Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Joseph Cassanéa de Mondonville
Biographie


  • Nom Mondonville Prénoms Joseph Cassanéa de Nation France
  • Naissance 25/12/1711, à Narbonne (France) Mort08/10/1772, à Belleville (France) Époque musicale Baroque

Joseph Cassanéa de Mondonville est né à Narbonne le 25 décembre 1711. D’un père musicien, il reçoit très tôt des cours de violon et devient un virtuose apprécié. Vers 1731, il s’installa à Paris et, en 1744, il est grâce à sa réputation nommé surintendant de la chapelle royale.

Pendant la querelle entre l’école française ( Christoph Willlibald Gluck) et l’école italienne ( Niccolo Vito Piccinni), Mondonville devient, grâce à la protection de Madame de Pompadour, l’un des champions de l’école française (il défend le coin du roi). De 1755 à 1762, il occupera le poste de directeur du Concert spirituel.

Mondonville meurt à Belleville, le 8 octobre 1772. Ce sont surtout ses motets qui sont encore joués de nos jours.

Ressources liées pour Joseph Cassanéa de Mondonville

Commentaires des internautes

Poster un message

Anonyme, le 21/01/2011 à 13:59
A-t-il des oeuvres qui soient restées connues, soit instrumentales, soit vocales ?

par avance Merci

Symphozik, le 24/01/2011 à 13:08
Bien sûr, mais cette biographie est incroyablement obsolète. Vous trouverez aussi bien des sonates, des ballets (Érigone), ou encore des motets (Dominus regnavit decorum) de ce compositeur.

Au pif sur Symphozik…

Pouchkine (dans sa pièce "Mozart et Salieri") et Miloš Forman (dans son film "Amadeus") comptent parmi les colporteurs de la rumeur selon laquelle Antonio Salieri aurait provoqué la mort de Wolfgang Mozart. Cette thèse a pris du plomb dans l’aile, l’Italien figurant par exemple parmi les rares personnes présentes à l’enterrement du prodige.

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

08/12 : Musiques dramatiques pour une mort tragique, nouveau dossier "à écouter".

25/10 : Pour une sociologie de la musique, nouveau dossier.

21/10 : Deux nouveaux dossiers azertyques à titre posthume, Musique et politique et son équivalent belliqueux, Musique et guerre…À vos clairons !