« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Prix International Pro Musicis 26 octobre 2017 | Palmarès 2017: Concours International de Piano IDF | 25e édition du Festival des Forêts
Inscription Mot de passe oublié

Jan Peterszoon Sweelinck : biographie


  • Nom Sweelinck Prénom Jan Peterszoon Nation Pays-Bas
  • Naissance vers 1562, à Deventer (Pays-Bas) Mort 06/10/1621, à Amsterdam (Pays-Bas) Époque musicale Renaissance

Jan Pieterszoon Sweelinck (né en mai 1562 à Deventer et mort le 6 octobre 1621 à Amsterdam fut un musicien néerlandais : organiste, professeur et compositeur dont les œuvres se situent à la jonction des périodes "Renaissance" et "Baroque" de la musique. De nombreux membres de sa famille étaient musiciens, et principalement organistes, et lui-même aurait étudié auprès de Jan Willemszoon Lossy et de Gioseffo Zarlino, le fameux compositeur et théoricien, maître de chapelle à la basilique saint-Marc de Venise - mais ceci est hypothétique et controversé.

Organiste pendant de nombreuses années de la Oude Kerk d’Amsterdam, Sweelinck est le plus prestigieux représentant, à l’orgue comme au clavecin, de l’école hollandaise ; il est même un des meilleurs spécialistes européens de ces deux instruments avant Johann Sebastian Bach, à l’égal de l’italien Girolamo Frescobaldi qu’il a peut-être rencontré lorsque celui-ci est venu en Flandre.

Œuvre

C’était en outre un grand compositeur de pièces vocales, il écrivit plus de 250 œuvres de tous types : chansons, madrigaux, motets, psaumes. Quelques unes de ses innovations furent d’importance dans l’évolution de la musique en particulier dans le domaine de la fugue : écouter Fantaisie chromatique en ré M. Il fut le premier à écrire une fugue pour l’orgue débutant simplement par l’exposé du sujet, en développant ensuite le matériel contrapuntique jusqu’à l’accomplissement et la résolution finale, idée qui fut exploitée de façon complète, à la fin de la période baroque, par Bach.

Au niveau du style, la musique de Sweelinck synthétise la richesse, la complexité et le sens de l’espace des Gabrieli, avec lesquels son sejour supposé à Venise l’auraient familiarisé, et l’utilisation de l’ornementation ainsi que l’intimité formelle propres à l’école des virginalistes anglais. En ce qui concerne le développement des idées musicales, et particulièrement dans l’utilisation du contre-sujet, des strettes, et des séquences de pédale, ses œuvres vont bien au-delà de ce que fait Frescobaldi, son principal contemporain : elles annoncent celles de Bach.

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

L’organiste de la Marienkirche, Dietrich Buxtehude, dans ses vieilles années, décide de trouver un successeur. Plusieurs candidats postulent, mais pour reprendre le poste, il faut épouser la fille Buxtehude, plus très jeune...Plusieurs musiciens déclinent alors l’offre, s’estimant – sans doute – indignes de cet honneur.

Nouveautés sur Symphozik

11/06 : Biographies de Reynaldo Hahn et d’Ernest Bloch et nouveau dossier : Marcel Proust et la musique.

30/05 : Biographies d’Elliott Carter, Leonard Bernstein et Walter Piston.

15/05 : Découvrez quel héros d’opéra vous êtes ainsi qu’un nouveau dossier sur la musique indienne.