« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Diego Ortiz : biographie

« Un maître de la viole de gambe »


  • Nom Ortiz Prénom Diego Nation Espagne
  • Naissance vers 1510, à Tolède (Espagne) Mort vers 1570, à Naples (Italie) Époque musicale Renaissance

Diego Ortiz est né vers 1510 à Tolède et mort à Naples vers 1570. C’est un musicien, compositeur et ecclésiastique espagnol qui passa cependant la plupart de sa vie en Italie. Précisons tout de suite que les sources historiques le concernant étant extrêmement rares et succinctes, cette biographie n’aura pas besoin de version courte.

Comme beaucoup d’autres musiciens espagnols de l’époque qui s’exilent en Italie, souvent pour parfaire leur formation musicale, Ortiz arrive à Naples à 1553 et entre au service de Ferdinand Alvare de Tolède, duc d’Albe et vice-roi du Royaume. Il exerce tout d’abord en tant que joueur et professeur de viole de gambe, puis en tant que maître de chapelle à partir de février 1558. Il continue à exercer sous le règne de Par Afan de Ribera y Portocarrero, le successeur de son employeur.

Œuvre

Ortiz est l’auteur d’un Tratado de Glosas, un recueil de musiques pour viole de gambe et clavecin publié à Rome le 10 décembre 1553 en espagnol ainsi qu’en italien. Ce recueil, d’une grande importance pour la technique d’ornementation de la Renaissance et la pratique de l’improvisation, est également le premier à être écrit pour viole de gambe. C’est d’ailleurs à l’époque un grand succès qui vaut à son auteur la protection du Pape Jules III. Ce recueil a fait l’objet de plusieurs enregistrements, avec notamment une intégrale par Jordi Savall.

Ortiz a également composé un recueil de 69 pièces de musique religieuse polyphonique (de 4 à 7 voix), Musices liber primus, publié à Venise en 1565.

Citons enfin Doulce memoire, l’une de ses œuvres les plus connues.

Il serait également à l’origine de la fameuse expression "il ne faut pas pousser mémé dans les Ortiz"

Ressources liées pour Diego Ortiz

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Mamoru Samuragochi s’est fait passer pendant environ 20 ans pour un compositeur sourd, surnommée le "Beethoven japonais". Il s’agissait en fait d’une escroquerie, révélée en février 2014 : il n’était ni l’un ni l’autre, le véritable auteur de "ses" œuvres étant un modeste professeur de musique, Takashi Niigaki.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !