« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Beethoven : Rondo Capriccio, “colère pour un sou perdu“ op. 129

Écoute en ligne

Si vous n’êtes toujours pas satisfait(e), vous pouvez essayer une recherche sur Google. Vous pouvez aussi nous suggérer une interprétation (merci d’avance !).

Donnez votre avis sur cette œuvre !

Longueur : 0 à 3 minutes3 à 6 minutes6 à 12 minutesPlus de 12 minutes
Mystérieux : Pas du toutUn peuTrès
Mélodique : Pas du toutUn peuTrès
Paisible : Pas du toutUn peuTrès
Puissance sonore : FaibleMoyenneÉlevée
Tempo : LentModéréRapide
Triste : Pas du toutUn peuTrès

Informations sur l’œuvre

Rondo Capriccio, “colère pour un sou perdu“ op. 129

Compositeur : Ludwig van Beethoven

Création : Ville inconnue, date inconnue

Effectif : Instrument seul (soliste : Piano)

Commentaires des internautes

Anonyme, le 15/09/2016 à 19h39
cette façon d’apprécier une oeuvre d’art en la découpant en tranches (ex: pas du tout, un peu, très..) est totalement anti-musicale et anti-artistique et conviendrait mieux pour un froid questionnaire administratif.

Symphozik, le 16/09/2016 à 21h31
Bonjour,
je pense en effet avoir affaire à un expert de la froideur administrative, mais cela n’empêche pas de faire preuve d’un peu de politesse élémentaire, soit dit en passant…
Concernant le fond votre remarque, il s’agit d’un système en effet perfectible mais qui nous permet de proposer ce genre de service (Lien externe), assez interactif et basé sur le subjectif. Maintenant, si vous avez une meilleure suggestion, je vous remercie à l’avance de nous en faire part !
Cordialement,

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Au plus profond de notre cerveau, nous possédons, comme tous les animaux, une “oreille de vigilance”. Elle commande un réflexe de fuite après l’audition d’un son inconnu annonciateur d’une menace. Et voilà pourquoi tant de gens prennent leurs jambes à leur cou quand ils entendent de la musique contemporaine, par définition pleine de “sons inconnus, voire inquiétants”.