« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

chiffrage notation des accords classique

« chiffrage notation des accords classique »

Bonjour,
Je lisais l’analyse harmonique du prélude 1 de Bach sur ce site (Lien ), mais ayant une formation théorique jazz, j’ai pas tout compris sur les notations d’accord ... et notamment les chiffres arabes (voir lien) . Quelqu’un peut-il m’expliquer ou m’envoyer un lien qui explique ces règles de notation en classique? Dans la mesure 1 , les notes sont do-mi-sol-do-mi et c’est noté “5“. J’en déduis que le sol de l’accord a été choisi pour caractériser l’accord, (en omettant le mi) mais alors pourquoi dans la mesure 2 , l’accord do-re-la-ré-fa est il caractérisé par le chiffre 2 se référant semble-t-il au ré???...C’est peut etre une question triviale, mais je n’ai pas trouvé de site m’expliquant mieux les régles de chiffrage des accords classiques.
Merci pour votre aide!
Véro

Anonyme
le 20/05/2013 à 11:51

Quand l’intervalle entre la basse et la note juste au dessus est une tierce sans altération accidentelle, il n’est pas nécessaire de marquer 3, c’est sous entendu. Ainsi, mi sol do se marque 6, do mi sol 5...


blopblop

le 20/05/2013 à 14:41

En fait, les chiffrages classiques sont définis sur les intervalles entre la basse et les autres notes de l’accord...
Ainsi, pour le triades majeures et mineures, les trois chiffrages possibles sont les suivants : (l’accord C - Do Mi Sol - sera utilisé comme exemple tout au long de l’explication)

5 pour l’état fondamental (c’est à dire, par exemple, pour un C),

6 pour le premier renversement (C/E),

6
4 pour le troisième (C/G)

Sauf si la triade est diminué, auquel cas on trouve
un 5 barré pour Cmb5

+6
3 pour Cmb5/Eb

6
+4 pour Cmb5/Gb

Puis, pour les accords de 7ème, on trouve

7
+ pour C7

6
5barré pour C7/E

+6 pour C7/G

+4 pour C7/Bb

Pour Xm7 et les XM7, on trouve

7 pour l’état fondamental

6
5 pour le 1er renversement

4
3 pour le 2ème

2 pour le dernier

Et enfin, pour les septièmes diminuées, on a

7barré pour C°

+6
5barré pour C°/Eb

+4
3 pour C°/Gb

+2 pour C°/Bbb (l’accord est plus simple à comprendre sur A, peut-être, A°/Gb)

Il reste, si je ne m’abuse, plus que les 7ème demi-diminuées,

7
5barré pour Cm7b5

Les autres renversement sont les mêmes que pour les 7ème mineures/majeures, soit

6
5

4
3

et 2

Voilà, en gros, c’est ce qu’il y a a savoir sur la question ! Après, si tu veux vraiment saisir la logique, voilà les clés : au départ, on chiffrait tout les intervalles entre la basse et les notes supérieurs, donc un accord tel que do mi sol se notait
5
3

Puis, au fil du temps, on a conclu que la 3rce étant quasi-omniprésente, il n’était pas forcément nécessaire de la noter, d’où le 5.
Puis l’on s’est dit que l’on pouvait même l’enlever des autres accords, puisqu’il était communément admis que si un accord sans tierce se présentait, il serait noté tel qu’il devait être joué...

En gros, à force d’évolution dans ce genre, le code s’est simplifié jusqu’à devenir tel que présenté si dessus. Tu l’auras compris, les chiffres barrés désignent des intervalles diminué. Et les +, quant à eux, désigne la sensible de la tonalité. Par exemple, en classique, l’accord de 7ème ne s’utilisant que sur le 5 degré (en théorie, bien sûr), lorsque l’on trouve un accord chiffré
7
+ (le + n’étant devant aucun chiffre, il signifie qu’il vaut pour la 3rce de l’accord)
la 3rce de l’accord G7 correspond effectivement à la sensible de Do majeur...

Bref, je ne sais pas si je suis clair, c’est assez difficile de s’y retrouver là-dedans, lorsque l’on n’a pas l’habitude... ^^


Rafiki

le 20/05/2013 à 21:40

Merci pour ta réponse Rafiki, je me permet juste de corriger :

“5 pour l’état fondamental (c’est à dire, par exemple, pour un C),

6 pour le premier renversement (C/E),

6
4 pour le “SECOND“ (C/G)“

Anonyme
le 24/01/2015 à 12:08

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Ses séjours à Lyons-la-Forêt, agrémentés de promenades dans les bois (quand le loup n’y était pas), inspiraient Maurice Ravel, qui composa dans ce petit village de l’Eure le Tombeau de Couperin (1917) et une orchestration des Tableaux d’une Exposition de Modest Moussorgski.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.