« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Opéra/Ballet Borges: les 10, 11 et 12 novembre 2017 | guitariste | Cours de chant moderne
Inscription Mot de passe oublié

L’oreille absolue, mystère musical et scientifique

blopblop, le 14/08/2014
oreille en béton

Un simple coup d’œil sur les commentaires de la page Test de l’oreille absolue suffit amplement à cerner les problèmes qu’elle sous-entend : beaucoup la veulent, peu l’ont…et on ne sait pas vraiment d’où elle vient. Sont-ce des allèles favorables qui, par une grâce divine, choisissent les (mal)heureux détenteurs de ce talent ? Un travail acharné permet-il d’obtenir cette faculté ? Quel est le sens de la vie ? Nous allons explorer quelques pistes pour expliquer le phénomène de l’oreille absolue, et tendez bien vos oreilles car on vous livre même les conseils pour une oreille en béton (cf. figure ci-contre).

I. Qu’est-ce que l’oreille absolue (OA) ?

Il faut distinguer oreille absolue passive (OAP) et oreille absolue active (OAA). L’OAP est la faculté d’identification instantanée d’une note sans que cette dernière soit mise en relation avec une autre. Si les détenteurs de l’OAP n’ont que la capacité d’identifier une note (le « que » ici, ne vous y trompez pas, ne sert pas à dévaloriser ceux désignés), ceux qui ont l’OAA peuvent en plus de cela les chanter sur demande. Les oreilles les plus fines, OAA et OAP confondues, peuvent même entendre des différences au Hertz, voire à la fraction de Hertz…imaginez un peu un de ceux-là qui écouterait un altiste débutant et qu’on enverrait à l’asile à peine cinq minutes plus tard.

II. Facteur inné et acquisition.

Dans l’oreille se trouve une multitude de petits capteurs, de cils, qui captent les informations auditives et les transmettent au cerveau. On dispose d’un stock de ces cellules magiques et non-renouvelables à la naissance, et ces cellules régissent à une fréquence qui leur est spécifique. La finesse de l’oreille dépend donc de la sensibilité - qui diminue avec le temps - de ces cellules (c’est bien connu, les musiciens sont de grands sensibles dominants et toniques). C’est là la part du don inné, naturel, car on ne peut pas améliorer dans l’absolu les performances de ces cellules. Des recherches sont en cours pour établir un lien entre les gènes et l’OA, mais ce n’en est qu’au stade de conviction scientifique pour l’instant, il n’y a aucun résultat probant.

Destin fatal pour ceux qui n’ont pas l’oreille fine ? Pas vraiment, car il y a un organe que l’on peut travailler et modeler : le cerveau. La mémoire joue en effet un rôle primordial, puisque finalement le tout de l’OA est d’associer un son au nom d’une note. Ceci se retrouve même dans les IRM fonctionnelles. Le cerveau est doté d’une plasticité, d’une habilité à se développer, à se modifier en adaptant ses différentes régions pour servir au mieux son propriétaire. Un aveugle « aménage », par exemple, les aires visuelles pour qu’elles servent à d’autres sens, en particulier l’ouïe. Si la nécessité peut pousser à ces modifications, il faut savoir qu’un entraînement régulier provoque des modifications au niveau céphalique. Chez un musicien, l’écoute ne stimule pas uniquement l’aire auditive primaire (surface supérieure du lobe temporal), mais aussi l’aire du langage (celle de la compréhension, que l’on voit sur l’hémisphère gauche), et plus généralement l’aire auditive associative, celle qui permet d’associer un son à son sens. Ces aires sont encore plus stimulées chez les individus ayant l’oreille absolue, et l’oreille absolue surtout manifestée chez des musiciens qui pratiquent depuis leur plus jeune âge. La musique est donc une langue que l’on se doit d’apprendre avec patience et savoir-faire !

III. Tester l’oreille absolue

Le test peut sembler simple : on fait écouter une note et on demande de l’identifier, de lui mettre un nom dans un diapason donné. Mais ceci présuppose une base en solfège, une certaine formation musicale préalable, et implique donc que la population inculte non formée à la musique n’a pas l’oreille absolue puisque tous ses individus échoueraient au test, à moins d’avoir une chance incroyable, au quel cas autant investir son temps dans les lotos et non dans la musique.

