« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Un bœuf à l’Opéra

azerty, le 01/11/2015

5000 € par représentation, c’est le coût (ou le salaire, selon les sources, mais bien que je ne doute pas de la motivation des banquiers à faire rentrer l’argent, de là à faire entrer un taureau dans leurs bureaux, il y a un pas) du dernier figurant à la mode à l’Opéra national de Paris. Easy Rider (c’est son nom) est un taureau entraîné à supporter le stress de la scène et qui a été recruté pour huit représentations dans la super-production « Moses und Aron » d’Arnold Schönberg.

http://nomadmusic.fr/fr/webzine/un-boeuf-a-l-opera

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

« Les critiques sont comme les eunuques: ils savent mais ne peuvent pas. » (Sacha Guitry)

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.