Pas encore membre ? Mot de passe oublié

François André Philidor
Biographie


  • Nom Philidor Prénom François André Nation France
  • Naissance 07/09/1726, à Dreux (France) Mort31/08/1795, à Londres (Angleterre) Époque musicale Classique

Né à Dreux le 7 septembre 1726, François-André Philidor, est le plus jeune des 21 fils d’André Danican Philidor, dit l’Aîné. Il apprendra dans sa jeunesse la musique et les échecs.

Ce Philidor-ci est considéré comme le meilleur joueur d’échecs de son temps. Découragé par les difficultés relatives à l’apprentissage et à la vie de musicien, il préfère cet état. Il vit en partie grâce aux revenus procurés par ce talent, en publiant par exemple une "Analyse du jeu des échecs" en 1749 à Londres. Rappelé en France par ses amis (notamment Diderot), il revient à Paris et compose des pièces pour grands chœurs, imprégné par ce qu’il vient d’entendre à Londres (les oratorios de Georg Friedrich Haendel), dans l’espoir d’être promu surintendant de la musique.

Ce souhait ne se réalisera pas. Philidor se tourne alors vers l’opéra-comique, et il remporte un franc succès avec Blaise le savetier qui lui établit une réputation de fin compositeur presque égale à celle déjà présente en tant que joueur d’échecs.

Philidor meurt à Londres, le 31 août 1795. Il fut de loin le meilleur représentant de l’opéra comique français d’avant François Adrien Boieldieu, devant Pierre Alexandre Monsigny ou André Grétry.

Commentaires des internautes

Poster un message

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Au pif sur Symphozik…

Jan Peterszoon Sweelinck est surnommé le "faiseur d’organistes" en raison de la présence dans ses élèves de certains des meilleurs représentants de l’école d’orgue d’Allemagne du nord.

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

08/12 : Musiques dramatiques pour une mort tragique, nouveau dossier "à écouter".

25/10 : Pour une sociologie de la musique, nouveau dossier.

21/10 : Deux nouveaux dossiers azertyques à titre posthume, Musique et politique et son équivalent belliqueux, Musique et guerre…À vos clairons !