Les compositeurs sortent de l’ombre sur Symphozik…

Musique classique sur Symphozik

Référendum ADP

Page réservée aux membres

Désolé ! Cette page n’est accessible qu’aux membres de Symphozik.

Inscription à l’espace membre

Pseudonyme désiré

Mot de passe (à saisir deux fois)

Plus d’informations…

…mais comme vous nous faites confiance à 200%, inutile de lire les petits caractères…


Un membre (à gauche) et un non-membre (à droite) de Symphozik.
Observez l’état de bien-être et de relaxation que présente le premier sujet.

L’espace membre, c’est de plein de fonctionnalités-sympas-que-les-autres-n’auront-jamais-et-vous-envieront. Tentant, hein ? Plus sérieusement, il vous permet notamment de personnaliser le site, de consulter vos statistiques aux différents tests, et d’autres petits trucs sympas du genre.

En plus, exclusivité réservée aux membres : possibilité de se désinscrire de l’espace membre !!!

Bon, encore plus sérieusement : évidemment, c’est gratuit, sans engagement, sans récupération commerciale de vos données personnelles…Que demande le peuple ?

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Poster un commentaire

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Au pif sur Symphozik…Un jeune hautboïste très prometteur devient soliste dans un grand orchestre. Il se fait un nom en exécutant de façon merveilleuse la partie soliste d’une symphonie mettant particulièrement en valeur son instrument, toujours la même. Il en va ainsi pendant de longues années.
Sur la partition, il y a une annotation étrange à la mesure 154: “baisser la tête“. Il ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment, et baisse la tête à chaque fois, pendant toute sa carrière.
Et puis un jour, il décide de prendre sa retraite. Il donne un dernier concert avec l’orchestre dans lequel il a toujours joué, l’œuvre centrale étant évidemment la symphonie en question. Et, comme c’est la dernière fois, il décide de ne pas suivre tout à fait la partition: cette fois, il ne baissera pas la tête.
Le soir du concert, le public est nombreux, et tout se passe à merveille jusqu’à la fameuse mesure 154. Là , fier et droit au beau milieu de l’orchestre, le hautboïste tient fermement son engagement, et ne baisse pas la tête...

... et PAN!

Il se prend un grand coup de coulisse de trombone dans la tête!
Nouveautés sur Symphozik

22/10 : À défaut de mise à jour et bien que blasé, Symphozik se lance dans la politique. SIGNEZ ! (ou pour les esprits de contradiction : NE SIGNEZ PAS !)

11/02 : Claude Levi-Strauss et la musique

10/02 : À quoi sert la musique ?