« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Luigi Cherubini : biographie

Introduction musicale : écouter le Dies Irae du Requiem

  • Nom Cherubini Prénom Luigi Nation Italie
  • Naissance 14/09/1760, à Florence (Italie) Mort 15/03/1842, à Paris (France) Époque musicale Classique

Né le 14 septembre 1760 à Florence, Luigi Cherubini est le fils d’un célèbre claveciniste. Après une bonne éducation (à la fois religieuse et musicale) dans sa ville natale, Cherubini étudia à Bologne et à Milan. Son professeur, Giuseppe Sarti, est un compositeur renommé. En 1780, son premier opéra (Il Quinto Fabio) le fait connaître, mais ce succès ne procure pas à Cherubini de stabilité financière.

En 1785, on donne deux de ses œuvres à Londres qu’il rejoint en automne 1787, engagé par le roi. Il compose quelques morceaux pour le souverain, dont le King’s Theatre, mais ils ne remportent pas de succès particulier. Puis, après un an, Cherubini commence une période parisienne. En 1789, il dirige le Théâtre de Monsieur, troupe qu’il a créée avec son ami Giovanni Battista Viotti, compositeur de la cour. Mais, avec la révolution, il perd son poste en 1792. En 1795, Cherubini exerce la fonction d’inspecteur à l’Institut National de Musique, qui deviendra par la suite Conservatoire de Paris (il en deviendra directeur en 1822). C’est à la fin du XVIIIème siècle qu’il compose ses plus belles œuvres, par exemple Médée en 1797 (écouter des extraits sur Youtube : 01, 02 et final)..

Àla naissance de l’Empire, il tombe en disgrâce et émigre à Vienne en 1805 où il compose Faniska (créée en 1806). Par son succès, il regagne les faveurs de Napoléon (qui jusque là ne l’appréciait pas vraiment et qui lui préférait Gaspare Spontini) et il retourne en France. Il s’y adonne à plusieurs sciences ou arts : botanique, peinture et bien sûr composition musicale.

Mort le 15 mars 1842 à Paris, un mois après avoir été promu au grade de Commandeur de la légion d’honneur (ce fut d’ailleurs le premier musicien à l’être), Cherubini a été admiré par de nombreux compositeurs : Ludwig van Beethoven en parle comme du meilleur compositeur de son époque, Robert Schumann le juge “magnifique“, Carl Maria von Weber s’extasie sur ses “chefs-d’œuvre“. Cherubini possédait à fond son métier de compositeur. Même Hector Berlioz avec qui les rapports étaient particulièrement tendus au Conservatoire voyait en lui un “modèle sous tous les rapports“.

Ressources liées pour Luigi Cherubini

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

La prise jack, un standard qui équipe par exemple la plupart des casques audios, a été inventée en…1878 ! En plus d’un siècle, elle est tout de même passée de 6,35 mm à 2,5 et a gagné quelques fonctions.

Nouveautés sur Symphozik

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.

13/10 : Dossiers sur le Lied et la mélodie et sur les rapports entre musique et littérature. Bonne lecture !