Les compositeurs sortent de l’ombre sur Symphozik…

Giacomo Carissimi : biographie

Référendum ADP

« Un grand innovateur »


  • Nom Carissimi Prénom Giacomo Nation Italie
  • Naissance vers 1605, à Marino (Italie) Mort 12/01/1674, à Rome (Italie) Époque musicale Baroque

Giacomo Carissimi est né à Marino (près de Rome) en 1605 (baptisé le 18 avril de cette année) d’un père tonnelier (Amico, 1548-1633) et de Livia (1565-1622). Il est le benjamin de 7 enfants. Ses premières années en tant que musicien nous sont encore inconnues.

Carissimi a complété sa formation musicale à Rome. En 1623, il est chanteur à Tivoli et organiste de 1625 jusqu’en 1627; est nommé maître de chapelle à Assise puis à Saint-Apollinaire (Rome) de 1628 à la fin de sa vie. Le musicien, jouissant d’une renommée importante, a enseigné à plusieurs compositeurs plus ou moins célèbres comme Giovanni Bononcini, Marc-Antoine Charpentier, Johann Philip Krieger, etc.

Mort à Rome le 12 janvier 1674, Carissimi a eu sur la musique européenne une influence considérable: on peut dire que presque toute la musique religieuse lui doit quelque chose; mais particulièrement, bien entendu, l’oratorio (écouter le chœur final de Jephté), qu’il s’agisse de celui de M.-A. Charpentier, de la cantate et de la passion de Johann Sebastian Bach ou de l’oratorio de Georg Friedrich Haendel. Hélas, son œuvre est aujourd’hui perdue en quasi totalité, paradoxalement à cause de son succès auprès du Pape, qui en interdit le prêt ou la reproduction pour confier ses pièces aux jésuites (et la disparition de l’ordre en 1773 engendra la destruction de celles-ci).

Ressources liées pour Giacomo Carissimi

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Poster un commentaire

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Au pif sur Symphozik…

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

22/10 : À défaut de mise à jour et bien que blasé, Symphozik se lance dans la politique. SIGNEZ ! (ou pour les esprits de contradiction : NE SIGNEZ PAS !)

11/02 : Claude Levi-Strauss et la musique

10/02 : À quoi sert la musique ?