Les compositeurs sortent de l’ombre sur Symphozik…

César Franck : biographie

Référendum ADP

« Le feu sous la glace »


  • Nom Franck Prénom César Nation Belgique
  • Naissance 10/12/1822, à Liège (Belgique) Mort 08/11/1890, à Paris (France) Époque musicale Post-romantique

Premières années

César Auguste Franck est né à Liège (Belgique) en 1822. Son père est un agent de change mélomane qui nourrit pour son fils de hautes ambitions et décide de faire de lui un virtuose du clavier (et de son frère un violoniste). César Franck prend sa première leçon de piano à l’âge de cinq ans. Il fait des progrès rapides et à douze ans, il est capable de se produire en public. Quelques mois plus tard, la famille s’installe à Paris pour perfectionner les deux enfants au Conservatoire de musique. Cependant César Franck est solitaire et semble plus se destiner à la composition qu’à la carrière de virtuose. Au conservatoire, il devient l’élève d’Antoine Reicha (le professeur d’Hector Berlioz, Franz Liszt et Charles Gounod).

Un élève exceptionnel

À 16 ans, il remporte le premier prix de piano de manière extraordinaire comme le relate les journaux : « Après avoir décerné tout d’une voix le premier prix à M. Franck, le jury est de nouveau entré en délibération, et M. Luigi Cherubini est venu dire : "Le jury ayant décidé que M. Franck était hors ligne, personne ne devant partager avec lui, on donnera un second premier prix à ceux qui auront mérité le prix ordinaire." ».

Carrière

Malgré les conseils de son père qui voudrait le voir faire fortune dans l’opéra, Franck crée trois trios pour piano, violon et violoncelle en 1843. Mais, après quelques insuccès d’œuvres de César, lui et son père se séparent. De plus, le compositeur épouse, en 1848, une jeune fille peu fortunée, Félicité Saillot Desmousseaux. Celle-ci, très prude, condamne le lyrisme et la sensualité qui règne sur l’opéra. Franck s’incline en n’écrivant que sur des textes « bien pensants », mais il se rattrape dans sa musique instrumentale qui frémit d’une grande passion comme dans le Prélude, Choral et Fugue pour piano : écouter le final.

À partir de 1858, Franck est organiste de la nouvelle église Sainte-Clotilde où il inaugure un des plus beaux instruments du facteur d’orgues Cavaillé-Coll. Pour lui, il compose Prélude, Fugue et Variation : écouter le final. Il voit sa réputation d’organiste croître rapidement. Il ne fait plus de la composition son but principal, mais il improvise beaucoup. Cette situation convient tout à fait à son épouse.

Avec la défaite de 1870 contre les armées prussiennes, des compositeurs français, atteints dans leur amour-propre, créent la Société nationale de musique dont le but est de s’opposer à la musique allemande en promouvant la musique française. Camille Saint-Saëns, qui la dirige, y entraîne Franck. En 1872, ce dernier est nommé professeur d’orgue au Conservatoire. Il compose quelques chefs-d’œuvre qui marquent le début du franckisme. Jusqu’à la fin de sa vie, il sera extrêmement fécond.

César Franck meurt le 8 novembre 1890 à Paris, des suites d’une grippe mal soignée (ceci n’est pas un message caché du ministère de la santé).

Apports et postérité

Compositeur irrégulier, il est l’auteur aussi bien de pièces de peu d’intérêt (Hulda, 1882 ; Ghisèle, 1888) comme de purs chefs-d’œuvre, parmi lesquels le Quintette pour piano et cordes (1878 : écouter le début du final), les Variations symphoniques pour piano et orchestre (1885), la Sonate pour violon et piano (1886 : écouter le début). Sur le plan de la composition, c’est un constructeur. Il introduit le principe de la forme cyclique qui, par la résurgence des thèmes d’un mouvement à l’autre et leur superposition dans le volet final, assure une grande cohérence à la structure. Son œuvre reflète bien sa double dimension : à la fois séraphique et passionnée. Peu de musiciens ont su, comme lui, faire chanter les anges mais aussi traduire des accents plus terrestres.

Dans sa dernière œuvre, la Symphonie en ré mineur (écouter la fin), il s’efforce de réunir la forme cyclique française et la forme symphonique romantique allemande. C’est pourquoi, dans un contexte de conflit entre les pro et anti-wagnériens, elle est rejetée par les 2 camps lors de sa première exécution. Il inspirera néanmoins directement de nombreux et prestigieux compositeurs français tels que Vincent d’Indy, Ernest Chausson, Henri Duparc , Paul Dukas, Gabriel Fauré, Achille Claude Debussy, Maurice Ravel...

Pour plus d’informations sur ses œuvres, voir Wikipedia

Ressources liées pour César Franck

Commentaires des internautes

Anonyme, le 27/02/2014 à 19h58
psyche -les éolides- à rajouter aux poèmes symphoniques

Poster un commentaire

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Au pif sur Symphozik…

Né à Honfleur le 17 mai 1866, Erik (né Éric) Satie meurt à Paris le premier juillet 1925. Esprit indépendant et rebelle, il n’obtiendra aucun diplôme au conservatoire. Vivotant d’expédient, il s’éteindra dans une misère totale (qu’il dissimulera toujours à ses amis). « Je ne me reconnais pas le droit d’abuser des…

Lire la suite sur la biographie d’Erik Satie
Nouveautés sur Symphozik

22/10 : À défaut de mise à jour et bien que blasé, Symphozik se lance dans la politique. SIGNEZ ! (ou pour les esprits de contradiction : NE SIGNEZ PAS !)

11/02 : Claude Levi-Strauss et la musique

10/02 : À quoi sert la musique ?