anonyme, le 20/11/2019 à 11:14

Pour Mozart,les voix aimées devaient être celles de Constance et de Nannerl en premier je suppose;elles devaient chanter aussi ,non?M-J.pour le reste,j’imagine,j’imagine....

Par Anonyme, le 21/11/2019 à 8:19

Dire que le père Mozart a interdit à sa fille aînée (Nannerl)de faire de la musique alors qu’elle était parait-il très douée,imaginez cela de nos jours,scandale absolu!M-J.

PS:Les derniers examens de mon fils n’ont rien donné,mais il doit voir un cardiologue en décembre, sa tension est toujours anormale.A part cela,rien à signaler.

Par Jihel, le 21/11/2019 à 9:26

C’est un complot, politique non, quand on pense que les vieux films qui ont tant marqué leur époque et qui devraient être dans le domaine public et accessibles à tous sur internet, sont la propriété de l’ina, de la cinémathèque et autres officines. On ne peut pas les voir. Comme cela, pas de comparaison. Arte passe de temps en temps des films des années 50, mais ce sont les plus tartes qui soient.

Tiens je ne sais pas si Nannerl chantait. Je sais que cette famille a fini assez tristement La mère de Mozart est morte è Paris lors du séjour de son fils qui ne s’est pas très bien passé. (obligation faite par le père d’accoimpagner le fils) Nannerl et Wolfie se sont fâches, la première ne voulant pas quitter le père pour s’oocuper de lui. Et il devait être difficile à l’époque, pour Beethoven comme pour Mozart, de trouver un bon orchestre, et le cas échéant, de bons chanteurs. (et on sait que des artistes mauvais dézinguent une oeuvre)

Par Jihel, le 21/11/2019 à 13:12

Pour compléter. je n’essaierai pas de porter un jugement sur le père de Mozart ou de le comprendre. Trop difficile. tout se passe comme si son rôle avait été globalement positif et fécond jusqu’à ce que Mozart le quitte et se marie, puis, négatif après. Sollers a des mots tendres pour Léopold dans son blog. Il nous fait comprendre au moins que Wolfgang a mené une vie de folie (adulé, persécuté, aimé, détesté, humilié etc)

On sait, aujourd’hui, à quel point les années d’enfance marquent un individu.

“Le père de Mozart, d’abord, Leopold. Quel type fabuleux, quelle activité inlassable comme imprésario de son fils prodige! Ce Wolfgang est un trésor envoyé par Dieu, et on tremble pour sa santé à travers les voyages. À 9 ans, à La Haye, « il est dans un état si misérable qu’il n’a plus que la peau sur les os ». À Munich, « il n’a pu mettre un pied par terre ni remuer le moindre orteil ni les genoux, personne ne pouvait le toucher et il a passé quatre nuits sans dormir ». Va-t-il pouvoir jouer au clavier et attirer la curiosité et l’admiration unanimes ? ”

Par Anonyme, le 21/11/2019 à 14:07

Marcel Pagnol disait:les impressions de l’enfance sont ineffaçables,cela est vrai et dans tous les domaines.Je voudrais revenir sur Arte que vous citiez plus haut,c’est quand même la meilleure chaîne avec Mezzo;encore hier soir ils ont passé Jeux Interdits,pour moi le plus beau film français;vu et revu mais c’est toujours la même émotion.M-J Coquelicot.

Par Anonyme, le 21/11/2019 à 15:02

Le père de Beethoven par contre voulait “copier” Le père de Mozart en faisant passer le jeune Ludwig pour un prodige(ce qu’il est devenu par la suite)mais à coups de pieds,de bâton et j’en passe....il n’avait pas la psychologie d’un Léopold et était lui-même musicien raté.M-J.

Par Anonyme, le 21/11/2019 à 15:45

Je vous dédie la sonate de Mozart n 11,Jihel,je l’aime beaucoup.M-J.

Par Jihel, le 22/11/2019 à 9:04

Il y a des chances que si Mozart et Beethoven n’avaient pas été authentiquement, viscéralement, des compositeurs, la musique aurait fini par leur sortir par les yeux étant donné la pression puis les difficultés pour se faire reconnaître.

Oui la sonate 11 est un peu à part, et étonnante.

Par Anonyme, le 22/11/2019 à 9:18

Pourquoi la trouvez-vous à part et étonnante?M-J.

