« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Pierre Alexandre Monsigny : biographie


  • Nom Monsigny Prénom Pierre Alexandre Nation France
  • Naissance 17/10/1729, à Fauquembergues (France) Mort 14/01/1817, à Paris (France) Époque musicale Classique

Né le 17 octobre 1729 à Fauquembergues, dans l’Artois, Pierre Alexandre Monsigny a étudié au collège jésuite de Saint-Omer. Il ne se destine pas tout de suite à la musique : il apprendra seulement le violon en dilettante et sera employé à la cour des comptes du clergé, chez le Duc d’Orléans puis à l’inspection générale des canaux.

Monsigny décide de devenir compositeur après avoir assisté à une représentation de La Serva Padrona de Giovanni Battista Pergolesi. Il prend donc des cours de composititon auprès du contrebassiste de l’Opéra et son premier opéra, les Aveux indiscrets (1759), lui confère une célébrité immédiate. Mais, en raison de problèmes de vue, il abandonnera la composition vers 48 ans. La Révolution française l’appauvrit considérablement mais en 1800, il sera nommé inspecteur au Conservatoire de Paris.

Monsigny meurt à Paris le 14 janvier 1817, membre de l’Académie des arts. Considéré avec André Grétry et François André Philidor comme l’un des créateurs de l’opéra-comique français, il a laissé douze opéras-comiques et un ballet héroïque, Aline, reine de Golconde, (1766). Si son plus grand succès fut l’opéra-comique Rose et Colas (1764), le Déserteur (1769) demeure son œuvre majeure, typique des harmonies simples et du talent mélodique riche et élégant de son compositeur, et doté d’une dramaturgie à caractère sentimental.

Le succès des œuvres de Monsigny tenait pour une part importante aux livrets écrits par le poète et librettiste Michel Jean Sedaine, qui travailla longtemps avec le compositeur, comme en témoignent les opéras le Roi et le Fermier (1762), la Belle Arsène (1773) et Félix ou l’Enfant trouvé (1777), la dernière composition de Monsigny.

Ressources liées pour Pierre Alexandre Monsigny

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !