« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

En quoi est on un musicien romantique ?

« En quoi est on un musicien romantique ? »

Bonjour,
j’ai un exposé de musique a faire et l’ai une question : en quoi est on un musicien romantique ?
merci d’avaNcE

Anonyme
le 09/12/2012 à 20:09

Sincèrement désolé, mais je n’en ai aucune idée...


Rafiki

le 12/12/2012 à 10:01

Peut-être que c’est quand on joue de la guitare sous la fenêtre de la fille qu’on courtise ?


Symphozik

le 12/12/2012 à 10:04

Je crois qu’on appelle ça un “musicien trempé par le seau d’eau qui à été jeté par la fenêtre“, dans ces cas-là, non ?


Rafiki

le 12/12/2012 à 10:09

J’ai dis guitare, pas…
non j’vais pas finir ma phrase sinon je vais me faire taper dessus par les…par une tranche non favorisée de la population musicale.


Symphozik

le 12/12/2012 à 10:57

un musicien de la période de l’histoire de la musique qui s’échelonne du début du xixe jusqu’au tout début du xxe

Anonyme
le 14/12/2012 à 12:19

Je travaille sur le meme sujet et c’est très casse pieds, je galère donc bonne chance ;)

Anonyme
le 11/03/2013 à 14:41

Il s’agit d’un compositeur qui a écrit à l’époque dite romantique, et qui s’étend du début du XIXème siècle à Wagner. (ex: Beethoven, Schubert, Liszt, von Weber, Schumann,...).

À partir du romantisme, la musique se fait plus descriptive, et les sentiments qu’elle contient sont plus clairement divulgués.
En fait, au classicisme, les sentiments (en général, pas juste en musique) ne doivent pas être révélés. Au romantisme, par contre, on peut les étaler sans que cela ne choque personne.
De plus, les formules stéréotypées, et les conventions classiques concernant les modulations, les tonalités, les accords,... sont abandonnées.

Anonyme
le 16/03/2013 à 12:46

J’ajouterais que l’expression chez les romantiques prend le pas sur la forme, (contrairement à l’époque classique où la forme cadenassait les émotions). Et c’est comme ça que progressivement on a vu entre autre disparaître ce genre castrateur aux yeux des romantiques qu’est la sonate, et qu’on a vu des genres plus libres apparaitre (humoresque, impromptus, fantaisies etc.), ou bien encore que quelqu’un comme Beethoven décide de placer dans sa neuvième symphonie son second mouvement en troisième position (longue introduction au final).

Autre élément important là où on parlait des émotions de façon universel à l’époque classique (L’amour en général, la joie, la peine), ou bien en mettant en scène des personnages, à l’époque romantique il s’agit des propres sentiments du compositeur... c’est le fameux moi romantique, et son rapport qu’il entretient à la nature, la mort, qu’on retrouve aussi bien en peinture qu’en littérature. (Tout ça reste bien relatif, puisque l’on sait pertinemment que les compositeurs depuis l’ars antiqua mettait déjà leurs propres émotions en musique... mais en effet de façon incontestablement plus maquillé qu’à l’époque romantique comme dit très justement plus haut.)

Anonyme
le 23/03/2013 à 14:18

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Michael Praetorius est mort un 15 février, au jour exact de son cinquantième anniversaire.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.