Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Forum musical
accord de quinte degrés interdit

misterglo, le 06/02/2011 à 20:38

salut
j’ai pas vu de thread de ce genre sur votre site mais puisque l’on parle de musique classique , je tente ma chance
j’etudie actuellement les chants et basses données de challan.

en majeur le VII iem degré est interdit lorsque l’on travaille stricto sensu avec les accords de quintes .
donc un accord de quinte avec un basse de Si en tonalité de do donne un accord diminué , ce qui est a eviter puisqu’il s’agit d’un accord de V iem degré sans fondamentale.

par extension , en mineur , (la mineur) l’accord de quinte basé sur Si (II ieme degré ) est un accord diminué , donc interdit (je comprends ca comme ca en etudiant doué et baron .

l’accord de III degré toujours en lam serait donc do mi sol# (sensible ) ce qui est aussi interdit .

donc ma question simple , en mode mineur les accords de quinte de II ieme et III ieme degré sont toujours interdit ?

(je parle bien d’exercice uniquement sur les accord de quinte)

j’ai bon ?
merci pour vos eclaircissements

Symphozik, le 07/02/2011 à 22:10

Bonsoir à vous,
tout d’abord, félicitations car pour se farcir Challan, faut vraiment être motivé. Si vous voulez faire de la musique (et non des puzzle musicaux, ah hum) les cahiers de Jean Claude Raynaud.

Sinon pour vos questions, l’accord de quinte est à éviter à l’état fondamental. On évite en do majeur de mettre un accord si ré fa mais en premier renversement, il est très utilisé ré fa si (par Bach dans les chorals notamment). Idem pour le deuxième degré, on l’utilise plus volontiers renversé. Ou alors avec septième.

L’accord du III est un accord augmenté (do sol# étant une quinte augmenté) qui est très dissonant donc à ne pas utiliser dans le style classique ou dans les premiers exercices d’écriture. On le trouve néanmoins chez Strauss, Fauré et Brahms par exemple un peu plus tard.

Donc voilà, théoriquement, ils sont effectivement a proscrire. On n’en trouvera pas dans les premiers Challan il me semble.

Bon courage pour vos exercices.

misterglo, le 08/02/2011 à 19:28

merci pour les infos
des puzzles ?
pouquoi pas . l’image est pas mal
moi je voyais ca plutot comme des sudoku qui doivent etre jolis....

merci
et a plus tard

virepoulpe, le 15/02/2011 à 18:15

Bonjour
Juste un petit complément à la réponse !

D’abord, concernant les exercices de Challan, je ne les trouve pas si mal que ça ! Sans doute par nostalgie car j’ai débuté mes exercices d’harmonie dessus (il y a 25 ans, il est vrai !) Et puis il me semble que les cahiers de JC Reynaud, très bien également, sont plus faits pour s’approprier un style donné.

Concernant les accords de quintes diminuées, je partage les propos de Symphozik. Il faut les éviter à l’état fondamental car ils sonnent creux. Quand on apprend les retards, il devient possible de les employer avec un retard de la basse, la dissonnance sauvant la mise. Ils sont par contre excellents et très usités en position renversée (1er renversement). Bien penser que dans ce type d’accord (1er renversement de quinte dimininuée), on double généralement la basse, i.e. sur le VIIè degré : Ré (basse) - Ré - Si - Fa.

Sur l’accord du IIIè degré, j’apporte une nuance aux propos. Si on lit nombre de partition de Bach, cet accord est employé à de nombreuses reprises. Par contre, il ne s’agit pas, comme chez les compositeurs de la fin du 19è siècle, d’un accord stable - voir Debussy : gamme par ton - mais d’un accord de passage. En la mineur, on peut trouver chez Bach : Do - Mi - Sol#, mais soit le Sol# est un retard inférieur ou une appoggiature du la et l’accord migre ensuite sur le 1er renversement du 1er degré, soit c’est le Do qui est un retard du si et l’accord migre vers un accord du Vè degré.

Mais il vaut mieux ne pas les employer dans les premiers exercices d’harmonie, sauf dans la façon que j’ai évoquée concernat le style Bach.

Bien à vous

misterglo, le 17/02/2011 à 21:39

merci!

je n’ai pas encore eu l’occasion de me pencher sur les cahiers de Jean Claude Raynaud.
je jetterai un coup d’oeil plus tard lorsque j’aurai pu en consulter un en main propre.

Répondre

Poster un message

NOUVEAU ! Joindre un fichier

Au pif sur Symphozik…

À l’origine, la note do se nommait ut, appellation qui subsiste encore dans certains cas (clé d’ut, par exemple). Ainsi, par exemple, la phrase : "j’ai mal au dos, il est dommage que dorénavant il n’y ait plus de médecins à domicile et je vais faire un petit dodo" se prononçait : "j’ai mal au ut, il est ut-mage que ut-rénavant il n’y ait plus de médecin à ut-micile et je vais faire un petit utut" (© François Pérusse).

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.

06/05 : Deuxième article de la série Diana Deutsch : la circularité des hauteurs. Accrochez-vous.