« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Giacinto Scelsi : biographie

« Aux sources du son »


  • Nom Scelsi Prénom Giacinto Nation Italie
  • Naissance 08/01/1905, à La Spezia (Italie) Mort 09/08/1988, à Rome (Italie) Époque musicale Contemporaine

Giacinto Scelsi est un compositeur et poète italien né le 8 janvier 1905 à La Spezia, dans une famille aristocratique et suffisamment riche pour le mettre à l’abri du besoin sa vie durant. Bien qu’il ait toujours refusé de fournir des détails autobiographiques, on sait qu’il suit ses études académiques à Rome. Puis il travaille à Genève avec un disciple de Scriabine et, en 1935-1936, à Vienne avec un élève d’Arnold Schönberg. En 1936, il compose ses premières oeuvres dodécaphoniques.

Curieux personnage que celui-ci Scelsi : fasciné par l’Orient où il fait plusieurs voyages et en découvre la spiritualité, il verse dans le mysticisme et cultive le mystère, signant ses partitions d’un trait surmonté d’un cercle et refusant de se faire photographier (vous n’imaginez pas tout ce qu’on a dû faire pour illustrer cette biographie). Il se veut avant tout un messager, "un facteur" s’amuse-t-il à dire, le message venant d’un au-delà indéfinissable. Incapable de transcrire ses improvisations, il les enregistre sur bande magnétique et les confie à des copistes (ce qui fera dire à certains qu’il n’était pas l’auteur de ses œuvres). Ainsi se forme autour de lui un cercle d’assistants et d’interprètes avec lesquels il collabore étroitement.

À partir de 1940, sa santé mentale se dégrade. Pendant un internement en hôpital psychiatrique, il ne joue au piano qu’une seule note (un la bémol) dont il explore toutes les possibilités sonores avec les harmoniques provoquées par les vibrations par sympathie. Entre deux internements, il se rend à Paris et fait éditer ses recueils de poésie. Remettant en question toutes ses compositions antérieures, ses œuvres les plus marquantes sont postérieures à 1950. Elles se caractérisent par une focalisation sur le son, souvent monodique, ou sous forme de cluster instrumental ou vocal, jouant sur les micro-intervalles ou la granulation des articulations.

Avec les Quatre pièces sur une seule note (1959 : écouter), cette nouvelle conception de la musique et du son prend sa forme la plus aboutie. Chacune de ces quatre pièces est fondée sur une unique note jouée par un orchestre de chambre, se déclinant sur des tempi et des attaques variées.  La pensée musicale de Scelsi a eu une grande influence sur les musiciens fondateurs de l’école spectrale au début des années 70. Il a plus de 80 ans quand son premier enregistrement paraît. Il meurt le 9 août 1988 à Rome.

Ressources liées pour Giacinto Scelsi

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Inventé vers 1840, le pianola est un piano mécanique dont les touches et les pédales sont actionnées par un système de carte perforée, long ruban enroulé sur lui-même. Ancêtre du juke-box, on le trouvait principalement dans les bars et les saloons mais il a également permis à des compositeurs classiques comme Saint-Saëns, Debussy ou Ravel d’enregistrer quelques-unes de leurs œuvres. Il disparaîtra dans les années 1940 avec le perfectionnement du gramophone. (en savoir plus)

Nouveautés sur Symphozik

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.