« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Josef Suk : biographie


  • Nom Suk Prénom Josef Nation République tchèque
  • Naissance 04/01/1874, à Krecovice (République tchèque) Mort 29/05/1935, à Benesov (République tchèque) Époque musicale Post-romantique

Josef Suk est né le 4 janvier 1874 à Krecovice (près de Prague, en république tchèque). De 1885 à 1892, il étudie au conservatoire de Prague, où il reçoit des cours du célèbre Antonin Dvorak, ainsi que du violoncelliste tchèque Hanus Wihan. Il fonde alors le Quatuor Bohémien (plus tard, quatuor tchèque) à Budapest en 1891, avec trois autres étudiants (dont Otto Berger, qui fut remplacé par Wihan après sa mort prématurée en 1894). Ce groupe renommé perdure jusqu’en 1934, et Suk y occupa la partie de second violon presque jusqu’à la fin de sa vie.

En 1898, Suk épouse la fille de Dvorak, Otylka. Malheureusement, il perd son beau-père et sa femme en 1904 et en 1905. Ces décès lui inspirent son œvre la plus célèbre, la symphonie en cinq mouvements Asraël (1906 - opus 27 ; les trois premiers sont dédiés à Dvorak, les deux à Otylka). À partir de 1922, Suk enseigne au conservatoire de Prague. Parmi ses élèves, on trouve Bohuslav Martinu et Rudolf Firkusny. Josef Suk meurt le 29 mai 1935 à Benesov.

Œuvre

Nettement influencé pendant ses premières années par des compositeurs tels que Ludwig van Beethoven ou Dvorak, il s’en détacha notamment à partir de la symphonie Asraël, “ l’Ange de la mort “ (ou le chat du vilain sorcier selon les sources) pour atteindre un style beaucoup plus personnel. Contrairement à d’autres compositeurs de son temps, il ne puisa que très peu dans la musique traditionnelle de son pays. En plus de la symphonie citée ci-dessus, indiquons encore sa sérénade pour cordes (œuvre de jeunesse de 1892) ou son cycle pour piano “ Des choses vécues et rêvées “ (1909). Au niveau généalogique, signalons qu’il est le grand-père du violoniste Josef Suk (né en 1929).

Au fait, combien de Suk dans votre thé ?

Ressources liées pour Josef Suk

Commentaires des internautes

Anonyme, le 24/07/2012 à 17h12
Je viens d’écouter - pour la première fois - la "Symphonie n° 2", dite "Asrael", de Josef Suk, dirigée par Libor Pesek, à la tête du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra. J’ai trouvé cette partition absolument superbe et d’une grande profondeur philosophique, complètement émancipée des conceptions de son ancien maître et beau-père Antonin Dvorak. J’ai été également particulièrement pris par l’interprétation qui en a été donnée par cette équipe de musiciens.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Inventé vers 1840, le pianola est un piano mécanique dont les touches et les pédales sont actionnées par un système de carte perforée, long ruban enroulé sur lui-même. Ancêtre du juke-box, on le trouvait principalement dans les bars et les saloons mais il a également permis à des compositeurs classiques comme Saint-Saëns, Debussy ou Ravel d’enregistrer quelques-unes de leurs œuvres. Il disparaîtra dans les années 1940 avec le perfectionnement du gramophone. (en savoir plus)

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.