J’ai donc essayé de vérifier ce présupposé en menant une expérience sans signification statistique aucune sur des musiciens et des non-musiciens. Je leur demandais de chanter un air de leur choix, puis je leur donnais un accord et ils devaient me chanter quelque chose qui commençait par cet accord. Et j’ai eu la surprise de trouver une personne non-musicienne et dont l’ouïe n’est pas au top de ses capacités qui a des symptômes relevant de l’OA. J’ai réitéré mon expérience plusieurs fois sur cette personne, et toujours le même résultat. Cette personne rechante des mélodies quasi systématiquement sans les transposer (elle chante, pour ne citer qu’un exemple, la musique de La Liste de Schindler dans le ton original), et elle entend une différence entre deux accords de même composition. Cela veut dire qu’elle entend systématiquement une différence entre deux accords majeurs distincts, même joués à plusieurs jours d’intervalle.

Ce résultat aurait pu remettre en question le caractère « empirique » de l’OA, mais cette personne a été en contact avec la musique et un musicien tous les jours depuis 14 ans. Cependant, on a aussi le cas d’enfants issus de familles absolument pas musiciennes et qui présentent très tôt les signes de l’OA et le cas inverse, des musiciens en herbe en contact quotidiennement avec la musique depuis leur naissance et qui pourtant n’arrivent pas à identifier des notes. De cette expérience on peut déduire (ou pas) une chose, c’est que les non-musiciens pourraient aussi avoir l’OA, et que par conséquent il pourrait y avoir plus de personnes ayant l’OA que ce que les statistiques laissent entendre. Il faudrait réussir à établir un test (peut-être – ou peut-être pas – un peu plus précis que celui proposé dans la petite expérience hein, restons modestes) qui permette de vérifier universellement si un individu a ou n’a pas l’oreille absolue, pour avoir sur le long terme plus de données à exploiter pour déterminer la cause de ce don si mystérieux (ceci dit, si le test est efficace, pas touche, c’est mon mien).

IV. Comment avoir l’Oreille Absolue ?

Le travail, le travail, et encore le travail ! Ca semble être le seul moyen pour l’obtenir et la garder. Comme on a dit, la musique est un langage, et il faut s’entraîner à la comprendre et à l’exprimer. Voici donc nos conseils pour une oreille qui fera des jaloux !

Enfin, sachez que si vous avez été capables de lire ceci, c’est qu’il est déjà un peu tard pour être aussi doués que ceux qui étaient déjà diagnostiqués à 7 ans, et que vous n’aurez probablement l’OAA, en admettant qu’on puisse l’avoir, que très tard dans votre entraînement. Mais ne perdez surtout pas espoir, la persévérance est la clé du succès !

Ressources liées

Commentaires des internautes

Anonyme, le 20/04/2015 à 8h34
Dossier très bien rédigé, passionnant et permet de se poser quelques questions. Je cherche à obtenir l’oreille absolue, peu importe le temps que cela me prendra, la fin de votre dossier m’a un peu découragé : il y a toujours plus fort que soi, quand quelque-chose n’est pas pratiqué très tôt.

blopblop, le 20/04/2015 à 17h41
Merci pour ce commentaire ! Il faut vraiment pas se décourager, varier son entraînement en variant les timbres et les styles lors des écoutes avec partition par exemple, et pourquoi pas s’entrainer à chantonner des mélodies inventées en disant le nom des notes que l’on chante (en voilà une idée qu’elle est bonne, faudrait que je la rajoute...). Enfin, sachez qu’une bonne oreille harmonique vaut parfois mieux que l’oreille absolue et qu’elle s’avère parfois même plus pratique et utile pour certains exercices.

Anonyme, le 06/06/2015 à 13h35
Bonjour,

J’ai une petite question, je suis né sans l’oreille absolue. Vers l’âge de 7 ans mon frère m’a apprit à jouer vive le vent d’hiver à la guitare (morceau commencant par un mi) depuis ce jour je reconnais tout le temps le mi.
Je ne reconnaissais pas les autres notes. A l’âge de 12 ans j’ai commencé la musique (batterie uniquemen) sans solfège. J’en ai fait 3 ans, j’ai arrêté 2 ans, et j’ai reprit la batterie l’an dernier. En essayant de repiquer des morceaus sur le piano de ma soeur, j’ai réalisé que je pouvais reconnaître le Do et le Ré. Ayant entendu parler de l’oreil absolue et de ceux qui la possède dans mon conservatoire, j’étais fasciné par cette aptitude. J’ai travaillé comme un acharné tous les jours et régulièrement grâce à mes propres et diverses méthodes et j’ai réussi à approcher cette aptitude l’an dernier.
Cette année j’ai 18 ans, voici où j’en suis: Quand on me joue une note de n’importe quel instrument j’entends et je peux dire de quelle note il s’agit instantanément, je reconnais parfaitement les notes des sons purs, j’entends le nom des notes dans certains objets du quotidien (grincement de chaises, verre qui claque sirène de pompiers etc...) je peux chanter les notes justes qu’on me demande même si parfois je me trompe.
Je reconnais certains accords également. Je suis par contre limité: joué ) une vitesse moyennement rapide et plus, je n’arrive plus à identifier les notes...

Pouvez-vous me dire si je possède l’oreille absolue et eventuellement me donner des pistes pour m’améliorer?

Je vous remercie d’avance, bonne journée.

Cordialement,

Jean.

blopblop, le 06/06/2015 à 20h32
Bonjour Jean, merci pour la petite question !
Ça ressemble bel et bien à l’oreille absolue, ou en tout cas à une très bonne mémoire auditive. La vitesse de jeu peut être un problème quand on manque d’entrainement:si on n’est pas habitué à courir, on ne peut pas battre un record du monde de vitesse (et même quand on est habitué...). C’est pareil pour le cerveau. S’il n’est pas habitué à effectuer un exercice, il va être lent à le faire.
Pour améliorer sa vitesse, il faut écouter très souvent des concerts, le mieux étant d’y aller puisqu’on n’a pas le temps de réfléchir à quelle note vient d’être jouée. La musique coule et n’attends pas.
Une autre idée serait de faire des“quizz“ de rapidité, quelqu’un qui joue des notes, peu de notes, rapidement, et vous essayez de les identifier. 5-6 notes au début, puis de plus en plus, cela devrait aider !

Anonyme, le 06/06/2015 à 20h58
Merci pour la réponse rapide, d’accord je vais essayer de suivre ces conseils. J’ai telechargé une application pour telephone qui joue des notes rapidement et on doit deviner de quelles notes il s’agit. J’ai une sorte de son aussi que j’écoute en dormant ça joue toutes les notes sur tout les octaves avec un son aigu et un son pur en fond, pour chaque notes :)

blopblop, le 06/06/2015 à 22h16
Et c’est efficace ? Je serais intéressée de suivre la progression de cet entraînement !
(et à part ça, c’est pas bien de dormir avec son téléphone 0:) )

Anonyme, le 10/06/2015 à 22h08
Haha je sais mais je le met en mode avion pour éviter les mauvaises ondes. Pas de résultats vraiment concrets pour l’instant, je le fait de manière très irrégulière, après le BAC je vais essayer de le faire et de m’y tenir pendant une semaine pour voir si j’obtiens des résultats ;)

Au test oreille absolue sons purs ou piano j’obtiens juste tout le temps maintenant !

blopblop, le 11/06/2015 à 17h20
Plus on fait de tests plus les résultats sont fiables (écart type, erreur de répétabilité, tout ça), il ne faut pas hésiter à refaire le test souvent *comment fidéliser la clientèle 3:) *
Plus sérieusement, réaliser des tests régulièrement permet aussi de réaliser un suivi de progression, et d’adapter son entraînement en conséquence!

Anonyme, le 13/08/2015 à 2h42
Ah enfin! Je me suis toujours posé cette fameuse question, comment peut-on identifier une note si nous n’y connaissons rien au solfège. Personnellement je pense avoir beaucoup de chance d’avoir l’oreille absolue parce que j’ai appris seul à jouer de la musique sans aucuns problèmes et j’identifiait très rapidement les accords. J’ai découvert les accords sur une guitare à laquelle il manquait deux cordes et commencé à jouer de la musique sans aucun enseignement. Pourtant j’ai réussi à trouver les accords sans difficulté et les tons justes en me trompant assez rarement. J’arrive maintenant à adapter n’importe quelle musique à presque tous les instrument que je joue. Z’en pensez quoi? Franchement dîtes-moi j’aimerais beaucoup faire un teste “fiable!“

Anonyme, le 18/10/2015 à 19h36
Bonjour à tous,
Je suis heureux d’être tombé un peu par hasard sur ce forum et cet article concernant l’oreille absolue.
Je le dis toujours avec modestie et beaucoup de recul que je pense avoir l’oreille absolue..
J’ai commencé les ateliers musicaux vers l’âge de 6 ans et je me suis lancé dans le trombone à partir de 7 ans pour continuer à en jouer encore aujourd’hui à bientôt 23 ans.
Je ne sais pas si l’on peut appeler ça véritablement un don, car je suis issu d’une famille où la musique n’a jamais été pratiqué, mes parents ou mes grands-parents ne l’ont pas développé.. mais plutôt grâce à mon professeur de trombone qui était également mon professeur de solfège. Je me souviens encore l’entendre crier à mon oreille droite CHAQUE note que je jouais, au demi-ton près, et ça pendant des années et je suis intimement convaincu que c’est lui qui m’a aidé à acquérir l’OA.
Depuis je me suis lancé dans divers instruments tels que la guitare, le piano ou même l’accordéon.. car avec ce cadeau, l’apprentissage est forcément plus “facile“ pour moi, je n’ai seulement besoin de travailler la technique de l’instrument (les accords, les barrées pour la guitare) et pour le reste, mon oreille fait le travail et c’est parti.. C’était particulièrement pratique quand je faisais parti de mon groupe de rock et que l’on ne voulait pas se prendre la tête avec les tablatures, il suffisait seulement que j’écoute le morceau 1 ou 2 fois pour mémoriser les accords et en 5 min, la chanson était bouclée.
En tout cas, si vous avez des questions à me poser en ce qui concerne des conseils ou autre sur l’OA, n’hésitez pas !

Cordialement

Anonyme, le 17/12/2015 à 15h27
Bonjour, j’ai 20ans et j’ai commencer a travailler mon oreille il y a deja un moment uniquement pour chanter juste, mais je ne sais pas si les methodes que j’applique sont bien, pouvais vous me suggérer quelques methodes ? et je voudrais aussi savoir combien de temps on mets pour avoir l’oreille absolue et pour chanter juste, Merci d’avance.
Simo

blopblop, le 17/12/2015 à 17h51
Pouvez vous decrire vos méthodes actuelles ?
Les méthodes citées dans l’article sont efficaces. L’idéal pour un chanteur est d’essayer de chanter d’abord avec le nom des notes sur la mélodie doublée, puis sur l’accompagnement sans doublure, puis chanter chaque note une par une puis jouer sur un autre instrument la note qui correspond pour vérifier la justesse.
Quant au temps d’acquisition, il se peut qu’on ne l’ait jamais, et de toute façon, tout dépend de la rigueur de l’entraînement, et de l’endroit d’où on part, et de là où on veut arriver ! Et sachez que pour les chanteurs, le plus utile est souvent l’oreille relative, et non l’oreille absolue !
En espérant que ça vous aide...

Anonyme, le 30/03/2016 à 5h50
Bonjour,
Je suis très intriguée par la dite “oreille absolue“ Je sais reproduire un son comme je l’entends, je reconnais et j’entends si c’est faux très facilement. En revanche en dictée de notes je suis nulle ! Pour chanter je suis obligée de jouer la mélodie en rythme au piano. Une fois que je l’ai dans l’oreille je la chante “très juste” et tout bien ! Et là, je peux entendre une note dans ma tête et la reproduire ! Je me suis entraînée, pour m’amuser, à chanter des tierces. Je les entends dans ma tête et elles sortent justes... sauf si je ne suis pas concentrée ou que l’on me mets en doute... !! bref je crois que j’ai beaucoup de travail et pour mes dictées de notes sur 2 octaves, je suis quelque peu découragée... quant au déchiffrage de partition, je n’ai pas assez de temps pour me chanter les airs connus dans ma tête devant notre professeur... Je vais donc essayer de chanter les mélodies avec les notes en sachant dans quelle tonalité je suis. Je pense que ça pourrait être utile qu’en pensez-vous? merci.

blopblop, le 30/03/2016 à 23h19
C’est très bizarre comme situation, un cas très intéressant que j’analyserais bien en laboratoire ;) mais passons...
En se penchant sur les autres fonctions du cerveau, on peut assez bien concevoir cette incapacité à répondre correctement quand on ne se concentre pas ou qu’on nous fait douter, en particulier quand on manque d’habitude. L’idée est d’arriver à quelque chose qui aurait la spontanéité de l’automatisme et la logique d’un savoir scientifique. Il faut pour cela être capable de reconnaître toutes les notes sans qu’aucun doute soit possible, évidemment. Or, avec la méthode que vous proposez, vous allez plutôt développer des capacités de reconnaissance harmonique et relative, car vous utilisez des repères. Pour développer l’oreille absolue, il ne faut pas avoir besoin de repères...
Ceci dit, ça peut valoir le coup de tenter cette méthode, il n’y a rien à perdre, et comme précisé dans l’article, les capacités harmoniques sont parfois amplement suffisantes voire plus utiles que l’oreille absolue.
Je pense que vous êtes sur la bonne voie, ne vous découragez pas ! Il faut de la rigueur, de la régularité dans le travail, de la patience, mais aussi ne pas avoir peur de se jeter dans le vide et d’abandonner les repères.
Bon courage !

Anonyme, le 02/04/2016 à 11h07
Moi, j’ai l’oreille absolue mais je suis plutôt nulle en dictée parce que je ne peux pas noter quand il y a la musique. Alors si c’est assez court, je peux mémoriser et noter après, mais si c’est long, jsuis larguée !!! et j’ai l’écrit de CEM de FM dans un mois alors je vais peut-être m’entraîner !!!!....
#commentaireinutile

blopblop, le 02/04/2016 à 13h21
Avec un peu de méthode ca passe. Notez les rythmes à la première écoute, puis les notes pour les deux autres par exemple...bon courage !

Anonyme, le 26/05/2016 à 11h29
Pensez vous que l’on peut perdre l’oreille absolue avec l’age ? ( différence d’une seconde environ)
Merci!

Symphozik, le 26/05/2016 à 19h56
Je ne pense pas qu’en vieillissant d’une seconde, vous perdrez votre oreille absolue…
Plus sérieusement, sans être spécialiste, je pense que c’est une éventualité oui, dans la mesure où beaucoup de choses dont l’audition sont susceptibles d’évoluer avec l’âge. De quel âge parlez-vous, d’ailleurs ?
Jean-Baptiste

blopblop, le 27/05/2016 à 8h34
Bien sur que non. On peut être ponctuellement perturbé à cause d’un enchaînement inhabituel de notes par exemple. Il faut des années sans pratique pour la perdre.

blopblop, le 27/05/2016 à 8h37
Un décalage d’une seconde n’est pas vraiment une perte d’oreille absolue, mais plutôt un décalage, et ça se corrige généralement sans trop de difficulté.

Anonyme, le 30/11/2016 à 20h19
Article très bien rédiger.Etant posséseur de l’ oreille absolue j’arrive a chanter des notes justes et a les identifiées lors de dicté musicales ou dans un morceaux.J’ai commencer la musiques vers 12 ans après environ 3 ans de pratiques de piano j’ai eu un prof qui ma fait passer un test et qui m’a dit que je possedais l’oreille absolue.Aujourd’hui j’analyse tout les bruit qui m’entoure en passant par les chants d’oiseux ou encore le bruit d’un objet chutant sur le sol.Mais je pense que ceci est un don car j’ai des gens de ma famille qui sont musiciens et qu’il ne la possède pas.Je pense que si vous vous entraine vous pourez l’avoir mais après de lourd effort.

Profil supprimé, le 04/12/2016 à 20h03
Bonjour, je suis musicien je ne pense pas avoir l’oreille absolue, mais je suis jeune et j’espère que force de travail je finirais par l’acquérir (du moins en partie) !! Par ailleurs, connaissez vous une application qui réciterait les notes (comme dit dans un certain commentaire) ? Merci d’avance ;)

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Ernest Chausson décéda des suites d’un accident de bicyclette alors qu’il composait...des œuvres cycliques :)

Nouveautés sur Symphozik

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.

13/10 : Dossiers sur le Lied et la mélodie et sur les rapports entre musique et littérature. Bonne lecture !

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.