Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Pierre Alexandre Monsigny
Biographie


  • Nom Monsigny Prénom Pierre Alexandre Nation France
  • Naissance 17/10/1729, à Fauquembergues (France) Mort14/01/1817, à Paris (France) Époque musicale Classique

Né le 17 octobre 1729 à Fauquembergues, dans l’Artois, Pierre Alexandre Monsigny a étudié au collège jésuite de Saint-Omer. Il ne se destine pas tout de suite à la musique : il apprendra seulement le violon en dilettante et sera employé à la cour des comptes du clergé, chez le Duc d’Orléans puis à l’inspection générale des canaux.

Monsigny décide de devenir compositeur après avoir assisté à une représentation de La Serva Padrona de Giovanni Battista Pergolesi. Il prend donc des cours de composititon auprès du contrebassiste de l’Opéra et son premier opéra, les Aveux indiscrets (1759), lui confère une célébrité immédiate. Mais, en raison de problèmes de vue, il abandonnera la composition vers 48 ans. La Révolution française l’appauvrit considérablement mais en 1800, il sera nommé inspecteur au Conservatoire de Paris.

Monsigny meurt à Paris le 14 janvier 1817, membre de l’Académie des arts. Considéré avec André Grétry et François André Philidor comme l’un des créateurs de l’opéra-comique français, il a laissé douze opéras-comiques et un ballet héroïque, Aline, reine de Golconde, (1766). Si son plus grand succès fut l’opéra-comique Rose et Colas (1764), le Déserteur (1769) demeure son œuvre majeure, typique des harmonies simples et du talent mélodique riche et élégant de son compositeur, et doté d’une dramaturgie à caractère sentimental.

Le succès des œuvres de Monsigny tenait pour une part importante aux livrets écrits par le poète et librettiste Michel Jean Sedaine, qui travailla longtemps avec le compositeur, comme en témoignent les opéras le Roi et le Fermier (1762), la Belle Arsène (1773) et Félix ou l’Enfant trouvé (1777), la dernière composition de Monsigny.

Ressources liées pour Pierre Alexandre Monsigny

Commentaires des internautes

Poster un message

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Au pif sur Symphozik…

Domenico Scarlatti est un claveciniste virtuose : à Rome, pendant une joute musicale, il sera jugé supérieur à Georg Friedrich Haendel dans cet instrument, tandis que Haendel égalisera à l’orgue. Les relations entre les deux musiciens restèrent au beau fixe.

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

21/10 : Deux nouveaux dossiers azertyques à titre posthume, Musique et politique et son équivalent belliqueux, Musique et guerre…À vos clairons !

16/01 : Après près de sept ans de présence sur Symphozik et un nombre record de contributions diverses, Claude Roux, alias azerty, nous a quitté. Nos condoléances à sa famille.

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés !