« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Prix International Pro Musicis 26 octobre 2017 | Palmarès 2017: Concours International de Piano IDF | 25e édition du Festival des Forêts
Inscription Mot de passe oublié

Oreille absolue : tests gratuits !

Avez-vous l’oreille absolue (voir notre dossier sur le sujet), faculté d’identifier instantanément toute note entendue ? Notre test gratuit et sans inscription requise vous permettra sûrement de répondre à cette question !

Test d’oreille absolue simple

Tests d’oreille absolue à plusieurs notes

Plus d’information sur le test

Les tests d’oreille ci-dessous vous permettront sûrement de savoir si vous pouvez identifier instantanément les notes jouées, comme Wolfgang Mozart (enfin, il ne s’est pas testé sur Symphozik, mais on se comprend) ou mieux encore, comme Charlotte de Secret Story, vous avez l’oreille absolue ! Sinon, n’en faites pas un drame : tous les grands musiciens n’avaient pas cette faculté, et inversement tous ses bénéficiaires ne sont pas devenus des musiciens de génie (non non, aucun rapport avec Charlotte).

Ce qu’on sait (ou pas) sur l’oreille absolue

L’oreille absolue permet en théorie de donner le nom de n’importe quelle note entendue, qu’elle provienne d’un instrument de musique ou de la perceuse de votre voisin (si elle n’est pas désaccordée, bien évidemment). Des doutes persistent sur son caractère : innée ou acquise ? Dans l’attente de témoignages…

Quelle utilité ? Comme dit plus haut, le seul fait d’avoir l’oreille absolue ne fait pas de vous un musicien promis aux plus hautes destinées. Je pense que c’est un atout non négligeable (au moins en classe de solfège pour épater les copains et sur Symphozik.info pour réussir les tests ;-) ), mais qu’on peut également très bien s’en passer.

L’oreille absolue est d’ailleurs parfois source de problèmes : par exemple, jouer une pièce baroque avec des instruments accordés en la 415 plutôt qu’en la 440 perturbera un titulaire de l’oreille absolue.

En savoir plus : voir notre dossier sur le sujet

Commentaires des internautes

Anonyme, le 04/11/2010 à 10h56
Merci de m’être rendu compte que je n’ai pas l’oreille absolue, mais en voulant, en travaillant, en y croyant, je vais l’acquérir.
Est-ce une bonne démarche?

Symphozik, le 04/11/2010 à 11h12
Bonjour
D’après ce que je sais, certains estiment que l’oreille absolue peut s’acquérir à force de travail. D’autres considèrent (ou considéraient ?) qu’il s’agit au contraire d’une faculté innée. Je serai bien incapable de trancher entre les deux.
En revanche, je pense que de toute façon tout travail musical de ce type est bon à prendre. Si vous avez le temps et la motivation, ce sera de toute façon une manière de travailler votre mémoire musicale, peut-être votre oreille relative, etc.
Bonne chance, en tout cas, et merci de votre commentaire.
Jean-Baptiste

Anonyme, le 05/01/2011 à 8h36
Je n’y croyais pas au début mais en fait, je travaille mon oreille depuis plusieurs années et je progresse sans cesse vers l’oreille absolue, je suis maintenant sûr que j’aurais pleinement l’oreille absolue en continuant ainsi.
Ca me demande principalement de me concentrer sur tout ce que j’écoute, de tout transcrire dans ma tête (ou parfois sur un support matériel mais c’est long), d’avoir des repères constamment : j’ai installé une appli diapason sur mon smartphone, j’identifie les bruits qu’on entend en ville (le biiip que le métro fait quand il ferme ses portes est un Mi bécarre, sauf exception quand il est désaccordé, il peut virer au Mib ou au Fa).

Anonyme, le 23/11/2010 à 21h27
Bon, tous les tests sont en effet très simple.
J’ai simplement une question, vers quels métiers pourraient-ont se diriger si l’on possède l’oreille absolue ?

Rafiki, le 29/11/2010 à 0h44
vers rien du tout ^^ l’oreille absolue ne suffit pour rien, elle n’ai qu’une "aide" dans certains cas (par exemple, pour réussir les tests sur symphozik.info ^^)... Plus concretement, elle est très utile pour des dictées lors de concours de solfège, ou autre, ou encore pour retranscrire la musique (comme Liszt le faisait dans ses transcriptions)... ou tout simplement pour écrire une mélodie (voire une symphonie complète, hein, pourquoi pas ...) sans s’aider de quoi que ce soit, c’est beaucoup plus rapide (il faut cependant savoir que le fait d’avoir l’oreille absolue n’est en aucun cas "responsable" d’un quelconque talent de compositeur, elle ne fait donc pas de vous un Mozart ... bien qu’il ait lui-même possédé l’oreille absolue)

Mélinopiano, le 27/01/2011 à 21h50
Pour répondre à une question au tout début ( j’ai relu les premiers messages postés à ce sujet), je pense que l’oreille absolue peut s’aquérir en travaillant. Car je n’avais pas l’oreille absolue avant, ce n’est qu’en ayant travaillé énormément le son et essayer de reconnaitre des notes que je reconnais. Je ne l’ai pas entièrement, je reocnnais d’emblée le do et le la, mais mes professeurs croient que je l’aurais entièrement plus tard. Cela dépend aussi de l’âge et de quand on a commencé la musique, :) plus on commence tot, plus on a la possibilité d’avoir plus tard l’oreille absolue.

Anonyme, le 24/03/2011 à 13h03
Bonjour,

Il y a un très bon livre en anglais "The origins of music, language, mind and body" de Steven Mithen qui explique que presque tous les enfants ont l’oreille absolue (perfect pitch en anglais) avant l’acquisition du langage (expériences de Saffran et Griepentrog) : Lien externe.
Ensuite l’oreille absolue est perdue par presque tous le monde sauf 1 personne sur 10 000, en général des personnes qui ont reçu une éducation musicale dès la toute petite enfance ou qui ont des dispositions particulières.
L’oreille absolue aide à l’acquisition du langage en ses tous débuts lorsque l’enfant doit commencer à différencier le flux sonore du langage puis l’oreille relative devient essentielle lorsqu’il faut reconnaître les mots et phrases vocalisés par des locuteurs différents pouvant utiliser des tonalités sonores très différentes et où il faut que le cerveau comprenne qu’il s’agit en réalité de la même chose. Cela incite le cerveau à refouler l’oreille absolue lorsqu’il met un sens identiques sur des mots qui peuvent être musicalement très différents suivant le critère de l’oreille absolue.
Un contributeur a bien expliqué par rapport à la musique la difficulté cognitive que pouvait poser l’oreille absolue : "Quelquefois, c’est un peu gênant aussi, parce qu’en ce qui me concerne, quand je joue sur un clavier qui a été transposé, cela me perturbe énormément de mettre les doigts sur des touches et d’entendre une autre note que prévue par ex. Du coup cela me demande beaucoup de concentration ! "

Anonyme, le 28/03/2011 à 13h13
l’oreille d’identification de notes, isolées, tempérées dans une échelle, n’a aucune utilité d’ordre artistique et musicale. Si ce n’est de pouvoir dialoguer avec des musiciens sur une partition. L’oreille relative, discriminatoire, celle qui extrait les éléments divers d’un son, d’une harmonie, les intervalles constituants, leur poids respectifs, leur justesse par rapport ceux mis en oeuvre et en mémoire auditive lors de ce processus de gestalt - l’écoute, le discerné, le reconnu- , cela est fondamental pour etre dans la musique, y creuser sa sensibilité, y extraire une réalité qui est bien audela du processus exact, formidable, certes, mais totalement inutile, de l’ingiénérie psychoacoustique de ce que l’on nomme le solfège, qui n’est un code parmi tant d’autres.

Droldwaz0o, le 01/05/2011 à 0h11
Bonsoir !
Voilà, j’ai eu 5/5 à toutes mes tentatives de test à une note. En essayant celui à deux notes, plusieurs fois d’affilée, j’ai obtenu à chaque fois 0/5 ...
Après m’être dit que j’étais nulle, j’ai réessayé le test en remplissant à chaque fois cinq fois la même note, et ce pour toutes les notes du clavier, pour vérifier ... A chaque fois, j’obtenais 0/5. N’aurais-je pourtant pas dû obtenir à coup sur au moins 1/5 pour certains tests (ceux qui comportaient effectivement la note que je validais 5 fois ?). Bien sûr, je n’exclus pas une grosse erreur de ma part ! Je suis juste curieuse ...
En tout cas, merci pour ce site absolument génial, et mention spéciale aux petites phrases qui défilent en haut de la page ... :D

Anonyme, le 15/05/2011 à 19h01
En me concentrant et en réfléchissant longtemps j’arrive à avoir des 4/5 ou 5/5. Pourtant ceux qui ont l’oreille absolue autour de moi disent que c’est instantané et que ’la note dit son nom’. Si j’ai vraiment l’oreille absolue, pourquoi j’ai besoin d’autant me concentrer ? Des mécanismes qui vont s’améliorer peut-être (ça ne fait que 3 ans que je suis musicienne) ?
Qu’en pensez-vous?

Rafiki, le 16/05/2011 à 20h57
Que c’est possible ... mais aussi que ça viendra peut-être pas plus ... difficile de dire, lorsque le sujet est très mal connu au niveau scientifique ^^ peut-être qu’en travaillant, tu obtiendras plus de facilité pour reconnaitre la note, cela te demandera moins de concentration ... mais peut-être pas :/ enfin, bon courage, en tout cas ! =)

Anonyme, le 10/08/2011 à 0h24
je découvre curieusement qu’avec l’âge, l’oreille absolue se décale vers le bas (presqu’un demi-ton à 60 ans)

Gabrielle Réju, le 15/08/2011 à 22h01
il paraîtrait que l’oreille absolue s’acquiert en tapant le la du diapason de manière régulière ( plusieurs fois par jour ) et en le chantant par la suite.
je l’ai testé sur mes élèves et en effet elles sont capables de me chanter le la sans "consulter" le diapason, cependant il suffit qu’elles ne le fassent pas pendant une semaine et le la acquis disparait "(là)" :-)

Anonyme, le 19/08/2011 à 16h16
L’oreille absolue sert pas à grand chose.

Même pour retranscrire à l’oreille une mélodie sur papier, ou composer direct sur papier, l’oreille relative suffit.
Il suffit de prendre n’importe quel tonalité de référence, par exemple do, et écrire tout comme si la tonalité réelle était vraiment do.

Ensuite on peut transposer dans la tonalité qu’on veut si on juge que c’est plus approprié pour la voix ou un instrument donné.

Anonyme, le 22/08/2011 à 14h58
l’oreille absolue est parfois gênante, et j’en sais quelques choses. Elle est super pratique, dans le relever, le chant... mais il m’est quasiment impossible de jouer sur un clavier transposé ( il m’est arrivé une fois de trouver un clavier dans un magasin mal programmé pitch à 0 mais 1ton en dessous ), la musique ne me détend pas forcément vu que j’attends les notes, mais le pire reste les bruits de la ville, des gens qui parlent... qui ne sonne pas souvent juste et là c’est mal de crane assuré! il m’arrive très souvent de mettre les bouchons pour éviter le mal de tête. Sinon c’est super ;)

Anonyme, le 24/10/2011 à 2h46
C’est marrant, j’ai pas réussi le test avec l’oreille, toutefois quand je met les basses à fond mon corps reconnait les ondes. Le corps absolu ? xD

Anonyme, le 23/01/2012 à 15h15
je crois que le problème majeure quand on a l’oreille absolue (c’est mon cas), ce n’est pas les problèmes souvent mentionnés, comme ceux dus aux décalages fréquentiels lorsqu’on est confronté, au conservatoire à une dictée de musique baroque... car il faut déjà jouer du baroque pour ça, et c’est pas le cas de plus de la moitié des musiciens sur terre!!!

le seul véritable problème que j’ai rencontré en tant qu’enfant, moi qui ai étudié le piano pendant 3 ans et ai fait 2 ans de conservatoire, c’est les conséquences de l’attitude qu’on adopte face au solfège et aux déchiffrages des partitions qu’on qualifie de peine et de calvaire "inutiles" lorsqu’on se sait doté, parallèlement, à la capacité de rejouer un morceau des Beatles tout seul d’oreille, et que pendant ce temps là un vieux prof poussiéreux vous ennuie à jouer des gammes sur le déliateur qui ne vous mènent à rien (d’ailleurs, encore aujourd’hui, je rechigne à m’y mettre sérieusement, et je n’ai toujours pas acquis la lecture spontanée d’une partition, chose qui me dépasse et me semble incroyable lorsque je le constate chez l’autre) La lecture du solfège est un véritable calvaire pour moi.

les conséquences de cette attitude: une grande fainéantise face à l’étude et au déchiffrage du solfège, indispensable pourtant lorsqu’on veut jouer du classique. Alors vous pouvez imaginer la peine que ça procure d’être passionné de classique sans pouvoir jamais en jouer, car je me refuse à la souffrance que doit s’infliger un apprenant face au déchiffrage avant de savoir jouer Debussy, Liszt ou Chopin...... et par ailleurs avoir des facilités et des capacités harmoniques ultra fines et développées.

Bien sûr, on peut toujours me rétorquer: ça ne tient qu’à toi, tu n’as qu’à t’y mettre!!! A ça je répondrais: "oui, mais.... avec l’oreille absolue, je joue déjà des musiques assez complexes ou pas évidentes, et j’en compose d’aussi peu évidentes, et jouer sa propre musique, c’est encore mieux que jouer celle des autres en terme de plaisir, je vous l’assure!!"

je reconnais que l’oreille absolue a tendance à me rendre plus égocentrique et orgueilleux vis à vis de mon don, et donc à me centrer sur moi-même surtout en musique... et à privilégier la composition donc, source de gratification, plutôt que de devenir un singe savant interprète pour ne jouer toute sa vie que les oeuvres des autres, aussi géniales soient elles.....

je suis capable, d’oreille, de retrouver et jouer globalement les accords principaux d’un morceau de Debussy (première période) ou de Chopin, voire même quelques phrasés et mélodies, sans en jouer le détail des notes et sans respecter la répartition des notes entre main gauche et main droite dans l’harmonie (pour cela, il faut une partition ou bien un didacticiel visuel), répartition extrêmement complexe en classique (je dirais même que c’est ce qui fait une des caractéristiques principales du classique).

Du coup, je joue des embryons approximatifs de morceaux de classique, mais sans jamais les jouer note pour note, sans la même perfection harmonique de répartition des notes (généralement, je tasse toutes les notes de l’harmonie sur une seule octave, ce qui est plus simple, un peu comme en rock ou chanson)

je ne sais pas si cette expérience est arrivée à de nombreux musiciens dotés de l’oreille absolue.

Par ailleurs, je suis musicien, et avant tout compositeur (je m’estime un plutôt médiocre interprète techniquement, comparé à un vrai pianiste classique), et je joue du rock progressif, et donc mon style est très classisant, dans la mesure où j’écoute surtout du classique et me nourrit de cette musique qui pour moi reste la musique parfaite.
eh bien, je puis vous affirmer que l’oreille absolue est un avantage pour la composition (je veux dire d’une musique un tant soi peu sophistiquée), car la mémoire auditive du répertoire harmonique étant très développée et emmagasinée dans la tête, on a une approche de la musique plus "en combinaisons d’accords", et le choix se fait bien sûr sur des accords plus complexes (je n’aime pas les musiques aux accords simples, conséquence de mon oreille absolue?) que j’arrange après comme je veux, arpèges, accords, .... Bien sûr, l’imagination se nourrit auprès d’influences dans nos écoutes, mais il reste que cet imaginaire s’intègre mieux sur le plan mémoriel et facilite les trouvailles de constructions d’accords peu communes. J’ai d’ailleurs horreur des constructions d’accords trop "classiques", aisément anticipables à l’écoute... le rock, la variété et la chanson contiennent trop souvent de ces constructions, hormis quelques brillantes exceptions (William Sheller ou le vieux Genesis époque Gabriel et quelques autres groupes "progressifs" des 70’s...)...

ça a pour inconvénient d’être surtout - voire quasi exclusivement - concentré sur la note et l’harmonie, et de délaisser le rythme. Et d’ailleurs, j’ai énormément de difficultés sur le plan rythmique, pour moi c’est un casse tête mathématique avant tout le rythme, et je suis nul en maths..
en théorie musicale, j’ai approfondit la question des intervalles naturellement, et des modes et de la tonalité, mais j’ai délaissé toute écriture rythmique... je compose souvent des morceaux aux rythmes simples, lents, en 4/4, concentrant toute la complexité dans les changements d’accords, et l’harmonie.

je suis persuadé que c’est une conséquence de l’oreille absolue.

Anonyme, le 26/01/2012 à 16h42
Salut,
"L’oreille absolue" il est probable que ça existe... Mais apparemment ton problème ne se situe pas là ! En effet quand on prétend être ou devenir un vrai musicien, compositeur ,de surcroit ; c’est comme pour tout le reste (arts, métiers, sports, etc) il n’est pas inutile d’en apprendre les techniques ! ainsi que la connaissance du contexte ( ce qui a été fait par les autres).
Au boulot !

Rafiki, le 28/01/2012 à 0h24
De une : je ne vois pas qu’est-ce qui t’autorise à traiter ne serait-ce qu’un seul musicien de "singe savant interprète", alors que tu n’es toi-même, semble-t-il, qu’un "singe imitateur d’accord", peut-être très perfectionné (quoique à voir, repiquer une grille de Chopin ou des Beatles, rien d’extraordinaire jusqu’ici, beaucoup peuvent le faire, même sans l’oreille absolue), mais surtout imbu de lui-même...

De deux : bien des musiciens (et beaucoup d’interprètes non-compositeurs, si si !) ont, auront, et ont eu l’oreille absolue avant toi, et n’ont pas forcément été des fainéants, ne généralise pas ton cas, veux-tu... Si tu flemmardise à apprendre le piano, ou à travailler des rythmes (ou tes maths, ou quoique ce soit d’autre), c’est uniquement ta faute, pas celle de ton oreille.

De trois : il y a plus de la moitié des musiciens sur Terre qui jouent du baroque, j’en suis intimement persuadé... (bon, je n’ai pas de statistiques, certes, mais toi non plus...), encore une fois, ne généralise pas, ce n’est pas parce que tu n’aimes pas cette musique ou que tu ne trouves pas d’intérêt dans le fait de la jouer que c’est le cas de tout le monde.

De quatre : les profs ne sont pas tous vieux et poussiéreux... Et si tu avais fait un peu plus de solfège, justement, tu saurais que l’on travaille aussi beaucoup... Le rythme, chose qui te fait apparemment défaut... Et les gammes ne mènent pas à rien (si tu veux être convaincu, demande à Saint-Saëns, qui en a fait jusqu’au moins ses 80 ans...)
De plus, le fait d’aimer jouer sa musique ou celle des autres, cela dépend des gens, ne sois pas nombriliste au point de croire que tout le monde aime les mêmes choses que toi, tu veux ? Cela vaut de même pour la "musique aux accords simples", ce n’est pas parce que tu n’aime pas ça que c’est le cas de tout ceux qui ont l’oreille absolue, c’est juste toi. Par ailleurs, Mozart (entre bien d’autres) utilise des accords, en général, relativement simples (pas souvent plus de 4 sons, quelques accords diminués par ci par là, mais ça tourne beaucoup autour des choses simples, quand même)...

Maintenant, sache que tu es effectivement (et c’est bien de le reconnaître) "plus égocentrique et orgueilleux vis à vis de [ton] don", il te reste donc à corriger le tir... Ce n’est pas parce que tu as l’oreille absolue que tu es un bon compositeur, ou un bon interprète, ou un bon quoique ce soit. Même si tu es plus à même d’utiliser des accords moins usités que d’autre dans les milieux rocks’n cie, ça ne veut pas dire que tu le fais de manière intelligente, ou avec toute la mesure, l’aisance, l’intuition (et bien d’autres choses, d’ailleurs, entre autre le génie) que cela demande. Et sache que tu n’auras rien à perdre à suivre, par exemple, des cours d’écriture dans un conservatoire, qui pourront au moins élargir ta culture musicale

Une dernière petite chose : lorsque que tu dis "Bien sûr, on peut toujours me rétorquer : ça ne tient qu’à toi, tu n’as qu’à t’y mettre!!! A ça je répondrais : "oui, mais.... avec l’oreille absolue, je joue déjà des musiques assez complexes ou pas évidentes, et j’en compose d’aussi peu évidentes, et jouer sa propre musique, c’est encore mieux que jouer celle des autres en terme de plaisir, je vous l’assure!!"", La question n’est pas de savoir si tu es capable de jouer des musiques complexes ou pas évidentes, mais de savoir si tu veux jouer du classique tel qu’il est écrit. Si c’est le cas, apprends à déchiffrer. Si ce n’est pas le cas, contente toi de ce que tu as sous les doigts, mais ne vient pas te plaindre que c’est douloureux de ne pas pouvoir jouer du Chopin.

Sur ce, à fort bientôt

jack, le 05/09/2012 à 19h23
Bonjour, j’ai une question :
Il y a 2 musiciens qui ont l’oreille absolue, l’un en 1750, l’autre maintenant.
Celui de 1750 voyage dans le temps jusqu’à aujourd’hui. Il connaît le La de l’époque, le La 415 (sa fréquence). Il entend un La de 2012, le La 440, il dit c’est un la dièse, j’en suis sûr, j’ai l’oreille absolue.
Le musicien contemporain lui dit : moi aussi j’ai l’oreille absolue, et c’est un La.
Qui a raison ?
L’oreille absolue n’est elle pas elle aussi un peu relative ?

Symphozik, le 05/09/2012 à 20h43
Bonsoir,
L’oreille absolue est en effet relative à un diapason, puisque le La n’a été fixé à 440 à l’échelle mondiale qu’au XXe siècle. Auparavant, évidemment, il y existait de telles disparités au niveau géographique que j’aurai bien aimé y être pour assister à un dialogue du type de celui que vous décrivez :D
Cordialement,
Jean-Baptiste

Rafiki, le 05/09/2012 à 22h41
je ne sais pas si le concept d’oreille absolue avait déjà été décrit comme tel en 1750, en fait... Il faudrait vérifier !

Anonyme, le 16/11/2012 à 1h22
Les tests ont un petit souci. Il y a sans doute un problème au niveau de la programmation. Comment une personne qui ne se trompe jamais avec un véritable instrument peut se retrouver 3 fois de suite avec des notes tels que 1 ou 0?
Les personnes qui ont créé ce site n’ont probablement pas cette oreille, ce qui est un problème. L’intention est bonne, mais je vous assure qu’il y a quelque chose d’étrange. Et je pense avoir cerné le problème. Les harmoniques des sons de ces tests sont un bordel, et ils ont tendance à embrouiller une personne qui possède une certaine oreille. Pourquoi? Parce qu’en cliquant sur une touche, une note se joue et dérive lentement sur un demi-ton au-dessus! Alors quelle note choisir??
Si vous pouvez le faire essayez de mettre au point des tests qui résultent de sons enregistrés directement sur de vrais instruments! Il y aura une différence croyez-moi!

Et ne prenez pas ce message comme un moyen de nuire à quoi que ce soit. Car la réussite des tests est aléatoire, et je suis certain qu’une personne qui a bien réussi un test a pu mystérieusement obtenir un score de 0 ou 1 à celui d’après, et pas pour des questions de maladresse...

Musicalement

Christian

Symphozik, le 16/11/2012 à 10h24
Bonjour,
Ce problème est en effet régulièrement évoqué. Je ne sais pas si cela peut dépendre de la configuration utilisée, mais il est sûr que dans l’absolu votre solution est la meilleure (à condition de trouver des instrumentistes qui jouent juste :D ), mais pour l’instant je n’ai pas la possibilité de réunir les sons désirés. Peut-être faudra-t-il lancer un appel à contribution...
Cordialement,
Jean-Baptiste

Anonyme, le 01/02/2013 à 21h36
Salut ! Je fais pas mal de cogitations sur l’oreille absolue ces temps-ci (c’est moi qui ai commencé à la développer à 18 ans (d’ailleurs elle l’est maintenant :3) et qui voulait “écrire un livre“ pour re-situer les commentaires précédents haha.)

En fait à mon avis, la reconnaissance des tons et son apprentissage s’apparentent en beaucoup de points à la lecture. Et oui ! Alors qu’est-ce qui me fait dire ça ? Déjà le fonctionnement de l’oreille absolue. Pour ceux qui l’ont, vous n’êtes pas sans savoir qu’on entend le nom des notes dans notre tête quand on entend une note. De la même manière qu’on entend les mots qu’on lit, même de manière passive, sans les retenir pas la suite. On lit un peu tout ce qu’on voit de manière passive, exactement comme avec l’oreille absolue.

Dans son apprentissage pourquoi ? L’autre jour, ma petite soeur qui apprend le piano (elle a 8 ans pour ceux que ça intéresse) joue et rejoue les mêmes mélodies enfantines sur son piano. Un jour, elle prend ma guitare pour essayer, joue la dernière corde et me dit : “c’est un mi“. Étonné, je lui demande comment elle a deviné et elle me répond tout simplement “Ben c’est comme la première note de vive le vent“. Et c’est vrai. Ça m’a aussi rappelé une certaine phrase remontant à mon enfance : “Je connais cette lettre ! Je l’ai dans mon prénom !“

Alors pourquoi tout le monde n’a pas l’oreille absolue ? Et bien simplement à cause de la transposition incessante de toutes les mélodies. (Rien que “Joyeux Anniversaire“...) il arrive aux enfants de faire des erreurs de tonalité et personne ne les corrige.. Ils développent donc une oreille relative et non pas absolue (imaginons qu’un jour je vous écrive : “BONJOUR“ et dans l’heure qui suit “CPOKPVS“ c’est la même chose. (J’ai avancé chaque lettre d’une position)

Voilà mes observations sur l’oreille absolue. N’hésitez pas à faire des remarques :)

Tristan

Anonyme, le 06/02/2013 à 20h33
Tristan, j’ai remarqué à peu près la même chose que toi. J’ai commencé le piano vers l’âge de 8 ans, j’ai arrêté à 13 (mais j’ai toujours mon piano et j’ai toujours compté sur mon oreille pour jouer -en délaissant le par coeur en fait-). On transpose beaucoup les chansons, ou qu’on chante à côté et ça me “choque“ les oreilles. C’est vrai que ça doit être une raison qui empêche d’entraîner son oreille.
Pour moi, entendre la note et la reconnître m’a paru tout à fait normal jusqu’à ce qu’on me le dise au moins 5 fois l’année dernière. Si on a pas une bonne oreille relative et une notion d’accords, jpense pas que c’est le critère du musicien prodige. Mais pour jouer une chanson qu’on vient juste d’entendre, c’ génial.
KFK

Anonyme, le 07/02/2013 à 16h22
Tu as raison sur le fait que ça ne fait pas de quelqu’un un prodige ! :)
C’est pas parce que j’entends un do dièse et un la bémol que je saurais nommer l’intervalle.. Haha encore pire avec les accords !

Il me semble quelque fois que la normalité voudrait qu’on ait l’oreille absolue et non pas relative. Il m’est très difficile de transposer un morceau à la voix parce qu’à chaque fois je dois réfléchir depuis la tonalité originale. Alors que la majorité des gens font ça naturellement.
Tristan

Anonyme, le 13/08/2013 à 1h27
Merci d’avoir publié ce site, j’ai pu confirmer (ou au moins avoir une preuve de plus) que j’ai l’oreille absolue alors que ma prof de solfège qui ne pouvais pas m’encadrer (ou est-ce l’inverse ?) n’a jamais voulu l’admettre.
Comme certains internautes l’ont fait remarquer dans leurs commentaires, cela peut être un avantage comme un inconvénient (par exemple quand j’écoute un morceau j’ai du mal à entendre la mélodie pure sans la détacher note à note).
Sinon je voulais savoir si d’autres personnes ayant l’oreille absolue étaient douée aussi en langues étrangères ? Car je le suis plutôt mais surtout dans les exercices de compréhension orale et je ne sais pas si il y a un rapport.

Anonyme, le 10/09/2013 à 3h29
Alors je n’ai pas l’oreille absolue c’est certain mais j’ai une petite anecdote personnelle à raconter : je joue du piano depuis des années sans partition surtout en do majeur/la mineur.
A force je me suis tellement habitué à cette tonalité qu’elle me paraît moins belle que les autres. Je m’en suis lassé !
Sur des synthé/clavier numériques je transpose beaucoup, pas pour accompagner mais pour changer à mon oreille les mélodies que je joue souvent dans les quelques tonalités (do, sol, fa) que je connais le mieux.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je crois que j’ai une mémoire des sons relativement développée. D’ailleurs si on me demande le “la 440“ je ne sais pas, mais juste au moment ou je m’asseyais devant mon piano, sans rien jouer, j’avais dans la tête le si du début de la marche turque tellement je l’avais joué en un an.

Fin de l’anecdote.
En tout cas, quand je transpose je ne suis pas du tout gêné contrairement à ceux qui ont l’oreille absolue.
A part ça, quelqu’un aurait-il des conseils pour développer son oreille relative (3 notes minium simultannées pour le piano ?)

Anonyme, le 10/09/2013 à 22h51
Bonjour, j’ai peut être une idée pour un test plus « universel » mais sans savoir encore comment le mettre en pratique.
Demandez à la personne concernée de faire avec sa voix la première note d’une chanson qu’elle affectionne.
Sans ,biensur l’avoir écoutée au préalable.
Cela pourrait déjà donner une idée, non ?
PS : désolé si quelqu’un l’a déjà suggéré, je n’ai pas lu tous les commentaires.
William

Anonyme, le 19/09/2013 à 13h47
Petite question :
Je crois que mon oreille est plus ou moins efficace en fonction des timbres...
Je n’ai aucun mal à retranscrire une ligne mélodique en partition, sans aucune référence extérieure, pour un instrument comme le violon, ou la main droite du piano. J’entends les notes directement et je peux dire dans quelle tonalité est écrit le morceau avec une simple écoute.
En dictée mélodique, je note ce que j’entends à la volée, et je me trompe peu.
Par contre j’ai plus de mal avec certains instruments, en particulier les instruments électriques, et je n’arrive absolument pas à mettre des noms de notes si c’est une voix qui chante !
Il m’arrive d’entendre des notes sur des bruits (sifflement d’un tuyau...), mais cela n’arrive pas systématiquement.
Là pour vos tests, j’ai des résultats variables, parfois 5/5, parfois 2/5. (Je suis un peu perturbée par le fait que le clavier pour répondre ne fasse qu’une octave aussi.)

Pourrais-je avoir quelques explications ? J’ai toujours pensé que j’avais à peu près l’oreille absolue, mais ces tests me font douter...

Anonyme, le 29/07/2014 à 0h44
Si les sons de la vie de tout les jours se résume par des notes, vous avez l’oreille absolue... le bip du métro ou un couteau contre un verre sont des notes pour moi, j’ai l’oreille absolue depuis toujours, je ne l’a travailpas, elle doit etre éveillée très jeune par contre... Mais jen’ai pas l’impression qu’elle evolue... il parrait qu’on peut la perdre... je ne crois pas qu’on puisse l’obtenir et si tel est le cas, elle sera toujours moins forte qu’une oreille developpee avant ses 4 ans (age avant lequel il faut avoir developpe son oreille pour peut etre eveiller l’oreille absolue... il parrait...)

Enfin toujours difficile en musique baroque en 415 plutot que 440 mais une fois la chose apprise, je jongle assez bien entre les deux...
incapable de lire un livre et d’écouter de la musique en même temps, je vois les notes avant de voire l’histoire que je lis...

Anonyme, le 18/10/2014 à 10h15
Bonjour. Il existe aussi des tests qui permettent de controler quel est le plus petit intervalle qu’une oreille peut discerner. Les accordeurs de piano arrivent à faire une différence entre des écarts de deux ou trois cents. Les meilleurs accordeurs électroniques peuvent discerner un dixième de cent. Ces chiffrent indiquent une précision toute relative est on est bien loin de l’absolu. En matière d’acoustique et de musique cela n’a aucune importance parce que le LA absolu n’existe pas. La hauteur d’une note dépend de la température, de l’hygrométrie et de la pression atmosphérique. En revanche, il est certain que l’ego d’un musicien peut atteindre parfois des absolus. Jamais un cuisinier,un parfumeur ou un peintre n’ont prétendu avoir un sens absolu.

Rafiki, le 19/10/2014 à 9h59
Je pense que le terme “d’oreille absolue“ est plus pour définir le fait que l’on entende une note dans sa valeur absolue, c’est à dire sans avoir besoin d’une référence préalable, par opposition à l’oreille relative, donc ; je ne crois pas qu’il faille l’entendre comme la perfection de l’oreille. Enfin, ce n’est pas parce qu’un musicien (ou un non-musicien) à l’oreille absolue qu’il a forcément un ego monstrueux.

jpb, le 29/10/2014 à 10h18
L’oreille (le sens de l’audition) possède une faculté de mémorisation. De même que l’on peut se souvenir d’une image ou d’une odeur l’audition peut se souvenir d’un son. Si l’oreille était absolue, elle souviendrait parfaitement, c’est à dire sans erreur, d’un son. Cela n’est naturellement pas possible, le cerveau ne le permet pas. Il n’existe donc pas d’oreille absolue. Par exemple, les cerises, toutes les cerises ont un parfum de cerise. On ne peut pas les confondre avec d’autres fruits. Cependant il n’existe pas deux cerises qui aient le même parfum, lequel varie en fonction de l’arbre, du sol, de l’ensoleillement, de l’arrosage, etc. En musique il n’existe jamais deux notes identiques, même en utilisant un ordinateur, même en utilisant une horloge atomique. La notion d’oreille absolue est en musique une plaie. Il se cache souvent bien plus d’émotion et de vérité derrière une note soi disant “fausse“ que derrière une note juste. Faites de la musique, exprimez vos sentiments, ne vous laissez pas leurrer par la métrologie.

Anonyme, le 08/11/2014 à 21h36
jpb parfaitement d’accord avec toi! Moi je ne vante pas d’avoir l’oreille absolue mais maintenant que j’y repense quand j’étais en 6eme, mon prof de musique donnait la note de référence le do et on devait reconnaitre cinq notes! et là j’étais imbattable sans savoir pourquoi (piano à l’appui)! je joue de la guitare et je suis capable de reproduire n’importe quelle note que j’entends à l’oreille!Quand j’entends la première note d’une musique de pub, je sursaute car elle ressemble à ma sonnerie de portable! Et je sais que c’est la même note sans avoir comparer car ça me fait un choc quand je l’entends!Sachant que le solfège est une invention de l’homme,je me demande comment les gens peuvent prétendent avoir l’oreille absolue! Car pour savoir qu’un do est un do il faut un apprentissage! Un amazonien qui a l’oreille absolue ne me sortira pas que telle note est...! Alors relative ou absolue? Absolue si on a fait un bon apprentissage au singe!

Rafiki, le 09/11/2014 à 19h24
Bah, pour reprendre tes termes, jpb, on peut différencier les cépages, en ce qui concerne le raisin, par exemple, c’est même un métier : oenologue... après, comme je le dis juste au-dessus, le terme “d’absolue“, qui peut certes paraître un peu condescendant, n’est peut-être pas à prendre au pied de la lettre : personnellement, je le comprend l’oreille absolue comme étant la possibilité de reconnaître une note sans référence, donc sans notion de relation avec une autre note. “Sans relation“, donc “dans l’absolu“. Quant à savoir s’il s’agit d’une plaie, j’imagine que c’est relatif à chaque personne, c’est donc un débat stérile qu’il est inutile d’étendre.

Anonyme, le 10/03/2015 à 22h30
Bonjour,

Je suis aussi dans cette question de si j’ai l’oreille absolue ou non, et en lisant les commentaires et explications, je pense finalement que non..., mais j’aurais plutôt l’oreille relative (en tout cas ça s’en rapproche bien !). C’est que j’arrive à siffler toute une musique avec les notes justes, et peu importe le type de mélodie (je m’amuse surtout avec des mélodies rythmées de violon, genre Lindsey Stirling pour ne pas citer quelqu’un ^^). Je suppose que je m’aide d’un repère pour sortir la juste note (sans doute le SOL)..., et puis surtout il me faut l’écouter un certain nombre de fois pour ne pas manquer une seule note (c’est que ça s’enchaine vite des fois O_O). Je peux donc en conclure que je fais appel à ma mémoire.

Tout récemment, je me suis amusé à modifié la hauteur des musiques (sans modifier le facteur temps bien sûr, sinon je m’essouffler vite :D), et cela ne change rien, je siffle toujours la note juste ! C’est assez curieux car je change quand même les repères de base ! Est-ce qu’on pourrait m’expliquer le pourquoi je peux y arriver? Que vient faire l’oreille relative dans ce type de cas?

Merci d’avance ! ;-)

(PS: J’me dis que j’pourrais toujours me mettre à un instrument, juste pour voir si, après une certaine maitrise de celui-ci, j’arrive à ressortir les notes justes, et jouer n’importe quelle mélodie avec la mémoire !)

Rafiki, le 11/03/2015 à 13h30
Bonjour,

Ce que tu décrit là semble plus être la présentation d’une personne qui a une bonne oreille, et une bonne mémoire, qui sont les deux prérequis pour pouvoir prétendre à l’oreille relative. Pour savoir si tu as cette dernière, mets-toi à un instrument, “maîtrise“ le, et vois si tu peux jouer une mélodie d’oreille du premier coup dessus. Ou fait le test d’oreille relative su Symphozik :D (bon, c’est vrai, il faut connaître le nom des intervalles...)
Je ne cherche pas spécialement à être rabat-joie, avoir une bonne oreille, c’est un très bon premier pas, mais ça ne signifie absolument pas “avoir l’oreille relative“, car, en général, celle-ci est le fruit d’un travail plus ou moins intensif de la part du “possesseur“. Avoir l’oreille relative, cela signifie être capable, à partir d’une seule note pré-donnée, de retrouver toute les autres de manière assez fluide, par exemple, si l’on te chante un la, et qu’on te demande de chanter un do ; ou alors, on te donne une note, et on te demande de chanter une quarte au-dessus, etc...

Maintenant, je le redis encore une fois, avoir une bonne oreille, c’est le premier pas, et le plus important ! Donc si tu te rends compte que tu n’as pas l’oreille relative, dis toi que le chemin à parcourir n’est pas le plus long !

Anonyme, le 25/04/2017 à 18h43
Bonjour, le test exigeant une perception très fine, le résultat peut être faussé par la qualité du son produit par l’ordinateur, n’est-ce pas ?

Symphozik, le 30/05/2017 à 21h03
Oui, c’est exact.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Si l’origine de la chanson "Au Clair de la Lune" est inconnue (elle pourrait remonter au XVIe siècle ou à Jean-Baptiste Lully), “Frère Jacques” a quant à lui été composé par Jean-Philippe Rameau ! Ainsi, sans le savoir, le monde entier chante du Rameau… (source)

Nouveautés sur Symphozik

11/06 : Biographies de Reynaldo Hahn et d’Ernest Bloch et nouveau dossier : Marcel Proust et la musique.

30/05 : Biographies d’Elliott Carter, Leonard Bernstein et Walter Piston.

15/05 : Découvrez quel héros d’opéra vous êtes ainsi qu’un nouveau dossier sur la musique indienne.