« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Heinrich Schütz : biographie

« Musicien malgré lui »


  • Nom Schütz Prénom Heinrich Nation Allemagne
  • Naissance 04/10/1585, à Köstritz (Allemagne) Mort 06/11/1672, à Dresde (Allemagne) Époque musicale Baroque

Biographie

Heinrich Schütz est né à Köstritz, en Saxe (dans l’est de l’Allemagne), le 4 octobre 1585. Il est le fils d’aubergistes assez aisés, qui lui font profiter d’une excellente éducation générale : il apprend le droit mais aussi la musique en tant que choriste.

Sa jolie voix attire l’attention du Landgrave de Cassel qui devient son protecteur. Il se destine au droit mais le Landgrave l’envoie en 1609 à Venise parfaire ses connaissances musicales auprès de Giovanni Gabrieli. Une amitié profonde réunit les deux hommes et le jeune Schütz assimile parfaitement l’écriture polyphonique et les règles du contrepoint. Il s’initie aussi au nouveau style concertant et à la basse continue.

Quand Gabrieli décède, en 1612, Schütz rentre au pays et veut reprendre ses études de droit mais son protecteur ne l’entend pas de cette oreille et l’engage comme organiste. Sur ce, l’Électeur de Saxe qui, lui aussi, a eu l’occasion d’apprécier les talents du jeune musicien fait valoir son rang supérieur au Landgrave, et l’enrôle en 1617 comme maître de chapelle. Le voilà donc, presque malgré lui, responsable de la plus importante cour protestante d’Allemagne, fonction qu’il assumera avec conscience et bonheur tout au long de sa vie. En 1627, son opéra ″Dafne (le premier opéra allemand, malheureusement perdu aujourd’hui) est créé à Torgau à l’occasion du mariage d’une fille de son employeur.

En 1628, Schütz effectue un nouveau voyage en Italie, dans le but de se perfectionner dans le nouveau style monodique et afin surtout d’étudier la technique du célèbre Claudio Monteverdi. Il rencontre ce dernier à Venise et en restera très influencé.

Une grande partie de sa vie est attristée par l’interminable guerre de Trente ans, conflit religieux puis politique qui déchire l’Europe entre 1618 et 1648. De 1633 à 1645, il fuit la guerre, qui fait rage en Saxe, et s’exile au Danemark mais retourne de temps en temps à Dresde. Puis, il réorganise la chapelle de Dresde en faisant augmenter les salaires de ses musiciens. Il tentera plusieurs fois de démissionner, mais on lui refusera toujours.

Schütz meurt d’une attaque d’apoplexie le 6 novembre 1672, à Dresde, à l’âge de 87 ans.

Œuvre

Malgré les difficultés pour mener sa carrière il composa jusqu’au bout une musique très pensée, à la fois inventive et sereine, qui allie l’exubérance de l’Italie à la rigueur de l’Allemagne protestante (écouter la n°2 des Sept dernières paroles du Christ, 1645). Il est aujourd’hui considéré comme le plus grand compositeur allemand avant Johann Sebastian Bach et certains en font l’égal de Monteverdi.

Il écrit essentiellement des compositions religieuses mais il est également l’auteur des ″Madrigaux italiens″ (1611 : écouter le n° 8 ″Fuggi o moi core) et d’un opéra perdu, ″Daphne″ (1627).

Si la musique de ses débuts est profondément influencée par l’Italie, ses compositions deviennent plus austères avec la maturité : c’est probablement une des conséquences économiques de la guerre de Trente Ans qui ne permettaient plus de jouer des œuvres de grande ampleur. Exemple : ses ″Cantiones sacrae (1625 : écouter la 1ère).

Il ne semble subsister aucune de ses pièces instrumentales, alors que sa réputation d’organiste était grande, mais les organistes improvisaient leur musique et la publiaient assez rarement. Il influença cependant durablement l’école d’orgue d’Allemagne du Nord, dont le plus célèbre représentant est Sweelinck.

Dans son œuvre abondante, on peut également distinguer les ″Musikalische Exequien″ (″Musiques pour des obsèques″, 1636 : écouter le début).

Petite curiosité : son surnom ″le Sagittaire″ est un jeu de mot sur son nom ; le terme latin ″sagittarius″, qui signifie “l’archer“, évoque en effet le nom de l’auberge familiale “Zum Schützen“ (à l’Archer).

Ressources liées pour Heinrich Schütz

Commentaires des internautes

Armindo, le 28/09/2015 à 10h23
Merci pour cette biographie de Schütz...elle dit l’essentiel de sa vie...Pendant très longtemps je ne voulais pas ecouter sa musique...quelle réaction stupide de ma part, à la première écoute de sa musique de l’avoir jugée trop ’’théâtrale’’. Depuis seulement quelques jours le verrou de tous ces préjugés est tombe et maintenant je découvre vraiment ce compositeur qui mérite vraiment d’être connu et aime. La encore, si vous voulez mon conseil pour découvrir et écouter la musique de Schütz, il faut écouter avec un coeur vierge, naïf, un coeur d’enfant qui n’a pas de préjugés et qui est curieux de découvrir...jusqu’au vous bout...
Armindo DIas

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Lors de la première représentation de sa neuvième symphonie, Ludwig van Beethoven, complètement sourd, n’entend pas les ovations du public. C’est un musicien qui le tournera vers le public en liesse.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !