« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Marc-André Dalbavie : biographie

« Un compositeur éclectique »

Introduction musicale : écouter le début de Color (2001)

  • Nom Dalbavie Prénom Marc-André Nation France
  • Naissance 10/02/1961, à Neuilly-sur-Seine (France) - 56 ans Époque musicale Contemporaine

Né le 10 février 1961 à Neuilly-sur-Seine, Marc-André Dalbavie reçoit ses premiers cours de musique à 6 ans. Il est admis au Conservatoire de Paris en 1980. C’est là qu’il suivra les cours de professeurs tels que Michel Philippot (composition), Guy Reibel (électroacoustique), Marius Constant (orchestration et instrumentation), Tristan Murail (informatique musicale)...Betsy Jolas et Claude Ballif lui enseignent l’analyse. En 1984, il a également l’occasion de fréquenter les cours de Franco Donatoni à Sienne. Après plusieurs premiers prix, avec déjà quelques compositions à son actif (Symphonie de chambre - 1980, Xylèmes - 1984,...), et alors qu’il a intégré le département de recherche musicale de l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) depuis 1985, il reçoit en plus les cours de direction d’orchestre de Pierre Boulez, de 1987 à 1988. Sa collaboration avec l’Ircam prend fin en 1990.

À l’issue d’un concours international, le Deutscher Akademischer Austauschdienst (office allemand d’échanges universitaires) l’invite à Berlin de 1992 à 1993. En 1994, il remporte le prix de Rome américain et le prix Ernst von Siemens (considéré comme le “Prix Nobel de la musique”) en tant que compositeur (avec Hans-Jürgen von Bose et Luca Francesconi). Il passera par ailleurs par la Villa Médicis de 1995 à 1996. À l’issue de ce dernier séjour, il intègre à nouveau le Conservatoire de Paris, mais en tant que professeur d’orchestration. Cette même année, il remporte le prix de composition aux Salzburger Osterfestspiele (Festival de Pâques de Salzbourg). Il a déjà composé une vingtaine d’œuvres, parmi lesquelles celle qui le fit connaître : Diadèmes (1986), dont il dirigea la première au Centre Pompidou.

En décembre 1998, USA today l’élit Meilleur jeune compositeur de l’année. Il devient par la suite le compositeur-résident de plusieurs orchestres : l’orchestre de Cleveland (1998-2000), l’orchestre de Minneapolis, puis l’orchestre de Paris de 2001 à 2005. Cette année-là, il est le compositeur à l’honneur du festival Présences de Radio France.

Le premier janvier 2004, Marc-André Dalbavie reçoit le titre de Chevalier des Arts et Lettres du ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon.

Décès

Ah non, pardon, réflexe (comprenez-moi, c’est la première biographie d’un compositeur encore en vie sur Symphozik :D).

Œuvre

Compositeur autonome qui a su renouveller le paysage contemporain, Dalbavie n’appartient pas réellement à l’école spectrale (comme il a pu s’en approcher quand il était plus jeune), et n’est pas non plus un compositeur électro-acoustique (bien qu’ayant étudié ce domaine). Il a su passer outre la frontière tonale/atonale dans ses œuvres, pour renouveller avec des formes musicales parfois anciennes sa musique.

“C’est à travers l’orchestre et le monde acoustique que je suis peut-être devenu un musicien purement électronique.” (Citation de Marc-André Dalbavie)

Ressources liées pour Marc-André Dalbavie

Commentaires des internautes

Anonyme, le 22/05/2011 à 13h17
Quelqu’un aurait-il un lien pour écouter Color de Marc-André Dalbavie ?

Merci d’avance ;)

Symphozik, le 22/05/2011 à 14h59
Bonjour,
1/2 : http://www.youtube.com/watch?v=nRmToGteYRE
2/2 : http://www.youtube.com/watch?v=hv-AdawJmSo

Anonyme, le 21/11/2011 à 9h31
vous n’avez jamais su faire la part des choses du déterminisme superfétatoire d’un langage dont on s’empare sans rapport entre le style ni l’idée qu’on défend et votre relation à l’alléatoire qui est défaillante car vous refusez d’exercer votre jugement.Scriabine répond à ces deux questions avec une accuité qui vous dépasse. Il est clair que l’ampleur de votre orchestre met à mal l’enseignement dont vous vous réclamez qui est basé sur l’orchestre comme outil du contrepoint qui permet de donner à toute verticalité de rencontre,une fluidité que vous ne maitrisez jamais;je vous reproche votre gout immodéré du disparate.Bausch

Anonyme, le 19/04/2014 à 23h33
On annonce pour le festival d’été de Salzbourg les 28 juillet 2 , 7,10 et 14 août 2014 l’opéra de Marc andré Dalbavie Charlotte Salomon . La seule interprète très connue est Nora Gubisch, on note la présence de Vincent le Texier qui ne chante plus en France depuis des lustres et c’est dommage.
Avis aux amateurs de musique audible et compréhensible pour le commun des mortels.
Car pour la journaliste musicale que je suis ,compte tenu de mon expérience du public si monsieur Dalbavie sait faire de la musique sans écouter les cuistres ou les Diafoirus du “déterminisme“truc ou chose,cela se saura.Ou on le sifflera ou on l’applaudira.Des machins sans queue ni tête à tuer le diable à coup de bonnet de coton il en existe pléthore et tout le monde en est lasseé et ne veut plus payer pour... Comme de Mélisande en nuisette et don Giovanni à l’arrêt du bus! Le génie authentique à pour amie la simplicité. Bonne chance pour Charlotte.
H.Cadouin dite Amalthée

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Avec la défaite de 1871 contre les armées prussiennes, des compositeurs français, atteints dans leur amour-propre, créent la Société Nationale de Musique qui tentera de s’opposer à la musique allemande. Elle servira également à faire sortir des compositeurs français de l’ombre (une sorte de Symphozik avant l’heure, quoi) en les éditant.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.