« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | casting concours de musique international | Prix International Pro Musicis 26 octobre 2017 | Palmarès 2017: Concours International de Piano IDF
Inscription Mot de passe oublié

Ernest Bloch : biographie

« Un compositeur intemporel marqué par ses origines juives »


  • Nom Bloch Prénom Ernest Nation Suisse
  • Naissance 24/07/1880, à Genève (Suisse) Mort 15/07/1959, à Portland (États-Unis) Époque musicale Moderne

Ernest Yitzhak Bloch, né le 24 juillet 1880 à Genève (Suisse) et mort le 15 juillet 1959 à Portland (États-Unis) est un compositeur, violoniste, chef d’orchestre et pédagogue suisse, naturalisé américain en 1924. Il se juge lui-même comme « un fossile absolument perdu en cette époque à laquelle je n’appartiens pas ».

Ernest Bloch commence ses études à Genève, part se perfectionner à Bruxelles où il étudie le principe de la forme cyclique. De 1900 à 1903, il poursuit sa formation en Allemagne ; ses premières compositions datent de cette période. Puis il s’installe une année à Paris et y rencontre Achille Claude Debussy dont l’influence se fait sentir dans son poème symphonique Hiver-Printemps (1904 : écouter le début). De retour à Genève, il débute dans la direction d’orchestre à Lausanne et à Neuchâtel. Sa rencontre en 1905 avec l’écrivain nationaliste juif Edmond Fleg le réconcilie avec ses origines juives qu’il avait ignorées jusqu’alors. Il se plonge totalement dans l’étude de la culture juive qui imprègnera désormais toute sa musique.

Incompris en Europe, il émigre aux États-Unis. L’Amérique lui offre un premier engagement de chef d’orchestre en 1916 puis d’enseignant en 1917, à New York. Entre 1920 et 1952, il dirige différentes institutions musicales américaines, à Cleveland, à San Francisco et en dernière partie de vie, il enseigne à l’Université de Californie à Berkeley. À partir de 1943 environ, il s’installe dans l’Oregon à Agate Beach, près de plages désertes, et s’intéresse à la photographie et aux pierres d’agate qu’il polit.

Son œuvre abondante révèle un solide métier ainsi que la richesse et la diversité de ses influences. Il y a bien sûr la culture juive qui transparaît dans sa rhapsodie hébraïque Schelomo pour violoncelle et orchestre (1917 : écouter le début). Dans son Concerto grosso pour cordes et piano obbligato (1925), il ressuscite une ancienne forme baroque (écouter le début). Dans son Concerto pour violon et orchestre (1938), il nous emmène dans les grandes plaines de l’Ouest américain (écouter le début), alors que la fugue de son Concertino pour flûte, alto ou clarinette et cordes (1950) est un clin d’œil à Johann Sebastian Bach (écouter).

Ernest Bloch définit ainsi son esthétique : « J’écris pour la douzaine d’êtres humains qui comprennent, par-delà une musique qui se rit de la mode, les vérités éternelles que j’ai tâché, humblement, d’exprimer. »

Ressources liées pour Ernest Bloch

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Hans Guido von Bülow était réputé donner la plupart de ses concerts de mémoire, en tant que pianiste ou que chef d’orchestre.

Nouveautés sur Symphozik

19/07 : Nouveau dossier : symphonie concertante ou concerto grosso ?. Biographies de Pierre Henry et de Pierre Schaeffer.

28/06 : Petite virée américaine avec les biographies de La Monte Young, Steve Reich, Philipp Glass et Terry Riley. Enjoy!

11/06 : Biographies de Reynaldo Hahn et d’Ernest Bloch et nouveau dossier : Marcel Proust et la musique.