Par Anonyme, le 22/11/2019 à 9:22

suite: le tout début de l’andante me fait penser à une grande douceur et à de la tendresse,comme une berceuse.M-J.

Par Jihel, le 22/11/2019 à 10:49

Pour Ludwig, je ne connais pas l’histoire du tout, mais il est possible que son père croyait, comme encore pas mal de gens aujourd’hui, que Mozart était le pur produit de Léopold, que faire un grand compositeur est une question de formation, d’éducation. bref, qu’à la naissance, Mozart, Beethoven, Einstein, Hugo n’étaient pas différents des autres enfants. D’où la conduite.

Par Anonyme, le 22/11/2019 à 11:26

Ils ne savaient pas encore ce que signifiait vraiment le mot Don;et Beethoven a grandi sous les coups,dressé comme un petit cheval pour qu’il avance plus vite,c’était un père violent,saoul tous les jours et brutal dans ses paroles;et d’après les biographes les rares moments de joie,c’était quand venait le 22juillet et qu’ils fêtaient ste Madeleine(Magdalena) et que sa maman était à l’honneur,cette maman douce et effacée qu’il a tant aimé.Mais les gènes du père ont aussi laissés leurs traces chez Ludwig (alcool,périodes de violences)mais l’amour a triomphé malgré tout et comme je le dis souvent,il faudrait se prendre le temps et lire la lettre A l’immortelle Bien-aimée et le fameux testament de Heiligenstadt,c’est un tout autre Beethoven que l’on retrouve dans ces écrits là;Au fait nous fêtons ste Cécile aujourd’hui ,patronne des musiciens alors:vive la musique!M-J.Bon sang de bonsoir;que j’aime ce Ludwig!

Par Jihel, le 22/11/2019 à 14:27

Une colle pour les musiciens, les mélomanes amateurs confirmés, ou les musiciens amateurs mélomanes etc

Sur ce site, on explique ce que c’est que le rubato, et l’agogique. (décidé par l’interprète ou le compositeur lui-même) et on pense au romantisme. Dans la sonate 11, il y a ça (mais je n’ai pas écouté toutes les interprétations)

Alors supposons, je sais, c’est osé, peut-être pas très orthodoxe, mais supposons quand même -soyons fou - que quelqu’un écoute cette sonate. Alors la question est : qu’est-ce que ça lui fait que l’on avance ou que l’on retarde une note, quel effet cela a sur lui ?

Oui parce que, après tout, si ça ne lui fait rien quel intérêt ? Bon alors quel est le but recherché quant à l’auditeur s’il y a un but, si ce n’est pas juste une coquetterie musicale ?

Par Anonyme, le 22/11/2019 à 18:12

Encore une fois tout cela est très abstrait pour moi ,rubato,agogique c’est pour moi inconnu;je sais seulement que je trouve cela très beau,déja que Mozart n’est que le deuxième dans mon coeur,mais sur le plan de l’émotion et de la tendresse,cela me parle et je voulais vous faire partager mon émotion,c’est tout.pour le reste,il faut vous adresser à des gens qui s’y connaissent,pas à Coquelicot.je vous ai dit il y a quelque temps que je ne comprenais pas la musique mais que je l’aimais passionnément et cette sonate me parle beaucoup,je l’ai trouvée par hasard sur youtube,si je vous ai déplu en vous l’envoyant,ne m’en veuillez pas,c’était pour vous faire plaisir car vous m’avez deja envoyé tant de liens et je vous en remercie.Coquelicot

Par Jihel, le 23/11/2019 à 19:37

Ne vous inquiétez pas, ni déplaisir, ni infériorité musicale, ni rien de ce genre; Rubato, rien de compliqué, vous connaissez cela par cœur.

1 La musique vous transporte, vous emporte.

2 vous épousez le mouvement, vous êtes au cœur du mouvement

3 contrairement au rythme qui s’est installé, à ce que le mouvement laissait prévoir, la note suivante arrive avec un léger retard

4 cela crée un instant de suspension, d’attente, voire de trouble

c’est cela le rubato.

