« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Un cimetière de violons

Jean-Baptiste, le 03/11/2015

La photo ci-dessous, prise à l’extérieur d’une école de musique du Northamptonshire (Angleterre), a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux : une véritable fosse commune pour violons. Certains commentateurs s’offusquent : n’y avait-il donc aucun moyen de donner une seconde vie à ces violons, pour un projet d’art ou dans un pays du tiers-monde ? Selon l’école de musique, ces violons n’étaient tout simplement plus en état de nuire d’être joués.

Source

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Maurice Ravel, à qui l’on reprochait d’écrire une musique trop superficielle et artificielle, répondit : “ce n’est pas de ma faute, je suis artificiel par nature...“.

Nouveautés sur Symphozik

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.