Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Rikard Nordraak
Biographie


  • Nom Nordraak Prénom Rikard Nation Norvège
  • Naissance 12/06/1842, à Oslo (Norvège) Mort20/03/1866, à Berlin (Allemagne) Époque musicale Romantique

Pressé(e) ? Découvrez la biographie courte de Nordraak

Biographie

Rikard Nordraach (prononcer "Nourrôk" ; il modifiera lui-même l’orthographe de son nom en Nordraak) est né le 12 juin 1842 et a grandi à Christiana (actuellement Oslo), mais sa famille est originaire de la ferme Nordrak dans la région de Oppland. Son père est le frère de Inger Elise Nordraach, la mère du poète et écrivain norvégien Bjørnstjerne Bjørnson.

Il est né le 12 juin 1842 et a grandi à Christiana (actuellement Oslo), mais sa famille est originaire de la ferme Nordrak dans la région de Oppland. Son père est le frère de Inger Elise Nordraach, la mère du poète et écrivain norvégien Bjørnstjerne Bjørnson.

Comme beaucoup des petits veinards ayant leur biographie sur Symphozik, ses talents musicaux se dévoilent à un très jeune âge, mais il ne se destine pas tout de suite à la musique. Il envisage (ou plutôt, son père envisage pour lui) une carrière dans les affaires, et il est envoyé à 15 ans dans une école de commerce à Copenhague. Bientôt toutefois, sa passion pour la musique prend le dessus et, en 1859, il est à Berlin pour six mois d’études musicales. À l’issue, il retourne à Oslo et compose ses premières comp...œuvres en hiver 1859-1860. En 1860, il rejoint la Société norvégienne (Det Norske Selskab), visant à promouvoir la culture nationale, à l’instar de la Société nationale de musique en France. En 1861, Nordraak repart à Berlin pour deux ans.

Son premier opus, composé notamment de six chansons sur des textes de son cousin Bjørnstjerne Bjørnson, est publié en 1863. C’est de cette époque que date Ja, vi elsker, qui deviendra l’hymne national norvégien, également sur un texte de son cousin. L’hymne est créé le 17 mai 1864, à l’occasion du dix-septième anniversaire de la constitution norvégienne.

En 1864, Nordraak rencontre Edvard Grieg à Copenhague et lui souffle l’idée de consacrer son génie à la mélodie norvégienne et à la promotion d’un art musical spécifiquement national. Nordraak écrit ensuite la musique de scène pour les pièces de Bjornson Maria Stuart i Skotland et Sigurd Slembe.

Il publie son deuxième opus, Fem norske Digte, sur des chansons et poèmes de Bjonrson et Jonas Lie. Il s’agit des dernières compositions publiées de son vivant.

En mai 1865, il retourne à Berlin pour parfaire ses études mais contracte la tuberculose et décède le 20 mars 1866, à seulement 23 ans. Il est enterré à Berlin.

En 1925, son cercueil est rapatrié en Norvège et mis en terre au cimetière Vår Frelsers à Oslo.

Œuvre

Nordraak est notamment connu notamment pour avoir composé l’hymne national norvégien. Ja, vi elsker dette landet ("Oui, nous aimons ce pays").

Nordraak ne vécut pas assez longtemps pour produire beaucoup de musique : il laisse environ quarante compositions, la plupart de petites pièces comme des chansons ou de la musique pour chœur masculin ou pour piano.

Son opus n° 3, publié à titre posthume par Edvard Grieg, est un Scherzo Capriccio pour piano solo. Il s’agit d’une sorte de rondo faisant appel à différentes caractéristiques de la musique traditionnelle norvégienne : rythmes pour les slåtter, dissonances pour les hardingfele. Cependant, les thématiques abordées n’ont pas de lien avec la musique traditionnelle. Une édition critique des compositions de Nordraak sera publiée par Øyvind Anker et Olav Gurvin en 1942.

Le patriotisme passionné et l’amour de la musique traditionnelle de Nordraak a inspiré des compositeurs contemporains tels que Grieg, qui composa la Marche funèbre en mémoire de Rikard Nordraak. Une partie de sa vie fut mise en scène dans la comédie musicale Chansons de Norvège.

Ressources liées pour Rikard Nordraak

Commentaires des internautes

Poster un message

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Au pif sur Symphozik…

Dark like me - Homesick Blues - Thierry Machuel

Nouveautés sur Symphozik

16/01 : Après près de sept ans de présence sur Symphozik et un nombre record de contributions diverses, Claude Roux, alias azerty, nous a quitté. Nos condoléances à sa famille.

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.