« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

La baisse du baril de pétrole menacerait la musique…

azerty, le 04/02/2016

Étonnantes, les conséquences économiques de la baisse actuelle du coût du baril de pétrole (75 % en quelques mois). Or de nombreux pays basent leurs budgets sur ce que leur rapporte l’extraction et l’exportation du pétrole : obligés de faire des économies, ces pays risquent fort de couper en priorité les crédits accordés à la culture. D’autre part, il faut savoir que des compagnies pétrolières (et autres multinationales) sponsorisent des orchestres. Pourront-elles continuer ? Que vont devenir ces orchestres dans le contexte actuel ? Aurions-nous pu imaginer que l’arrêt de l’exploitation des énergies fossiles aurait de telles conséquences sur l’avenir de la musique ?

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Michael Praetorius est mort un 15 février, au jour exact de son cinquantième anniversaire.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.