« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Carl Reinecke : biographie

« Un postromantique oublié »


  • Nom Reinecke Prénom Carl Nation Allemagne
  • Naissance 23/06/1824, à Hambourg (Allemagne) Mort 10/03/1910, à Leipzig (Allemagne) Époque musicale Post-romantique

Né le 23 juin 1824 dans l’actuelle Hambourg, Carl Reinecke est le fils d’un professeur de musique qui lui donnera ses premiers cours (à sept ans, Reinecke a déjà écrit quelques pièces). À 12 ans, le musicien peut se produire en public au piano. Il décidera d’une carrière pianistique après avoir entendu les célèbres pianistes Clara Wieck et Franz Liszt.

En 1843, Reinecke, grâce à une bourse du roi danois Christian VIII, peut suivre des cours de piano et de composition au réputé Conservatoire de Leipzig. En 1847, il est à Copenhague au Danemark, engagé par le roi Christian VIII comme pianiste de la cour mais doit repartir à Leipzig l’année suivante, en raison des événements politiques (révolutions de mai). Cela ne l’empêchera pas de composer pas moins de 4 concertos pour son instrument, de même qu’un concerto pour violon (et j’en passe). Pendant cette période, Reinecke rencontre Robert Schumann qu’il admire et Felix Mendelssohn-Bartholdy, qui lui apportera son soutien. En 1849, le musicien part à Brême et s’y établit en tant que compositeur et chef d’orchestre. Il entretient ses relations avec Schumann et rencontre à Düsseldorf le jeune Johannes Brahms. De 1852 à 1854, Reinecke enseigne au conservatoire de Cologne puis est nommé Kapellmeister à Barmen. Il exercera ensuite à Breslau (je crois qu’on a fait le tour, vous devriez assurer en géographie allemande maintenant).

En 1860, c’est l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig qui fait appel à Reinecke, qui le dirigera jusqu’en 1895, en y donnant notamment la première du Requiem allemand de Brahms en 1869.

Reinecke meurt le 10 mars 1910 à Leipzig, où il enseignait à l’université depuis 1884. Le seul tort de ce compositeur fut de se trouver dans la période où exerçaient Liszt, Mendelssohn, Schumann,...bref, autant de musiciens qui l’éclipsèrent (auprès des profanes, cela va sans dire) injustement à la postérité.

Ressources liées pour Carl Reinecke

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Ludwig van Beethoven, admirateur de la Révolution française, dédicaça à Napoléon Bonaparte sa Troisième Symphonie "Héroïque". Mais lorsque le grand homme se fit sacrer Empereur des Français, le compositeur déçu le déchut de l’honneur d’une dédicace.

Nouveautés sur Symphozik

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.