« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Johann Nepomuk Hummel : biographie


  • Nom Hummel Prénom Johann Nepomuk Nation Allemagne
  • Naissance 14/11/1778, à Presbourg, act. Bratislava (Hongrie) Mort 17/10/1837, à Weimar (Allemagne) Époque musicale Pré-romantique

Né à Presbourg (l’actuelle Bratislava) le 14 novembre 1778, Johann Nepomuk Hummel est le fils de Joseph Hummel, musicien de l’école impériale de musique militaire et chef d’orchestre de l’orchestre du thâtre. Doué pour la musique, il recevra dès sept ans des cours de Wolfgang Mozart à Vienne, ce dernier le trouvant particulièrement doué. Il l’hébergera même pendant deux ans. Hummel pourra donner son premier concert à neuf ans.

Hummel entreprend assez jeune une tournée européenne. Il rencontrera pendant cette période de prestigieux compositeurs, comme Joseph Haydn (1791), qui, à l’issue d’un concert du jeune musicien, lui donnera en remerciement une guinée. Hummel recevra aussi des cours de Muzio Clementi, compositeur italien à Londres (où il resta 4 ans), d’Antonio Salieri,...et commence à composer.

Vers cette époque, le jeune Ludwig van Beethoven arrive à Vienne. On dit souvent qu’entre les deux compositeurs, il y eut une rivalité très marquée. En fait, ils furent amis, même si leurs relations connurent des hauts et des bas et que leurs partisans formaient deux camps rivaux.

Chez le prince Esterhazy

Hummel a 26 ans lorsqu’il succède à J. Haydn comme Konzertmeister (maître de concerts) chez le prince Esterhazy. Il a déjà écrit de très nombreuses œuvres (Concerto pour trompette en mi bémol majeur : écouter le 3e mouvement, musiques de scène,...) et “consacre“ cette période de sa vie à l’écriture de pièces religieuses (cinq Messes, écouter le Kyrie de l’opus 111). En 1811, il quitte la cour du Prince (il deviendra, de 1816 à 1818, maître de chapelle à Stuttgart).

Pianiste virtuose

En plus d’être compositeur, Hummel fut aussi un pianiste, le plus grand virtuose de l’époque, selon ses contemporains, qui put rivaliser avec Beethoven, qui était également très renommé. Hummel donna au cours de sa vie des concerts dans toute l’Europe, entre 1820 et 1830.

Les concertos pour piano

Parmi les œuvres les plus intéressantes et les plus appréciées de Hummel figurent les huit concertos pour piano. Le premier (en Do, opus 34a, 36), le deuxième (la mineur, op. 85) et le cinquième (la bémol, op. 113) furent créés à Vienne, respectivement vers 1811, 1821 et 1830. Le troisième, représenté à Leipzig vers 1821, est en si mineur (op. 89, écouter sur Youtube). Hummel écrira dans cette même ville son quatrième concerto en mi (op. 110) vers 1814. Son concerto en en fa (op. posthume 1) ne fut créé que deux ans après sa mort à Leipzig, en 1839. Les deux restant furent joués vers 1790 et 1791 (les deux sont en la).

Hummel s’éteint à Weimar le 17 octobre 1837. Même s’il fut l’intermédiaire entre le classicisme (J. Haydn ou W. A. Mozart) et le romantisme (Felix Mendelssohn-Bartholdy, Franz Schubert,...), sa musique ne fut que très peu reprise après sa mort, malgré le fait qu’il fut le modèle de Franz Liszt et de Niccolò Paganini. On lui doit cependant une méthode pour piano, Anweisung zum Pianofortespiel, qui eut une importance considérable dans la première moitié du XIXème siècle.

De son œuvre, qui influencera entre autres Frédéric Chopin et Robert Schumann dans leurs débuts, on connaît surtout son Concerto pour trompette (1803), sa musique de chambre et, bien sûr, ses 8 concertos pour pianos qui connurent un sucès considérable à l’époque.

Ressources liées pour Johann Nepomuk Hummel

Commentaires des internautes

Anonyme, le 25/07/2016 à 13h00
Les paragraphes sont exactement les mêmes que sur Wikipedia .
Il n’y a pas eu de VRAIES recherches .
JE DISLIKE

Symphozik, le 25/07/2016 à 22h07
N’hésitez pas à regarder les références citées par Wikipedia, et vous comprendrez pourquoi je dislike votre commentaire :P

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Jan Peterszoon Sweelinck est surnommé le “faiseur d’organistes“ en raison de la présence dans ses élèves de certains des meilleurs représentants de l’école d’orgue d’Allemagne du nord.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !