« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Variations de Goldberg...

« Variations de Goldberg... »

On les a entendu à toutes les sauces ces variations non ?

Eh bien une nouvelle sauce qui perturbe mes éternelles amours pour la version de Gould ou aussi celle de Gustav Leonhardt au clavecin a vu le jour récemment...

... à la harpe !

Certains puristes bien pensants ont crié à l’hérésie avant même d’écouter cette version : QUOI ??? A la harpe ??? !!! Mais c’est pour le clavier ! A bas les transcriptions, sus aux adaptations !!!
Ils ont parfois raison, les adaptations ou les arrangements de Bach (valable pour les autres compositeurs) sont souvent le fruit d’un travail d’ignorants et incultes, insoucieux du respect de la composition originelle et débouchent généralement dans une lamentable adaptation quasi ressemblante mais totalement plate et dénuée de bon sens.
Oui, mais...

Oui mais là, l’interprète ne change aucune note, il n’adapte rien du tout, il joue une version URTEXT, avec une virtuosité inouïe et une musicalité déconcertante (drôle de mot pour parler de musique non ?). En concert ou sur CD, on se surprend à penser que l’œuvre est écrite pour la harpe alors que J.S. Bach n’a pas connu l’instrument sur lequel il joue (une Erard 47 cordes double mouvement du début du 20°).
A voir, à écouter, a s’endormir sur cette merveilleuse musique (les variations sont écrites pour ça, faut pas oublier hein...) chez Warner / Lontano, Les Variations de Goldberg à la harpe par Sylvain Blassel.

Anonyme
le 11/09/2010 à 11:37

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Le premier son enregistré de l’histoire fut la chanson “Au clair de la lune”. Ça s’est passé le 9 avril 1860 avec un phonautographe, dispositif inventé par Scott de Martinville, qui pouvait enregistrer des sons réels sous forme d’ondes sonores modulées par un stylet vibrant sur papier.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !