« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Erik Satie : biographie courte

« Farfelu ou précurseur ? »

Introduction musicale : Première Gymnopédie (1888)

  • Nom Satie Prénom Erik Nation France
  • Naissance 17/05/1866, à Honfleur (France) Mort 01/07/1925, à Paris (France) Époque musicale Moderne
Biographie courteBiographie : cliquez ici

Né à Honfleur le 17 mai 1866, Erik (né Éric) Satie meurt à Paris le premier juillet 1925. Esprit indépendant et rebelle, il n’obtiendra aucun diplôme au conservatoire. Vivotant d’expédient, il s’éteindra dans une misère totale (qu’il dissimulera toujours à ses amis).

« Je ne me reconnais pas le droit d’abuser des instants de mes contemporains. » Cette réflexion malicieuse traduit bien sa modestie mêlée d’ironie. Il crée quantité de pièces brèves aux titres incongrus (Gymnopédies, Gnossiennes, Morceaux en forme de poire, etc.), mais aussi quelques chefs d’œuvres de plus grande ambition comme Socrate, récit dépouillé qu’il qualifie de « drame symphonique » et Parade, ballet « cubiste » conçu en collaboration avec Cocteau et Picasso.

Séduits par son attitude anticonformiste, les jeunes musiciens de ″l’école d’Arcueil″ ou du ″Groupe des six″ se réclameront de lui. Et plus récemment John Cage et les ″Minimalistes répétitifs″ se réfèreront à ses inventions.

Biographie courteBiographie : cliquez ici

Ressources liées pour Erik Satie

Commentaires des internautes

Anonyme, le 28/05/2019 à 12h25
D’un modernisme, il me touche au plus profond de mon être.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Au plus profond de notre cerveau, nous possédons, comme tous les animaux, une “oreille de vigilance”. Elle commande un réflexe de fuite après l’audition d’un son inconnu annonciateur d’une menace. Et voilà pourquoi tant de gens prennent leurs jambes à leur cou quand ils entendent de la musique contemporaine, par définition pleine de “sons inconnus, voire inquiétants”.