« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Opéra/Ballet Borges: les 10, 11 et 12 novembre 2017 | guitariste | Cours de chant moderne
Inscription Mot de passe oublié

Jacques Ibert : biographie

« Aurait pu faire partie du Groupe des Six »


  • Nom Ibert Prénom Jacques Nation France
  • Naissance 15/08/1890, à Paris (France) Mort 05/02/1962, même ville Époque musicale Moderne

Biographie

Jacques Ibert est un compositeur français, né le 15 août 1890 à Paris, ville où il est mort le 5 février 1962. Il aurait pu faire partie du Groupe des Six.  Le hasard a fait qu’il n’a pu répondre à l’invitation de Milhaud le jour de la fondation du groupe. Mais en fait, son nom avait déjà voisiné avec ceux des Six dans nombre de concerts depuis deux ans. Grand prix de Rome en 1919, il se fait connaître avec le triptyque symphonique Escales (1922 : écouter un extrait). Jusqu’en 1950, il écrit dans tous les genres. Après la guerre, sa santé fragile l’oblige à réduire ses activités.

Les années difficiles

Nommé directeur de l’Académie de France à Rome en 1937, il quitte l’Italie en 1940 après que Mussolini ait déclaré la guerre à la France. Il est accusé de désertion par le nouveau régime de Pétain (gouvernement de Vichy). Il est démis de ses fonctions, rayé des cadres de la Marine (où il avait fait son service militaire) et interdit de faire jouer ses œuvres. Il part se réfugier à Antibes et compose de la musique dans une semi clandestinité. Fort heureusement, il sera rétabli dans ses fonctions après la guerre et redirigera la Villa Médicis à Rome jusqu’en 1960 (juste revanche).

Esthétique

Jacques Ibert pratique un style où la fantaisie est reine, souvent cocasse, plein d’humour et de tendresse, où la distinction et l’élégance cachent un métier d’une impeccable sûreté. Sa formule est restée célèbre : l’inspiration n’est rien sans 99 % de transpiration. Dans un abondant catalogue, signalons : son espiègle Divertissement, pour orchestre de chambre (1930 : écouter un extrait), son charmant Paris, suite symphonique (1930 : écouter un extrait), son volubile Concerto pour flûte (1934 : écouter le début), son Quatuor à cordes qui reflète le climat de la guerre (1942 : écouter le début)

Ressources liées pour Jacques Ibert

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Nouveautés sur Symphozik

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.

13/10 : Dossiers sur le Lied et la mélodie et sur les rapports entre musique et littérature. Bonne lecture !

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.