« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Charles Koechlin : biographie

« Homme de culture et grand professeur »


  • Nom Koechlin Prénom Charles Nation France
  • Naissance 27/11/1867, à Paris (France) Mort 31/12/1950, à Rayol-Canadel-sur-Mer (France) Époque musicale Moderne

Charles  Koechlin est un compositeur français né le 27 novembre 1867 à Paris et mort le 31 décembre 1950 au Canadel (Var). Originaire d’une vieille famille alsacienne d’industriels et d’ingénieurs, il est passionné dès l’enfance par la musique. Reçu en 1887 à l’École polytechnique, il arrange des œuvres du répertoire pour le petit orchestre d’élèves. Suite à une longue maladie, il interrompt ses études scientifiques pour entrer au Conservatoire de Paris. Comme il l’indique lui-même, son évolution s’est poursuivie « dans le sens du grand mouvement vers la liberté d’écriture de César Franck et d’Emmanuel Chabrier, de Gabriel Fauré, puis d’Achille Claude Debussy, puis enfin des musiques polytonales et atonales ». Admiré pour ses talents d’orchestrateur, son maître Gabriel Fauré lui confie l’orchestration de sa musique de scène de Pelléas et Mélisande et l’éditeur de Debussy lui demande d’achever son ballet Khamma.

En 1909, dans le but de promouvoir la musique contemporaine, Charles Koechlin fonde la Société Musicale Indépendante avec Maurice Ravel et Florent Schmitt. En plus de son activité de compositeur, il a été un professeur recherché et a écrit de nombreux écrits théoriques, dont un volumineux traité d’instrumentation qui fait autorité. Par sa grande culture et sa largeur d’esprit, il a laissé une empreinte profonde sur l’école française. Parmi ses disciples, il faut citer Francis Poulenc, Roger Désormière, Germaine Tailleferre, Henri Sauguet ou encore le jazzman Cole Porter.

Si elle était appréciée par ses collègues, l’œuvre de Charles Koechlin reste peu connue du grand public auquel elle semble sans doute trop intimiste et savante. Elle révèle pourtant une grande sensibilité, comme le montre le Quintette "Primavera" présenté en introduction musicale de cette biographie. Généralement inspirée par la nature, le compositeur se tourne parfois vers des sources plus pittoresques comme Le Livre de la jungle de Kipling. Il y évoque notamment le capricieux peuple des singes dans un poème symphonique intitulé les Bandar-log (écouter un extrait).

Ressources liées pour Charles Koechlin

Commentaires des internautes

Anonyme, le 15/03/2018 à 0h53
Il est assez scandaleux qu’un auteur comme Ch. Koechlin soit mis à l’écart des compositeurs de ce début de 20e siècle, qui pourtant à entendre ses œuvres s’inscrit dans le renouveau de la grammaire musicale moderne, introduisant de la musique polyphonique savante, souvent atonale que n’aurait pas reniée l’école de Vienne.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Définition de cette forme austère qu’est la fugue par Hans von Bülow : “morceau de musique au cours duquel les exécutants partent les uns après les autres, et les auditeurs tous en même temps”.

Nouveautés sur Symphozik

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.