« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Giovanni Battista Pergolèse : biographie


  • Nom Pergolèse Prénom Giovanni Battista Nation Italie
  • Naissance 04/01/1710, à Pergola (Italie) Mort 17/03/1736, à Pozzuoli (Italie) Époque musicale Baroque

Né en 1710 à Pergola (Italie), Giovanni Baptista Pergolese sera le seul survivant des enfants de sa famille. Il souffre cependant dès sa naissance d’une santé délicate et d’une grave affection qui le fait boiter. Le jeune garçon prend très tôt des cours de violon avec Francesco Mondini et avec Francesco (déjà deux !) Santi, maître de chapelle de la cathédrale de Jesi.

Pergolese s’inscrit vers 1722 au Conservatoire de Naples. Parmi ses professeurs se trouvent Francesco (encore un ?!) Durante et Francesco (c’est une invasion...) Leonardo Vinci (dont les pièces ont parfois été attribuées à Pergolese), maîtres réputés. Le futur compositeur termine ses études musicales à l’âge de vingt et un ans. À la sortie du Conservatoire, il présente La Conversione di San Guglielmo d’Aquitania. Le succès est tel qu’il reçoit immédiatement commande d’un opéra pour le théâtre San Bartolomeo. Ce sera Salustia.

À la fin de 1732, après de violents tremblements de terre à Naples, Pergolese compose une messe solennelle à dix voix ainsi que des vêpres. La carrière du compositeur est désormais assurée. Il compose pour de nombreuses cours en Europe et il jouit déjà d’une réputation hors d’Italie. En 1733, il écrit son deuxième opéra : Il prigionier superbo. Il écrira encore son œuvre la plus célèbre : La Serva Padrona ("la servante maitresse", écouter le début) qui fera un triomphe à Paris en 1752. Puis c’est Adriano in Siria et L’Olimpiade. Il a composé également quelques remarquables œuvres sacrées dont deux grandes messes en ré et en fa, un admirable Laudate pueri, un Salve Regina et le fameux Stabat mater en fa mineur (écouter le début), écrit juste avant sa mort.

Pergolese meurt dans le monastère franciscain de Pozzuoli, en 1736, agé seulement de 26 ans. Sa Servante maitresse déclenchera la querelle dite "des bouffons" entre les partisans de la musique lyrique française telle que la représente Jean-Baptiste Lully et les partisans de l’Italianisme avec Pergolese, Niccolo Jomelli...

Ressources liées pour Giovanni Battista Pergolèse

Commentaires des internautes

Anonyme, le 04/11/2012 à 14h43
Comment il a pu faire un triomphe a Paris en 1752 Si il est mort en 1734 ?

Symphozik, le 04/11/2012 à 15h24
Bonjour,
C’est l’œuvre qui aura du succès en 1752 malgré la mort du compositeur (en 1736).
Cordialement,

Anonyme, le 22/10/2018 à 2h43
Bonjour

Je voudrais savoir si la Mesi a cinque voci est de Pergolese ou bien de Durante car ce dernier aurait aussi composé une messe à cinq voix?

Merci

azerty, le 22/10/2018 à 9h52
voici la messe à cinq voir de Pergolèse : Lien

azerty, le 22/10/2018 à 10h09
concernant Francesco Durante, je n’ai pas trouvé de messe à cinq voix. Il semble donc que la messe à cinq voix dont vous parlez est bien de Pergolèse : voir ci-dessus.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Avec la défaite de 1871 contre les armées prussiennes, des compositeurs français, atteints dans leur amour-propre, créent la Société Nationale de Musique qui tentera de s’opposer à la musique allemande. Elle servira également à faire sortir des compositeurs français de l’ombre (une sorte de Symphozik avant l’heure, quoi) en les éditant.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !