« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

détente avant concert

« détente avant concert »

voila une question qui m’a toujours intrigué. vu le nombre de témoignages qui vont dans le sens de l’affirmation, c’est difficile à réfuter, mais personnellement, j’ai quelques axes de réflexion qui me poussent dans le sens de la négation - il y a une analogie entre l’ouie et la vue : dans les 2 cas il s’agit de percevoir et d’ analyser des ondes (memes si elles ne sont pas de meme nature) dans le cas de la vision la perception est absolue; on identifie une couleur sans avoir besoin de se referer à une autre.mais si on voit par exemple un bleu ciel, il est impossible de dire s’il est absolument identique à un autre qu’on aura vu la veille. si ça marche pareil pour l’oreille, ça doit etre un désastre. - si on identifie une note d’une maniere absolue, ça semble supposer que l’on a une sorte de diapason dans la tete.je n’ose pa s imaginer ce qui se passe lorsqu’on ecoute un instrument dont l’accordage est décalé. la vie doit etre un enfer. jazz en Guitar Pro Lien Lien Lien


joh007

le 31/03/2018 à 17:01

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Si l’origine de la chanson "Au Clair de la Lune" est inconnue (elle pourrait remonter au XVIe siècle ou à Jean-Baptiste Lully), “Frère Jacques” a quant à lui été composé par Jean-Philippe Rameau ! Ainsi, sans le savoir, le monde entier chante du Rameau… (source)

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.