« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Improvisation et musique classique

« Improvisation et musique classique »

Bonjour Je me demande souvent pourquoi on improvise si peu dans la musique classique contrairement au jazz. Les musiciens classique jouent généralement sur partition sur lesquels ils jouent la musique note par note comme elles est écrite. Pourquoi cela? Auriez-vous des réponses à me donner ? Ou des liens sur le web à me donner ? Merci de vos réponses que je trouverais sûrement intéressantes

Anonyme
le 16/05/2016 à 11:39

On improvisait encore beaucoup au XIXe siècle. Beethoven était célèbre pour ses improvisations furieuses. On a des témoignages concernant Chopin et Liszt. La tradition s’est peu à peu perdue avec les exigences d’excellence que les conservatoires réclament des interprètes. Cependant il y a encore quelques pianistes qui amusent le public en fin de concert pour leurs improvisations. Cherchez par exemple Fazil Say sur youtube (il me semble aussi en avoir vu passer sur Symphozik dans la vidéo du jour). Enfin, il y a un domaine où la tradition de l’improvisation règne toujours : c’est le domaine de l’orgue. Durant les cérémonies religieuses, les organistes improvisent constamment, notamment au moment de la communion ou de la sortie des fidèles. D’ailleurs cela fait partie de leurs études dans les conservatoires. C’est ainsi que pour l’inauguration du nouvel orgue de la philharmonie, Thierry Escaich a fait une démonstration formidable de ses talents d’improvisateurs : Lien


azerty

le 16/05/2016 à 17:38

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Définition de cette forme austère qu’est la fugue par Hans von Bülow : “morceau de musique au cours duquel les exécutants partent les uns après les autres, et les auditeurs tous en même temps”.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.