J’aime beaucoup le 11 et je vous aime de l’aimer. L’interprétation que je préfère à ce jour est celle de Jegunova (-désolé, celle de Barenboim est nettement inférieure pour moi)

Alors le rubato (je ne sais si c’est elle qui l’introduit ou si c’est Mozart qui l’avait prévu) mais voilà à partir de quelques moments avant.

youtu.be/vp_h649sZ9A?t=120

youtu.be/vp_h649sZ9A?t=173

youtu.be/vp_h649sZ9A?t=296

jusqu’à 5mn 50c pour ce passage.

Il s’en passe des choses pendant le rubato. Des choses très tendres.

Par Anonyme, le 23/11/2019 à 22:10

Et moi je vous aime parce que vous m’apprenez à aimer Mozart qui pourtant n’a jamais été mon préféré;mais il prend de plus en plus de place dans ma vie.Ludwig chéri,tu resteras toujours mon amour n 1,mais je vois que Mozart (certaines pièces)sont si tendres que je me laisse aller avec un bonheur tout neuf;et cet andante me laisse imaginer une mère berçant son enfant dans ses bras,ce fut mon impression première pour le début de cette sonate.On pourrait en même temps chanter pour cet enfant,j’ai inventé quelques paroles qui vont sur ces notes,c’est magique!Merci pour votre gentillesse.M- J Coquelicot.

Par Anonyme, le 24/11/2019 à 10:54

Je suis tellement ignorante que je ne savais pas que la fameuse Marche Turque faisait partie de cette sonate là ,pourtant je la connais très bien;comme quoi,on apprends toujours.Pour les uns,c’est une évidence,pour les autres une découverte qui vient à point nommé.J’ai un prof de musique en Collège dans la famille qui avait renoncé à m’expliquer cette dernière car je lui ai toujours dit que je la ressentais en moi et non en termes techniques et quand je dis en moi,c’est vraiment cela;ça se traduit par la chair de poule,les larmes aux yeux,des frissons etc...lorsqu’une oeuvre me plait et il y en a qui sont bouleversantes,cela me fait cet effet là.Il parait que je suis ainsi depuis toute petite fille.Cela me rappelle ce jour ou nous étions en Alsace ,je devais avoir 8 ou 10 ans,on commémorait une bataille sur le site d’une des plus grandes tragédies de la première guerre mondiale, le Vieil Armand.La famille,surtout mon père tenait à y aller et lorsque la sonnerie aux morts a retenti,je me suis cachée dans les jupes de ma mère et pleurait toutes les larmes de mon corps,tant j’étais émue au point que maman décida de ne plus m’emmener à ce genre de cérémonies(il est vrai que ce n’est pas l’idéal pour une enfant).Combien de fois ais-je entendu ces paroles:ce n’est pas normal que cette enfant soit si sensible(et pas seulement en musique)ne pleure pas,tu n’as pas honte etc....vous savez,cela reste en vous pendant des années;vous voulez rester stoïque face aux évènements,ne pas montrer votre sensibilité et vous n’y arrivez pas,c’est parfois très dur, maintenant encore j’ai beaucoup de mal à me libérer de cela.Une chose bizzare quand-mème,les accouchements me font pleurer plus que les décès,pour ces derniers;je peux me contenir,mais quand on montre des naissances à la télé,c’est la cata,je pleure je pleure....Pourtant j’ai perdu grand nombre de personnes dans mon entourage,mes parents, ma soeur,les grand-parents,des amis chers.Mon grand amour envers les nourrissons,leur fragilité,leur besoin d’attentions et les soins à donner auraient du me faire me diriger vers la puériculture au lieu de la pharmacie,mais bon,ainsi la vie est faite!J’ai beaucoup de mal aussi avec les “je t’aime” que l’on peut me dire;par contre je les dis à qui mieux mieux.Je crois que je suis bonne à aller consulter mais il est deja bien trop tard!Merci de m’avoir lue,cher ami en musique.M-J.j’espère ne pas vous embêter avec tout cela,mais vous êtes le seul encore sur ce site avec qui je peux encore partager mes états d’âme.Les nouvelles de Marcel et Lucie sont bonnes,ainsi que Wistéria qui a trouvé un nouvel amour,je suis heureuse pour elle.

Par Jihel, le 24/11/2019 à 11:49

Nous savons tous deux, n’est-ce pas Juliette, que si l’objectivation (le savoir objectif) mène à la science, en art, et dans les relations humaines, c’est ce qui est suggéré qui est important. L’esprit ne peut pas faire l’objet d’une définition. Être en phase parce que les sensibilités se rejoignent, c’est ce qui fait le grand artiste et le grand amour.

