Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Vincenzo Bellini
Biographie

Introduction musicale : dans Norma, écouter Casta diva

  • Nom Bellini Prénom Vincenzo Nation Italie
  • Naissance 03/11/1801, à Catane (Italie) Mort23/09/1835, à Puteaux (France) Époque musicale Romantique

Né le 3 novembre 1801 à Catane en Sicile, Vincenzo Bellini est le fils aîné de Rosario Bellini et d’Agata Ferlito. C’est son grand-père Vincenzo Tobio Bellini, maître de chapelle de la cathédrale locale depuis environ 1767, qui lui donne ses premières leçons de musique. C’est entre 1813 et 1818 que le jeune prodige Bellini écrit ses premières pièces, pour la plupart non datées. Il faut dire que selon la légende familiale, il n’est pas en retard : il aurait commencé la théorie musicale et le piano respectivement à deux et à trois ans. En fait, on ne peut affirmer que le fait qu’il a passé sa jeunesse dans un environnement très propice à la musique que ne fit que favoriser sa carrière musicale.

Après les leçons prodiguées par son aïeul, Bellini junior peut quitter sa province natale pour le conservatoire de Naples en juin 1819, encouragé par une bourse de la municipalité de Catane. Là , dans la classe du directeur Nicolò Zingarelli, il étudie les maîtres de l’école napolitaine et les pièces orchestrales de compositeurs tels que Joseph Haydn et Wolfgang Mozart.

Une des coutumes du conservatoire de Naples était de présenter au public une œuvre dramatique d’un étudiant prometteur. Ainsi, Bellini eut l’occasion de donner son opéra Adelson e Salvini au petit théâtre de son établissement. Très rapidement, le théâtre San Carlo, le premier de Naples, lui commande Bianca e Gernando (1826), créé par Rubini, Lablache et Mme Tosi. C’est un succès qui amène aussitôt le prestigieux théâtre de la Scala de Milan à lui commander I pirati (1827), qui connaît le même succès et répand le nom de Bellini à toute l’Italie. Cet opéra marque aussi le début d’une collaboration fructueuse avec le librettiste et poète Felice Romani. De plus, il entretien de bonnes relations avec le ténor Giovanni Battista Rubini (qui chantait déjà dans Bianca e Gernando).

De 1827 à 1833, Bellini est à Milan où tout lui sourit. La straniera (1828) est encore mieux accueillie que Il pirata et offre même à son auteur une certaine indépendance financière. Mais très brièvement, il connaît enfin l’insuccès avec Zaira, en 1829, à l’occasion de l’inauguration d’un théâtre à Parme. Bien entendu, cela ne dure pas et on accueille bien son opéra I Capuleti e i Montecchi (dont l’inspiration est similaire à Roméo et Juliette).

Coupant court à cinq ans de succès, Bellini décède d’une inflammation intestinale (si vous teniez vraiment à le savoir ^^) le 23 septembre 1835, après s’être installé à Puteaux, près de Paris. Enterré au Père-Lachaise, sa dépouille fut rapatriée 40 ans plus tard à Catane dans la cathédrale Sainte-Agathe. Sa vie fut courte mais heureuse, parsemée par exemple de succès auprès de la gente féminine et de réussites artistiques. Il reçut même la Légion d’Honneur, peu avant sa mort. Son opéra en deux actes Norma, créé à Milan le 26 décembre 1831 sur un livret de son ami Felixe Romani, est considéré comme son plus grand chef-d’œuvre.

Pour l’anecdote, la croix de la légion d’honneur qui lui avait été remise a été donnée par la famille à l’évêque d’alors pour qu’elle vienne s’ajouter aux nombreuses autres donations qui ornent la statue de Sainte Agathe, patronne de la ville. Si un jour vous passez dans le coin, vous pourrez encore l’y voir.


Photo du tombeau de Bellini (Pierre-Louis Monfort)

Ressources liées pour Vincenzo Bellini

Commentaires des internautes

Anonyme, le 06/02/2011 à 12:43
vous vous êtes tromper il a étais élevé au conservatoire de San Sebastiano à Naples.

Anonyme, le 24/10/2017 à 15:56
Mais qu’est-ce-que ca veut dire, dans un tel article, ’si vous tenez vraiment a le savoir’? Impertinent!

Symphozik, le 25/10/2017 à 19:08
Au contraire, c’est très pertinent !

Anonyme, le 19/11/2019 à 22:26
Savez-vous qui a composé les paroles d’une des premières œuvres de Bellini, La Farfaletta?

Poster un message
Au pif sur Symphozik…

John Cage a écrit un morceau de musique intitulé 4’33’’, où rien ne se passe pendant quatre minutes et trente-trois secondes.

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.

06/05 : Deuxième article de la série Diana Deutsch : la circularité des hauteurs. Accrochez-vous.