« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Erich Wolfgang Korngold : biographie

« Un postromantique attardé »


  • Nom Korngold Prénom Erich Wolfgang Nation Autriche
  • Naissance 29/05/1897, à Brno (République tchèque) Mort 29/11/1957, à Hollywood (États-Unis) Époque musicale Moderne

Erich Wolfgang Korngold est un compositeur autrichien, naturalisé américain en 1943, né à Brno (Autriche-Hongrie) le 29 mai 1897 et mort à Hollywood le 29 novembre 1957. Comme Wolfgang Mozart, c’est un enfant prodige qui étonne ses contemporains : à cinq ans, il joue en concert au piano à quatre mains avec son père, à six ans il commence à griffonner ses premières œuvres. À neuf ans il est présenté à Gustav Mahler qui est ébloui par son génie. Le maître n’ayant pas la possibilité de le prendre comme élève, il l’adresse à Alexander von Zemlinsky. Le jeune homme maîtrise très vite le style tonal complexe de son époque et ses œuvres sont jouées avec succès en Autriche et en Allemagne. Son opéra Die tote Stadt (La Ville morte), créé en 1920, lui apporte une renommée internationale.

L’année 1934 marque un tournant capital dans sa vie. Poursuivi comme juif par le régime nazi, il doit émigrer aux États-Unis. Il se rend à Hollywood et se met au service de l’industrie cinématographique. Il écrit de nombreuses musiques de film dans ce style postromantique qui marquera désormais le genre. Son œuvre la plus jouée aujourd’hui est son Concerto pour violon. Basé sur des thèmes de ses musiques de films, la critique ne sera pas très tendre à son égard en ces temps de sérialisme.

Ressources liées pour Erich Wolfgang Korngold

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Inventé vers 1840, le pianola est un piano mécanique dont les touches et les pédales sont actionnées par un système de carte perforée, long ruban enroulé sur lui-même. Ancêtre du juke-box, on le trouvait principalement dans les bars et les saloons mais il a également permis à des compositeurs classiques comme Saint-Saëns, Debussy ou Ravel d’enregistrer quelques-unes de leurs œuvres. Il disparaîtra dans les années 1940 avec le perfectionnement du gramophone. (en savoir plus)