Donc c’est le défi : l’esprit d’une oeuvre ou d’un compositeur. Si cela nous échappe, si cela nous est étranger, si cela nous est incompréhensible, jamais on ne l’aimera. C’est ainsi, pas de problème. Qui se ressemble s’assemble dit le proverbe.

Voudriez-vous nous faire part de ces paroles ?

En échange de ce petit texte-là, moins personnel :

La main gauche, prédominante, dans les graves donc, évoque une sorte de soliloque qui tourne un peu en rond ; des allusions subtiles peut-être, en tout cas, un sentiment en demi-teinte qui passe, L’auditeur s’interroge, a du mal à saisir ce sentiment fuyant., évanescent, langoureux, personnel. Il est dans le vague et dans une légère mélancolie. Main droite. Bien sûr, on pense d’abord à un friselis, un mouvement, un murmure, un bruissement, qui se propage rapidement. Mais comme c’est porté, poussé, que cela ondule assez régulièrement, c’est plus profond, plus organique en même temps que fluide, liquide, et évanescent La chair se sublime.

Etrange superposition en soi d’un état de flottement sentimental et de sensations corporelles étendues et agréables qui s’évaporent. Rencontre du corps et de l’âme, avec cet instant de suspension riche de sens. . Peut-être peut-on rapprocher cela de cet extrait du poème de Valery :

« Tes pas, enfants de mon silence,

Saintement, lentement placés,

Vers le lit de ma vigilance

Procèdent muets et glacés

Personne pure, ombre divine

Qu’ils sont doux tes pas retenus

Dieux..tous les dons que je devine

Viennent à moi sur ces pieds nus ! « 

C’était donc youtu.be/2W6me8tYEUw?t=64 --→ 2mn 20 .

Par Jihel, le 25/11/2019 à 9:01

Je trouve que l’on peut sans doute s’excuser de ce que l’on est si cela fait du tort aux autres, si cela les offense, mais si cela ne nuit à personne ou si cela ne fait que bousculer quelques convenances, pas question !

On fait tout un patacaisse autour de quelques discriminations particulières, on en fait des tonnes, mais il y a tant de différences qu’on n’accepte pas Il ne faut pas accepter qu’on ne les accepte pas.

Par Jihel, le 25/11/2019 à 9:17

Promenade sereine dans la nature, au milieu des champs pleins de coquelicots, par une belle journée de juin ensoleillée;...loin loin de toute région habitée. ( 2 mains au piano)

youtu.be/2fkWTtSVcAE?t=639

Par Anonyme, le 25/11/2019 à 10:45

Pour moi,l’allegro signifie:effervescence,joie de partir pour cette promenade main dans la main,le coeur léger,en attente des promesses du paysage à venir,andante:arrivée dans les champs rouges du sang des fleurs,émotion partagée,se coucher dans l’herbe tendre les yeux dirigés vers le ciel bleu à regarder les oiseaux danser leur ballet incessant, heureux du temps qu’on leur prête à vivre.Dernier mouvement:retour en sautillant légèrement,le coeur gonflé de bonheur et de joie des émotions partagées et l’envie de refaire encore et encore les jours suivants;la même folie!Voila comment je ressens cette escapade dans ce très beau morceau de Mozart joué par une pianiste inconnue de moi.M-Juliette.

Par Anonyme, le 25/11/2019 à 19:40

Sympho ne publie pas mes réponses, vexés?M-J.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30

Poster une réponse

Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Au pif sur Symphozik…

Lubka Kolessa est née à Lviv (Ukraine) le 19 mai 1902 et est morte à Toronto (Canada) le 15 août 1997. Issue d’une famille aisée, elle étudie le piano à Vienne et y décroche la plus haute distinction artistique du pays. Sa carrière de pianiste la conduit partout en Europe,…

Lire la suite sur la biographie de Lubka Kolessa
Nouveautés sur Symphozik

22/10 : À défaut de mise à jour et bien que blasé, Symphozik se lance dans la politique. SIGNEZ ! (ou pour les esprits de contradiction : NE SIGNEZ PAS !)

11/02 : Claude Levi-Strauss et la musique

10/02 : À quoi sert la musique ?