« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Concerts Dvorak: 11 et 12 mars 2017, Paris | L’orchestre Le Palais royal en Réalité Virtuelle | Concert Baroque: Gloria et Magnificat de Vivaldi
Inscription Mot de passe oublié

Niccolo Vito Piccinni : biographie


  • Nom Piccinni Prénom Niccolo Vito Nation Italie
  • Naissance 16/01/1728, à Bari (Italie) Mort 07/05/1800, à Passy (France) Époque musicale Classique

Biographie

Né à Bari (Italie du sud) le 16 janvier 1728 dans une famille musicienne, Niccolo Vito Piccinni étudie au Conservatoire de Naples avec Leonardo Leo et Francesco Durante, professeurs de renom.

Piccinni compose son premier opéra, Donne dispettose, en 1754. En 1758, il en écrit un nouveau, Alexandre aux Indes (le livret ayant été rédigé par le célèbre Métastase). Puis, Piccinni déménage à Rome et y connaît un succès considérable avec, par exemple, La bonne fille (daté de 1760), tiré d’une œuvre de C. Goldoni. Il composa ensuite plus de cinquante nouvelles pièces lyriques, et remaniera Alexandre aux Indes en 1774. Mais il fut surtout apprécié grâce à ses opéras bouffes.

En 1776, après avoir été invité à la cour de France, il est désigné professeur de chant de la reine Marie Antoinette et directeur du Théâtre Italien. Il décide alors de se consacrer principalement à l’écriture d’opéras et, en 1778, il compose son premier opéra français, Roland. Celui-ci lui apporte une renommée importante. C’est à Paris qu’il rencontre un autre compositeur, avec lequel il eut une querelle bien connue : Christophe W. Gluck. Ce dernier réformait l’opéra dans le but d’y introduire une tension dramatique.

Cette joute d’artiste augmenta sa notoriété, mais elle fut la cause du retard de la représentation de l’opéra Iphigénie en Tauride (1781), qui fut joué deux ans après l’œuvre homonyme de son concurrent. En 1783, Piccinni fait jouer Didon, pièce considérée comme sa plus réussie (écouter un extrait sur Youtube). Connaissant quelques ennuis lors de la Révolution française, il repart à Naples et de là à Venise, où il compose la Griselda (1793). Puis, après quelques années, il retourne à Paris, où il est nommé inspecteur au Conservatoire.

Piccinni meurt à Passy le 7 mai 1800, auteur principalement d’œuvres vocales (surtout des opéras), mais aussi de quelques pièces pour clavecin et de musique sacrée. Ce fut un compositeur majeur de son époque qui eut à affronter, à partir de 1784, la concurrence d’Antonio Salieri et d’Antonio Sacchini.

Commentaires des internautes

Anonyme, le 04/12/2012 à 7h22
Juste une petite remarque :

Piccinni ne fut pas "désigné" mais "invité" par la Reine Marie Antoinette"

Symphozik, le 04/12/2012 à 11h17
Ben euh…j’ai ajouté un petit bout de phrase pour inclure le mot "invité" qui vous est cher :D
Jean-Baptiste

Anonyme, le 13/12/2016 à 12h13
Peut-on trouver dans le commerce une biographie de Piccini ?

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Ernest Chausson décéda des suites d’un accident de bicyclette alors qu’il composait...des œuvres cycliques :)

Nouveautés sur Symphozik

14/02 : Nouveau dossier : un même sujet pour différentes musiques (son faux jumeau a aussi été mis à jour).

05/02 : Nouveau dossier : quand musique et arts plastiques fusionnent.

02/02 : Nouveaux dossiers : quand la musique inspire les peintres, et à l’inverse quand la peinture inspire les musiciens.

25/01 : Dossiers sur la synesthésie en musique et sur les correspondances entre sons et couleurs. Bonne lecture !