« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Nicola Vicentino : biographie

« Théoricien de la musique grecque antique »


  • Nom Vicentino Prénom Nicola Nation Italie
  • Naissance vers 1511, à Vicenza (Italie) Mort vers 1576, à Milan (Italie) Époque musicale Renaissance

Biographie

Nicola Vicentino est né à Vicenza en 1511 et mort à Milan vers 1576. Il passe les premières années de sa formation à Vicenza, peut-être sous l’influence de l’humaniste Gian Giorgio Trissino. Il étudie la composition avec Adrian Willaert, comme il l’a indiqué sur le titre de son premier livre de madrigaux.

À partir de 1539, il est maître de chapelle à la cour de Ferrare. Il est alors au service du cardinal Hippolyte II d’Este. Il est probablement aussi professeur de musique de la famille d’Ercole II.

Entre 1546 et 1572, il édite 5 livres de madrigaux à 5 voix. En 1572, il publie un livre de motets. Célèbre à son époque comme compositeur, il est plus connu aujourd’hui pour ses travaux théoriques qui s’inscrivent dans le mouvement humaniste de "retour à l’Antique" caractéristique de la Renaissance.

À la recherche de la musique grecque antique

Comme l’atteste son traité l’Antica Musica ridotta alla moderna prattica (1555), Vicentino est un ardent défenseur de l’idée selon laquelle la musique grecque distinguait trois genres nommés diatonique, chromatique et enharmonique. Et pour démontrer que ces trois genres peuvent être encore utilisés à son époque, il les met en œuvre dans ses propres madrigaux. Voici par exemple Dolce mio ben en version diatonique (écouter) puis chromatique (écouter) et enfin enharmonique (écouter).

En outre, pour illustrer pratiquement la validité de ses spéculations, il conçoit et construit un clavecin à deux claviers, l’archicimbalo permettant de jouer dans les trois genres (voir et écouter une reconstitution sur youtube).

Archicimbalo
Un Archicimbalo

Batailles d’experts

Un premier débat l’oppose à Gioseffo Zarlino qui refuse la théorie des trois genres et ne retient que le genre chromatique divisant l’octave en 12 intervalles. Dans son ouvrage de 1571 intitulé Dimonstrationi harmoniche, Zarlino recommande un système qui privilégie les modes majeur et mineur au détriment des anciens modes. L’histoire lui donnera raison puisqu’il jette ainsi les bases du système tonal moderne : voir notre dossier "Le système tonal : un langage parfaitement artificiel".

Une seconde polémique l’oppose au compositeur et théoricien portugais Vincente Lusitano qui prétendait que dans les musiques contemporaines, seuls les genres chromatique et diatonique devaient être retenus. Deux membres de la chapelle du pape arbitraient le débat. Trouvant le système de Vicentino trop compliqué pour les chanteurs, ils accordèrent leur faveur à son adversaire, enterrant ainsi définitivement l’usage du quart de ton dans la musique savante occidentale (du moins jusqu’à nos jours).

Ressources liées pour Nicola Vicentino

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

On sait par une lettre d’Édouard Lalo écrite en 1880 qu’un groupe « opposé aux tendances académiques » s’offraient de temps à autre un « dîner des pris de rhum » … ses membres (Chabrier, Messager, Fauré, Duparc et Vincent d’Indy) étaient tous des recalés du fameux Prix de Rome !

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !